Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

Environnement

La France souhaite recycler 100 % des plastiques d’ici 2025

Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
La pollution plastique a des effets désastreux sur les écosystèmes de la planète. Jusqu’à 1 million d’espèces pourraient être menacées d’extinction dans les années à venir. Participons à l’action pour sauver la planète. Vous pouvez vous joindre à l’action sur ce sujet ici.

En 2017, l’Europe a produit 64,4 millions de tonnes de plastique, faisant du continent le deuxième pôle de production de plastique devant l’Amérique du Nord et après l’Asie, selon le récent rapport de l’organisation Plastics Europe.

À l’échelle européenne, c’est une hausse de 7,33 % par rapport à 2016.

Pourtant, la même année, la proportion de déchets plastiques recyclés a dépassé pour la première fois celle des déchets dans les décharges. Ces chiffres sont encourageants, mais les politiques souhaitent aller plus loin. L’année dernière, le gouvernement français a fixé comme objectif de recycler 100 % de déchets plastiques d’ici 2025, engagement réitéré par le Président Emmanuel Macron la semaine dernière, et qui figurera dans la loi relative à l’économie circulaire.

Agissez dès maintenant : Protégeons nos océans ! Prévenons la pollution plastique des océans

L’objectif est ambitieux. C’est d’ores et déjà un pas dans la bonne direction, notamment parce que la France est en retard dans le traitement et le recyclage des déchets plastiques comparé à ses voisins européens.

Les états membres de l’Union européenne avaient un taux moyen de recyclage des emballages plastiques de 41 %, selon un rapport de Plastics Europe publié en 2018. Cependant, il existe des disparités. L’Allemagne et la République tchèque ont toutes les deux passé le cap des 50 %, alors que la France se trouvait avec un taux à moins de 30 % (27e rang des 28 pays).

En France, la gestion des déchets plastiques et des emballages passe par trois étapes qui commencent par le consommateur : le tri des déchets, la collecte et enfin le traitement des déchets et emballages.

Les consommateurs français ont bien intégré la notion du tri, qui est quasi systématique pour 88 % de personnes d’après l’Observatoire du geste de tri des Français. Les 12 % qui ne trient pas ou peu sont des jeunes de 20 à 24 ans, des habitants vivant avec moins 12 000 euros par an ou des résidents dans des habitations à loyers modérés.

Malheureusement, parmi ceux qui trient leurs déchets, certains s’y prennent mal. C’est notamment le cas pour les pots de yaourt. Le polystyrène utilisé pour la fabrication de ces produits laitiers est difficilement recyclable et seuls 30 % des Français peuvent les recycler dans la poubelle jaune. Selon l’étude de l’Observatoire du geste de tri, 75 % des Français déclarent avoir un doute sur le tri d’au moins un emballage, notamment des barquettes en plastiques, le tube de dentifrice, les sachets et les aérosols.

john-cameron-1060002-unsplash.jpgJohn Cameron / Unsplash

Les erreurs de tri sont nombreuses. La plupart de ces erreurs concernent certains emballages qui ne sont pas recyclables, des cartons de pizza entre autres.

Les erreurs de tri coûtent cher — environ 6,5 milliards d’euros selon Franceinfo. Pour ne plus se tromper, il existe des solutions telles que le guide du tri, qui tente de permettre aux foyers français de mieux trier leurs déchets.

En lire plus : Des chercheurs ont trouvé une solution brillante pour transformer le plastique en carburant

Pour les centres de traitements de déchets comme Citeo, l’objectif est d’améliorer la collecte et le recyclage. Dans cette optique, Citeo va désormais permettre à 66 millions de français de recycler les emballages plastiques comme les pots, barquettes de fruits d’ici 2022. Chez Veolia, l’un des leaders du marché, les déchets non recyclables sont stockés et transformés en énergie, sous forme de vapeur ou d’électricité. Ces mesures répondent à une demande de valorisation des déchets de plus en plus grandissante, lorsqu’on sait qu’il ne sera plus possible d’enfouir les déchets d’ici 2030.

La gestion du plastique, qu’il soit à usage unique, d’emballage ou autre est devenue un enjeu planétaire de taille. Partout, les gouvernements et les entreprises de la planète s’engagent à lutter contre la pollution entraînée par cet élément et qui a tant servi à l’aube de la consommation de masse.