Le changement climatique affecte tout le monde, qu'il s'agisse d'étés plus chauds, de précipitations plus abondantes, de catastrophes naturelles plus violentes ou de pénuries de vos aliments habituels.

Cela est dû au fait que le changement climatique est un phénomène planétaire. Alors que les gaz à effet de serre s’accumulent dans l’atmosphère, davantage de chaleur du soleil est piégée plus près de la surface de la Terre, provoquant ainsi une hausse des températures et une perturbation des systèmes autrefois stables. 

Le changement climatique se fait également sentir au niveau des inégalités, causant le plus de dommages aux pays les plus pauvres, pendant que que les pays les plus riches prolongent et aggravent la crise

L’action climatique est donc une question de justice climatique. L’élimination progressive des combustibles fossiles, le déploiement des énergies renouvelables et l’investissement dans les économies circulaires permettraient de réduire la pauvreté, les crises sanitaires ainsi que d’autres formes d’inégalité


Dans le cadre de notre campagne d’un an, Mettre fin à l'extrême pauvreté MAINTENANT, Notre futur ne peut pas attendre, Global Citizen appelle le monde à agir pour le climat MAINTENANT.  

Les dirigeants doivent renouveler leur engagement à l’égard des 100 milliards de dollars annuel de financement climatique qu’ils ont promis pour l’adaptation et l’atténuation. Il doit y avoir une action collective résolue axée sur le soutien aux pays à faible revenu et le maintien du réchauffement en dessous de 1,5 °C. Et nous devons donner la priorité à la sécurité alimentaire, à la nutrition et aux moyens de subsistance en orientant les ressources d’adaptation au climat vers les communautés rurales et les petites exploitations agricoles, tout en œuvrant à protéger et à restaurer la nature en partenariat avec les communautés locales et marginalisées. 

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) soutient que les ressources financières, la technologie et le mandat public sont aujourd’hui réunis pour parvenir à une justice climatique transformatrice, mais que seule la politique du statu quo, dans laquelle les profits sont choisis au détriment des populations, fait obstacle.  

Pour sortir de cette impasse, il faudra un mouvement populaire de masse exigeant une action climatique urgente. Comprendre la portée et l’ampleur de la crise est essentiel. 

Voici 15 faits sur le changement climatique et pourquoi agir pour notre avenir ne peut attendre.


1. Le changement climatique pourrait faire basculer 132 millions de personnes dans l’extrême pauvreté d’ici 2030. 

Selon la Banque mondiale, le changement climatique fait basculer des populations dans la pauvreté de bien des façons. Des tempêtes plus extrêmes déplacent davantage de personnes, les déracinant de leurs foyers et les éloignant de leurs moyens de subsistance. Les sécheresses et les inondations nuisent à la production agricole, entraînant une hausse des prix des denrées alimentaires. Selon certaines estimations, sans mesures d’adaptation efficaces, les rendements agricoles mondiaux pourraient diminuer jusqu’à 30 % d’ici 2050.  

2. Les températures mondiales sont environ 1,19 °C plus élevées qu’à l’ère préindustrielle. 

La grande majorité de l’excès de chaleur piégé par les émissions de gaz à effet de serre est absorbé par l’océan. De ce fait, d’importants changements sont requis pour augmenter les températures, même légèrement, car elles sont autrement amorties par l’océan. Mais lorsque l'océan absorbe chaque seconde un excès de chaleur équivalent à cinq bombes d'Hiroshima, vous comprendrez l’échelle du réchauffement à laquelle nous sommes maintenant confrontés aujourd’hui.  

3. La dernière décennie a été la plus chaude jamais enregistrée et les dix années les plus chaudes se sont toutes produites depuis 2005.  

Les humains ont une capacité d’adaptation psychologique innée connue sous le nom de la théorie du « syndrome de la référence changeante ». En résumé, au fur et à mesure que quelque chose change, notre base de référence de ce qui est normal change également. Ainsi, même si les températures augmentent depuis plus d’un siècle, cela pourrait paraître anodin, car notre base de référence change d’une année à l’autre. Cette visualisation permet de mettre en perspective l’ampleur et le rythme du réchauffement climatique.  

