Rencontrez la promo 2020 du deuxième Global Citizen Fellowship, soutenu par BeyGOOD

Auteur: Lerato Mogoatlhe


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
L'Afrique du Sud a l'un des taux de chômage des jeunes les plus élevés au monde. Des partenariats tels que le Global Citizen Fellowship, qui s'appuie sur l'initiative BeyGOOD, jouent un rôle essentiel pour doter les jeunes des compétences dont ils ont besoin pour changer leur vie et avoir un impact positif sur leur communauté. Passez à l'action en soutenant l'autonomisation des jeunes et la lutte pour mettre fin à l'extrême pauvreté dans le monde, ici.

En 2018, lors de l'historique Festival Global Citizen : Mandela 100 à Johannesbourg, en Afrique du Sud, le programme Global Citizen Fellowship a été annoncé, sous les auspices de l'initiative BeyGOOD. 

Inspirée par la passion de Nelson Mandela pour le développement et l'éducation des jeunes, ainsi que par son héritage d'autonomisation des générations futures, la classe inaugurale du programme Global Citizen Fellowship a rejoint l'équipe de Global Citizen Afrique en 2019. 

Aujourd'hui, le programme entame sa deuxième année avec une promotion extraordinaire de 10 jeunes que nous avons hâte de vous présenter. 

« Avec tout ce qui se passe dans notre monde, éduquer, responsabiliser et employer nos jeunes pour utiliser leur voix et leur vocation de manière à avoir un impact positif est essentiel pour créer un changement durable », a déclaré Ivy McGregor, directrice de la responsabilité sociale chez Parkwood Entertainment, siège de BeyGOOD.

Mme McGregor a ajouté : « Le modèle que BeyGOOD a conçu dans le cadre du programme de Fellowship, en partenariat avec Global Citizen, a ouvert la voie à un impact économique durable. Nous sommes fiers d'accueillir la promotion 2020 ; elle arrive à un moment crucial, essentiel pour des résultats dynamiques et un succès général. »

Conçu pour doter les jeunes d'une expérience professionnelle, le programme ne se contente pas de soutenir la vision d'une Afrique du Sud qui nourrit sa jeunesse.

Il permet également aux jeunes d'acquérir les compétences nécessaires pour jouer un rôle dans la justice sociale, en aidant leurs communautés à atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD) et en amplifiant les causes auxquelles ils croient.

Global Citizen est une organisation de plaidoyer de premier plan qui a déjà eu un impact sur 880 millions de vies, tandis que l'initiative BeyGOOD œuvre quant à elle renforcer l'autonomie des jeunes, des femmes et des communautés marginalisées. En travaillant ensemble dans le cadre du programme de Fellowship, le partenariat offre aux jeunes une opportunité unique. 

Prenez, par exemple, la structure du programme. Il comporte plusieurs phases conçues pour offrir à chacun des dix boursiers une expérience entièrement immersive. 

Chaque boursier bénéficiera également d'un mentorat personnalisé de la part de dirigeants du secteur du divertissement, du monde des affaires, du gouvernement et de la société civile, afin de leur permettre de réaliser leur potentiel pour devenir des agents de changement au niveau mondial. 

Le programme couvrira des sujets tels que le leadership, la défense des droits, le développement international et la citoyenneté mondiale. Parallèlement, les boursiers auront également la possibilité de participer à une série de masterclasses dispensées par des leaders du secteur. Le programme comprend aussi des visites éducatives sur le terrain, conçues pour aider les boursiers à devenir des leaders axés sur les valeurs et la communauté. 

Ces derniers seront également intégrés à l'équipe de Global Citizen Afrique, qui leur offrira une expérience professionnelle concrète et précieuse au sein des équipes Marketing, Récompenses, Campagnes, Politique et Contenu. 

L'objectif est de leur fournir les compétences et les ressources nécessaires pour les aider à trouver un emploi à la fin du programme annuel.

La deuxième volée du programme Global Citizen Fellowship a été choisie après un processus de sélection rigoureux, qui a débuté avec 765 candidatures. Seuls 30 candidats ont été retenus suite à une série de tests, après quoi le jury a évalué 20 candidats.

