Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

PunkToad/Flickr
Finance et Innovation

Les scientifiques ont développé un plastique recyclable à l’infini

Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
La pollution plastique cause des dégâts immenses sur les écosystèmes et les gouvernements du monde entier ont commencé à freiner la production de plastique en accord avec les Objectifs de développement durable des Nations unies. Vous pouvez vous joindre à Global Citizen pour passer à l’action sur cette question ici.

Une équipe de chercheurs a développé un type de plastique recyclable à l’infini, selon un article paru dans le journal scientifique Nature Chemistry.

Le plastique, le poly(diketoenamine), ou PDK, pourrait fournir aux entreprises une solution en boucle fermée (voulant dire que les matières premières peuvent être réutilisées à l’infini) pour résoudre le problème mondial des déchets plastiques en améliorant considérablement les taux de recyclage à l’échelle mondiale.

Actuellement, on estime que 9 % du plastique utilisé dans le monde est recyclé. Cela signifie que la grande majorité des plus de 8,3 milliards de tonnes métriques de plastique créées depuis les années 1950 a fini dans les décharges.

Ces dernières années, l’ampleur de la pollution plastique — et les dommages qu’elle cause à la vie sauvage — a créé un retour de bâton contre la production de plastique en général.

Mais l’utilisation du PDK suggère une alternative viable aux autres nombreux types de plastiques toxiques disponibles.

« La majorité des plastiques n’ont jamais été créés pour être recyclés, a déclaré dans un communiqué de presse le principal auteur Peter Christensen, chercheur postdoctoral au Berkeley Lab’s Molecular Foundry. Mais nous avons découvert une nouvelle manière d’assembler les plastiques qui tient compte du recyclage d’un point de vue moléculaire ».

Si vous êtes déjà posé la question du pourquoi il y a tant de codes de recyclage en dessous des contenants plastiques, c’est parce que la plupart des types de plastiques sont difficiles à traiter et deux types différents de plastique exigent souvent des méthodes de recyclage différentes.

En lire plus: La France souhaite recycler 100 % des plastiques d’ici 2025

Même le plastique qui parvient à être recyclé est rarement transformé en un matériau de meilleure qualité ou recyclé en un matériau de même qualité. Au contraire, la plupart des plastiques qui sont recyclés sont transformés en matériau de moindre qualité, parce que le processus de recyclage dégrade souvent le matériau d’origine d’une manière ou d’une autre, que ce soit par contamination ou par usure.

Le plastique est constitué de molécules carbonées appelées monomères qui sont combinées pour former des polymères. Les monomères sont souvent mélangés en ajoutant des additifs chimiques qui peuvent également donner au plastique obtenu diverses caractéristiques telles que la ténacité et la flexibilité. Cependant, le problème est que ces additifs rendent le recyclage du plastique difficile à l’avenir parce qu'ils collent aux monomères.

En lire plus: Accord historique à l’ONU : 186 pays se sont mis d’accord sur une réglementation pour lutter contre la pollution plastique

Avec le PDK, les chercheurs du département Energy’s Lawrence Berkeley National Laboratory ont développé une technique de recyclage qui permet de récupérer entièrement les monomères d'origine d'un morceau de plastique, qui peut ensuite être transformé en nouveaux types de plastique de la même qualité ou de qualité supérieure.

Une fois que le PDK est prêt à être recyclé, il est placé dans une cuve d’acide qui dissout les additifs chimiques qui le lient ensemble, laissant les monomères intacts.

Les chercheurs pensent que cette méthode pourra réduire de manière significative le problème de la pollution du plastique dans le monde.  

« Nous sommes intéressés par la chimie qui redirige les cycles de vie du plastique du linéaire au circulaire, a précisé dans un communiqué de presse Brett Helms, membre de l’équipe des scientifiques du Lab’s Molecular Foundry de Berkeley.Nous voyons une opportunité de faire une différence là où il n'y a pas d'options de recyclage ».

« Nous sommes à un point critique où nous devons penser aux infrastructures nécessaires pour moderniser les installations de recyclage en vue du tri et du traitement futurs des déchets, a-t-il dit. Si ces installation étaient conçus pour recycler ou mieux recycler le PDK, et les plastiques connexes, nous serions alors en mesure de détourner plus efficacement le plastique des sites d'enfouissement et des océans. C'est une période excitante pour commencer à réfléchir à la façon de concevoir des matériaux et des installations de recyclage pour permettre le recyclage des plastiques circulaires. »

En lire plus: Des chercheurs ont trouvé une solution brillante pour transformer le plastique en carburant

Partout dans le monde, les gouvernements ont commencé à restreindre les formes de plastique qui sont particulièrement difficiles à recycler, notamment le polystyrène, communément appelé styrofoam, et les plastiques à usage unique. Les entreprises qui dépendent de l'emballage plastique cherchent également trouver des alternatives pour réduire leur empreinte écologique.

Bien que le PDK ne s'attaque pas au problème des plastiques à usage unique, utilise toujours des combustibles fossiles pour la production et qu'il dépend des municipalités pour développer les infrastructures nécessaires à un recyclage efficace, le nouveau matériau pourrait servir de pont vers un avenir plus durable.