4. Les pôles Nord et Sud se réchauffent trois fois plus vite que le reste du monde.  

L’Antarctique a récemment enregistré des températures d'environ 32 °C au-dessus de la normale. La cadence accélérée à laquelle les régions polaires se réchauffent provoque des destructions massives.  

5. L’Antarctique perd 1 milliard de tonnes métriques de glace toutes les 40 heures.  

La fonte des glaces s’accélère rapidement à mesure que les températures augmentent et que les boucles de rétroaction prennent le relais. Au cours des 30 dernières années, la planète a perdu 28 billions de tonnes de glace, une quantité suffisante pour recouvrir le Royaume-Uni d’une calotte glaciaire de 100 mètres d’épaisseur.  

6. Le niveau de la mer a augmenté d’environ 22 cm au cours du siècle dernier.  

Cela peut paraître minime, mais imaginez la quantité d’eau qu’il faut pour élever le niveau de la mer. 

Selon la NASA, 365 gigatonnes d’eau augmenteraient le niveau de la mer d’un seul millimètre. La NASA nous donne plus de détails :

« Le Groenland perd en moyenne autour 280 gigatonnes de glace par an et l’Antarctique en perd près de 120 gigatonnes chaque année. Ces deux taux de fonte laissent entendre qu’ils augmentent. Chaque gigatonne représente un milliard de tonnes d’eau et une seule gigatonne d’eau peut remplir environ 400 000 piscines olympiques. » 

7. Les tempêtes, les sécheresses, les inondations, les incendies de forêt et les vagues de chaleur sont devenus des phénomènes de plus en plus fréquents et intenses en raison des températures plus chaudes et de l’élévation du niveau de la mer.  

Les Nations Unies ont constaté que les catastrophes liées au climat ont quintuplé au cours des 50 dernières années, avec des impacts disproportionnés ressentis dans les pays les plus pauvres. Les catastrophes climatiques coûtent aux pays des centaines de milliards de dollars par an

Ces pays sont non seulement confrontés à des températures qui ne cessent d’augmenter, mais font également face à des vagues de chaleur plus extrême. Les vagues de chaleur intenses qui se produisent habituellement une fois tous les 10 ans apparaissent aujourd’hui deux fois plus fréquemment, tandis que les vagues de chaleur rares, c'est-à-dire deux fois par siècle, se produisent cinq fois plus souvent.  

8. Environ 1 million d’espèces sont gravement menacées par le changement climatique.

À cause du changement climatique, des espèces sont en voie d'extinction à mesure que leurs habitats disparaissent, leurs sources de nourriture et d’eau se raréfient et leurs conditions de vie s’intensifient. L’Union of Concerned Scientists (l'Union des scientifiques préoccupés) a récemment élevé 10 967 animaux au statut d’espèce menacée en raison du changement climatique. Les Nations Unies ont signalé en 2019 que 1 million d’espèces risquent de disparaître si les tendances actuelles de perte d’habitat et de changement climatique continuent ainsi.  

9. Les 20 pays les plus riches sont responsables de 80 % des émissions de carbone. 

La crise climatique provient principalement des pays riches qui ont brûlé la majorité des combustibles fossiles mondiaux tout au long de l’histoire. Les États-Unis représentent à eux seuls 20 % des émissions depuis 1850. Cette répartition injuste se poursuit aujourd’hui alors que les plus riches, qui ne représentent que 1 % de la population, ont des émissions deux fois supérieures que les 50 % les plus pauvres, selon Oxfam.  

Les pays africains, par exemple, ne représentent que 4 % des émissions mondiales de carbone, tandis que le continent est confronté à de graves sécheresses, à la désertification et à des conditions météorologiques extrêmes liées au changement climatique.

10. Les émissions de gaz à effet de serre, l’un des facteurs les plus importants du réchauffement climatique, ont augmenté d’environ 1,5 % par an au cours des 10 dernières années. 