Articles liés 2 décembre 2019 Un an après le Global Citizen Festival: Mandela 100, vos actions changent déjà des vies

Le jury était composé de Clayton Naidoo, directeur général de la région Afrique subsaharienne au sein du géant mondial de la technologie CISCO, Jackie Chimhanzi, directrice exécutive de l'Africa Leadership Institute, Moky Makura, directrice exécutive d'Africa No Filter, Bonang Matheba, femme d'affaires et productrice, Rich Mnisi, styliste et designer de mode hors pair, et Isha Philips, responsable des ressources humaines chez Global Citizen.

Les juges recherchaient des candidats dont le potentiel était étayé par une compréhension des questions liées au développement. Les candidats devaient également illustrer les changements qu'ils ont déjà apportés dans les espaces qu'ils occupent, notamment en soutenant des causes communautaires ou en défendant des questions sociales.

« Je pense que tous les candidats sont uniques en leur genre et ont le pouvoir de faire bouger le monde et d'apporter des changements positifs », a déclaré M. Mnisi. 

Alors, sans plus attendre, découvrez la promotion 2020 du programme Global Citizen Fellowship.

1. Charity Chibwe

Charity Chibwe.jpgChibwe is passionate about skills development and youth empowerment.

Charity Chibwe, originaire d'Ivory Park à Tembisa, dans le Gauteng, est convaincue que la construction d'une communauté mondiale de citoyens actifs est la clé pour mettre fin à la pauvreté extrême, une mission qui la passionne. Mme Chibwe, âgée de 24 ans, veut consacrer son temps au programme de Fellowship pour acquérir des compétences qui permettront aux jeunes d'être autonomes sur le plan économique.

De cette façon, elle estime pouvoir transmettre des connaissances et des expériences dont les autres jeunes de sa communauté ont besoin. « [Les petites entreprises] peuvent contribuer à réduire le nombre de jeunes au chômage », explique-t-elle.

Elle parle d'expérience, puisqu'elle s'est déjà essayée à la gestion d'une petite entreprise qui générait jusqu'à 2 000 dollars par mois. Elle n'a cependant pas pu la pérenniser, car l'argent de l'entreprise permettait de s'occuper de sa famille.

« J'aimerais être ma propre patronne, diriger une entreprise prospère et créer des opportunités qui profitent aux jeunes », a-t-elle déclaré.

2. Aaron Rakhetsi

Aaron Rakhetsi 2.jpgRakhetsi is interested in issues that include citizenship, girls and women, education, and food and hunger.

Né à Mamelodi, à Pretoria, Aaron Rakhetsi a postulé pour le programme afin de transformer son activisme numérique en action communautaire. Il s'intéresse particulièrement aux questions de citoyenneté, de santé, d'éducation, de femmes et de filles, et d'alimentation et de faim.

« Je suis très passionné par l'éducation car je suis conscient de son importance dans la vie de chacun. Je sais ce que l'on ressent lorsqu'on renonce à aller à l'université à cause de son budget, et je ne souhaite à personne de vivre cette expérience », a déclaré M. Rakhetsi.

Il a ajouté : « Je crois en l'égalité des sexes et je pense que les femmes et les jeunes filles devraient avoir les mêmes chances que les hommes et être traitées comme des égales. »

L'Afrique du Sud est l'un des pays les plus inégaux du monde et doit faire face à des défis importants, comme la faim. Bien que le pays soit en situation de sécurité alimentaire, 27 % des enfants souffrent de retards de croissance et de malnutrition. 

M. Rakhetsi, qui est âgé de 24 ans, envisage de se lancer dans l'agriculture urbaine, ce qui lui permettra de faire progresser les jeunes et les femmes tout en nourrissant sa communauté.

3. Zamokhule Ndwandwe

Zamokuhle Ndwandwe 2.jpgNdwandwe is determined to fight gender-based violence in South Africa. a

« Le simple honneur d'avoir été choisie pour apporter un changement positif m'incite à faire de mon mieux pour faire face aux problèmes du monde », a déclaré Zamokhule Ndwandwe, 24 ans.

Mme Ndwandwe est originaire de Sam Reno, dans le Cap-Occidental. Son désir de mettre fin à la violence liée au genre (GBV) découle de son expérience personnelle. 

« J'ai été victime d'un vol de taxi qui s'est produit en 2019. J'ai été kidnappée pendant 15 à 30 minutes par des criminels qui réclamaient de l'argent et des faveurs sexuelles aux gens », se souvient-elle.

En mars 2019, le président Cyril Ramaphosa a déclaré que la violence liée au genre était une « crise nationale » en Afrique du Sud.

Les ravisseurs de Mme Ndwandwe n'ont pris que ses affaires, mais pour de nombreuses filles, femmes et personnes non-binaires en Afrique du Sud, l'histoire se termine souvent en tragédie. C'est pourquoi la jeune femme est déterminée à combattre la violence sexiste.

Elle a déclaré : « En ce moment, mon pays traverse une période très difficile que je qualifierais de génocide de femmes et d'enfants, et j'aimerais beaucoup rencontrer d'autres jeunes leaders d'autres pays qui pourraient me conseiller sur la manière d'enrayer cette terrible épidémie. »

Articles liés 20 juillet 2020 Ghana : 52 communautés sont officiellement libérées du mariage infantile

4. Hope Moloi

Hope Moloi 2.jpgMoloi's passion is menstrual health management and ending period poverty. She is also passionate about educations and women's rights.

Hope Moloi, 22 ans, est devenue une Global Citizen afin de contribuer à la lutte contre l'extrême pauvreté d'ici 2030.

Originaire d'Alexandra, dans le Gauteng, elle a postulé au programme pour acquérir des compétences qui l'aideront à diriger des activités communautaires en faveur des filles et des femmes, notamment en matière de gestion de la santé menstruelle.

« Les filles manquent l'école parce qu'elles n'ont pas de serviettes hygiéniques, ce qui a un impact négatif sur leurs études. En fournissant des serviettes hygiéniques aux filles, nous les retiendrons à l'école », a déclaré Mme Moloi. 

Elle veut utiliser son temps dans le programme pour acquérir des compétences qui lui permettront d'amplifier sa voix en tant que militante et, plus tard, de lancer une organisation non gouvernementale qui tire parti des partenariats d'entreprises pour le bien social. Son organisation défendra les droits des filles et l'accès à une éducation de qualité. 

« Les femmes gagnent moins que les hommes, même à qualifications et expérience égales, tandis que les filles et les femmes doivent également vivre avec les effets de la violence liée au genre », souligne Mme Moloi.

Elle ajoute : « Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation est importante et peut transformer des vies pour réussir. »

Articles liés 22 avril 2020 Les dirigeants du monde entier sont exhortés à soutenir le fonds contre la COVID-19 de L’éducation ne peut attendre

5. Nomthandazo Xaba

Nomthandazo Xaba.jpgXaba is looking for ways to help her community beat the systemic causes of poverty and inequality.

Nomthando Xaba, originaire de Soweto, à Johannesbourg, soutient des causes qui la passionnent en agissant avec Global Citizen pour lutter contre les causes systémiques de la pauvreté et de l'inégalité.

Cependant, elle a voulu en faire plus.

« J'ai toujours voulu trouver un moyen de rendre la pareille, et si les actions des Global Citizen ont un [impact],  je veux aussi trouver d'autres moyens de mettre fin à l'extrême pauvreté », dit-elle.

À 25 ans, Mme Xaba est passionnée par l'éducation et pense que des jeunes filles responsabilisées font de futurs leaders.

C'est pourquoi elle veut étudier pour devenir enseignante.

« Comme je n'ai pas encore de qualification, je veux enseigner aux jeunes filles la santé sexuelle, car nos écoles ne se concentrent que sur les choses fondamentales. Les filles n'ont pas la possibilité de s'exprimer et de parler de leurs expériences », a-t-elle ajouté.