Même si les scientifiques et les groupes environnementaux ne cessent d’appeler les pays à se retirer progressivement des combustibles fossiles, les émissions de gaz à effet de serre provenant de leur utilisation continuent d’augmenter. La pandémie de la COVID-19 a entraîné une baisse temporaire des émissions, mais elles ont depuis rebondi à leur plus haut niveau de l’histoire en 2021.  

11. Plus de 8 millions de personnes, soit 1 décès sur 5 dans le monde, meurent prématurément chaque année à cause de la pollution engendrée par les combustibles fossiles. 

L’utilisation de combustibles fossiles ne fait pas que réchauffer la planète. Cela rejette également dans l’atmosphère des particules toxiques et ultrafines qui pénètrent dans notre corps, provoquant des problèmes de santé. En fait, 8,7 millions de décès sont liés chaque année à la pollution par les combustibles fossiles.   

12. La malnutrition, le paludisme, la diarrhée et le stress de chaleur lié au changement climatique devraient causer environ 250 000 décès supplémentaires chaque année d’ici 2030. 

La pollution directe est l’une des façons dont les combustibles fossiles sont mortels. Mais ils aggravent également de manière indirecte d’autres crises sanitaires. Les températures plus chaudes augmentent le nombre de moustiques porteurs du paludisme, par exemple, tout en exerçant une pression sur les systèmes alimentaires, ce qui rend l’accès à la nourriture plus difficile pour les populations, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Selon le Programme alimentaire mondial, 189 millions de personnes supplémentaires devraient manquer de nourriture si les températures moyennes dans le monde augmentent de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels. Si les températures augmentent de 4 °C, ce nombre pourrait atteindre 1,8 milliard. 

13. Investir 1,8 billion de dollars dans l’adaptation au climat permettrait d’éviter 7,1 billions de dollars d’impacts climatiques.  

Le fait d’aider les communautés à s’adapter à la crise climatique prévient les crises sanitaires, atténue la pauvreté et stabilise les économies, selon le Département de l’environnement des Nations Unies.  

14. Les prix des énergies renouvelables sont plus bas que jamais.

Selon le Forum économique mondial, plus de 62 % des énergies éoliennes, solaires et autres énergies renouvelables mises en service en 2020 étaient des formes d’énergie moins chères que les combustibles fossiles. Si les pays redirigeaient les 5,9 billions de dollars dépensés en subventions aux combustibles fossiles vers les énergies renouvelables, les coûts de l’énergie verte seraient encore moins chers.

15. La solution est entre nos mains.

Les pays doivent atteindre le pic d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025, puis les réduire de près de moitié d’ici la fin de la décennie pour atteindre l’objectif de l’Accord de Paris sur le climat pour empêcher les températures d’augmenter de plus de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels.  

C’est techniquement possible. Selon le GIEC, les ressources, la technologie et le mandat public sont réunis pour permettre ce changement.

Notre seul obstacle, selon les auteurs des derniers rapports du GIEC, est la volonté politique. Non seulement les dirigeants et les entreprises du monde ne parviennent pas à prendre des mesures climatiques significatives, mais ils continuent de soutenir l’industrie des combustibles fossiles.  

Éviter une catastrophe climatique et construire un avenir qui fonctionne pour nous tous dépend donc de ce que nous décidons aujourd’hui, demain et dans les semaines et les mois à venir. Nous devons exiger que les gouvernements éliminent immédiatement les combustibles fossiles et investissent dans les énergies renouvelables, tout en prenant des mesures dans notre propre communauté pour assurer la transition vers des économies circulaires.



Rejoignez la campagne Mettre fin à l'Extrême Pauvreté MAINTENANT, Notre Futur Ne Peut Pas Attendre en devenant un Global Citizen (ici ou en téléchargeant l'application Global Citizen) et en vous joignant à nous pour prendre des actions climatiques MAINTENANT.

Explainer

Défendre la planète

15 faits qui prouvent que nous devons agir pour le climat MAINTENANT

Par Joe McCarthy