6. Letshego Morake

Letshego Morake (1).jpgMorake is passionate about equality and human rights.

« Je voulais participer au programme de Fellowship pour donner du pouvoir aux autres et promouvoir l'éducation et l'égalité dans ma ville », explique Letshego Morake, en évoquant sa décision de postuler au programme.

Letshego Morake vient de la petite ville de Heuwel, à Thaba-Nchu, dans le Bloemfontein, où les opportunités sont rares et où les informations qui peuvent aider les jeunes à se prendre en charge le sont encore plus.

« Je veux être celui qui apporte le changement car je suis un grand fan de Beyoncé [la fondatrice de l'initiative BeyGOOD]. Elle m'inspire à bien des égards, et a certainement eu un impact très important sur mon amélioration personnelle. »

M. Morake, qui a 23 ans, est un défenseur de l'accès à l'éducation. « Beaucoup de gens d'où je viens ont renoncé à poursuivre leurs études par manque de fonds. Ils sont également découragés par le fait que d'autres personnes qui ont étudié ne trouvent toujours pas d'emploi après avoir obtenu leur diplôme. »

L'égalité lui tient tout autant à cœur.

« Je suis un jeune homosexuel qui vit dans une ville où l'on considère encore qu'il est mal d'être librement soi-même. Je veux vivre dans un pays où les gens sont fiers les uns des autres, se soutiennent et s'aiment », affirme-t-il.

Il ajoute : « Je veux être une voix active pour les personnes qui ne se considèrent pas dignes de quoi que ce soit, organiser des campagnes et des rassemblements, sensibiliser [lles gens] sur les réseaux sociaux et avoir un impact sur la vie de ceux qui ne peuvent pas se défendre parce qu'ils ont peur de le faire. »

Articles liés 27 juin 2020 Le Gabon a voté pour la dépénalisation de l'homosexualité

7. Lerato Tsolo

Lerato Tsolo 2.jpgTsolo is interested in gender equality, ending period poverty and helping girls reach their full potential.

Ayant grandi à Sebokeng, une communauté non développée de Vanderbijlpark dans le sud du Gauteng, Mme Tsolo a toujours su que son but était d'influencer et de transformer des vies.

« C'est pourquoi je m'identifie à BeyGOOD et à Global Citizen. C'est un réseau de personnes qui ont un impact sur leur travail et qui changent des vies. Faire partie de ce réseau ne va pas seulement élargir ma portée en changeant des vies, cela me donnera aussi l'opportunité de faire grandir les autres et de les aider à changer leur vie pour le mieux », a-t-elle affirmé.

Âgée de 24 ans, elle ajoute que l'Afrique du Sud est confrontée à ce qu'elle appelle « le triple problème de la pauvreté, de l'inégalité et du chômage ».

« Faire partie de la bourse m'aidera à acquérir des compétences et des connaissances sur la manière dont je peux rendre mes solutions durables. Je veux aussi contribuer à l'amélioration des communautés. »

Elle souhaite mettre à profit son année en tant que Global Citizen Fellow pour en apprendre davantage sur l'accès universel à l'éducation, en particulier sur le système scolaire public.

« [Actuellement] le système d'enseignement public laisse tomber ceux qui le fréquentent, a-t-elle dit. Par expérience et par [mes propres] observations, j'ai vu que le système préparait les enfants à l'échec ; il a besoin d'une transformation radicale. »

Elle est également passionnée par l'égalité de genre et l'accès à l'eau potable et à des infrastructures sanitaires sûres, y compris par la gestion de la santé menstruelle. « Dans tout le pays, les jeunes filles manquent des jours d'école importants parce qu'elles ont leurs règles. Elles n'ont pas les moyens d'acheter des serviettes hygiéniques parce qu'elles vivent de subventions sociales et doivent choisir entre acheter du pain et acheter un paquet de serviettes hygiéniques. »

Une allocation sociale est un versement mensuel financé par le gouvernement pour soutenir les ménages dirigés par un enfant, les retraités, les enfants et les personnes handicapées. 

Mme Tsolo a ajouté : « [La gestion de la santé menstruelle] est une question qui me tient particulièrement à cœur car j'ai vu des jeunes filles utiliser des matériaux insalubres pour surmonter leurs règles ce qui présente de multiples risques pour [leur] santé. »

Articles liés 21 septembre 2018 4 femmes africaines puissantes que vous devez connaître

Elle veut également prêter sa voix à des causes qui soutiennent la dignité et les droits humains des immigrants.

« Avec les conflits et les problèmes auxquels sont confrontés les différents pays africains, je pense que le continent a besoin de faire davantage d'efforts en ce qui concerne la manière dont l'Afrique du Sud traite les immigrants qui fuient leur pays en quête d'une vie meilleure », a-t-elle déclaré.

En plus de sa participation au programme, Mme Tsolo dirige une organisation non gouvernementale nommée « Her Pride ». Elle offre des services qui aident les étudiants à développer leur confiance en soi et leurs aptitudes à la vie quotidienne.

L'organisation a déjà touché plus de 2 000 étudiants. 

« Nous offrons un soutien scolaire, une formation à l'entrepreneuriat, une orientation professionnelle et bien plus encore. Nous avons pu étendre notre champ d'action à la fourniture de trousses de soins aux centres pour femmes et enfants Lifeline et Thuthuzela. »

Lifeline propose des conseils gratuits par téléphone, tandis que les centres Thuthuzela offrent un soutien et des soins médicaux aux victimes de violences sexuelles.

Articles liés 11 novembre 2019 Cette initiative camerounaise produit des serviettes hygiéniques lavables et économiques

8. Sengie Shabalala

Sengie Shabalala 2.jpgShabalala in inspired by the spirit of Ubuntu, and believes that we are accountable for each other's well-being.

Sengie Shabalala, 22 ans, estime que mettre fin aux inégalités et à l'extrême pauvreté est une valeur que nous devrions tous respecter. « Le dicton populaire sud-africain "umuntu ngumuntu ngabantu" nous invite tous à travailler ensemble », indique-t-elle. Il s'agit en fait d'un appel à l'action qui nous invite tous à être responsables du bien-être d'autrui. 

Selon Mme Shabalala, être boursière est une occasion d'acquérir des connaissances qu'elle utilisera pour inspirer les autres. Originaire de Benoni, dans le Gauteng, elle veut inciter les communautés à prendre des mesures contre la violence liée au genre.

« En tant que femme, la violence liée au genre m'affecte et on commence à avoir peur [de la possibilité de la subir]. J'ai décidé d'agir dans ma communauté et de sensibiliser les gens », a-t-elle dit.

9. Buhle Dlulane

Buhle Dlulane 2.jpgDlulane believes that economic empowerment puts women in a position to take ownership of their lives.

Buhle Dlulane, originaire de Soweto, est déterminée à lutter contre l'inégalité de genre en promouvant l'autonomisation des filles et des femmes. « [Cela] vient de ma passion pour l'égalité de genre et les affaires. Je crois que les femmes sont égales et capables d'influencer efficacement l'économie, aussi bien dans le secteur formel que dans le secteur informel », déclare-t-elle.

Elle ajoute : « Je crois que gagner un revenu décent permet aux femmes d'améliorer leur propre vie, qu'elles sont moins enclines à rester dans des relations abusives et qu'elles ont le pouvoir de prendre leurs propres décisions sans subir d'influence néfaste ».

Mme Dlulane, aujourd'hui âgée de 21 ans, estime que l'égalité de genre a un rôle majeur à jouer pour mettre fin à l'extrême pauvreté, car les femmes ont tendance à tirer vers le haut les autres membres de leur famille et de leur communauté.

« Nous sommes tous conscients qu'en [permettant] aux femmes de s'instruire et de travailler, elles améliorent immanquablement leur propre vie et celle de leur famille », insiste-t-elle.

Articles liés 16 octobre 2018 Le nouveau gouvernement éthiopien : une victoire historique pour les femmes

« Il m'est donc apparu important de comprendre pourquoi ces actrices économiques puissantes ne sont pas rémunérées de manière égale, ne sont pas représentées à des postes de pouvoir au sein des entreprises, et pourquoi il y a une hésitation à leur accorder l'égalité des droits et l'accès aux commodités de base. »

Elle ajoute que la compréhension du problème soulève la plus grande question de toutes, à savoir : que peut-elle faire pour changer le statu quo ?

« Nous avons tous la responsabilité de construire la société dans laquelle nous rêvons de vivre, et la seule façon de changer les choses est d'y participer efficacement. Je crois que le moment est venu pour nous, les jeunes, de commencer à réfléchir à une transformation personnelle, professionnelle et communautaire », a-t-elle déclaré.

Mme Dlulane est inspirée par le Rwanda et l'Afrique du Sud, deux pays qu'elle considère comme ses pays d'origine.

« L'Afrique du Sud et le Rwanda ont besoin de gens qui sont prêts à appliquer leurs connaissances dans les défis mondiaux de tous les jours, affirme-t-elle. Et il est nécessaire de doter les jeunes des compétences nécessaires en matière de communication, de développement personnel et professionnel pour qu'ils puissent acquérir la confiance nécessaire pour agir. »

10. Ntombizodwa Lephuma

Ntombizoda Lephuma.jpgLephuma is taking up space, and working towards a future where girls and women are equal to men, with equal access to opportunities and leadership roles.

Ntombizodwa Lephuma, 24 ans, veut s'imposer ; c'est-à-dire avoir un impact qui aura un effet aussi retentissant que celui de son héroïne : la miss Univers Zozibini Tunzi. Originaire de Centurion dans le Gauteng, Mme Lephuma est une linguiste qui souhaite obtenir un diplôme de troisième cycle en éducation. 

« Je veux transmettre aux jeunes filles le pouvoir de l'éducation et leur montrer comment elle nous permettra d'être de meilleures femmes d'affaires, a-t-elle déclaré. J'ai besoin des compétences de la bourse BeyGood pour m'aider et mieux m'équiper. »

Elle veut soulever des générations de jeunes filles qui façonnent leur avenir et, ce faisant, transforment leurs sociétés. 

« L'éducation et les femmes sont [des sujets] très importants pour moi et grâce aux compétences acquises dans le cadre du programme de bourses, je pourrai transmettre mes compétences et mon expérience aux jeunes femmes de mon pays », souligne Mme Lephuma.

Articles liés 30 octobre 2018 Le taux de mortalité des mères camerounaises est alarmant. Le MFM contribuera à résoudre ce problème.

Elle ajoute : « Je cherche à enrichir les jeunes femmes pour qu'elles puissent prendre de la place et faire carrière, être ambitieuses et passionnées. Une femme passionnée et ambitieuse est une force avec laquelle il faut compter. »

Une Global Citizen, Mme Lephuma agit sur des enjeux qui soutiennent les femmes, les enfants et l'éducation.« Il est nécessaire que les femmes et les enfants reçoivent une éducation et réalisent leur potentiel, et qu'ils disposent de meilleures ressources pour les aider à réaliser leurs rêves et leurs objectifs, dit-elle. Je veux aider les femmes à prendre leur place et à utiliser ce qu'elles savent déjà et ce qu'elles ont pour construire leur carrière. »

Sa vision de l'avenir est de permettre à davantage de femmes de posséder des entreprises et d'occuper des postes de pouvoir et de direction. « Je vois des femmes intelligentes et instruites dans des postes qu'elles peuvent utiliser pour faire progresser d'autres femmes », ajoute-t-elle.

Si elle devait créer une organisation non gouvernementale, ajoute-t-elle, elle réunirait des femmes de différents milieux, identifierait chacune de leurs compétences et trouverait des moyens de faire valoir leurs idées et compétences collectives pour en tirer un revenu.

« Cela aiderait de nombreuses mères à subvenir aux besoins de leur famille », précise-t-elle.