Artis et Wilkinson ont accompagné un groupe de près de 160 scientifiques, dirigeants communautaires, cadres d’entreprises et jeunes militants qui ont visité l’Antarctique pour en savoir plus sur la crise climatique. Le voyage était organisé par l’organisation à but non lucratif Global Choices et la marque de produits naturels Vivobarefoot. L’expédition était dirigée par le légendaire explorateur Robert Swan, première personne de l’histoire à avoir rallié à pied le pôle Nord et le pôle Sud.

Ce voyage s’est fait en plein cœur de l’urgence climatique, et le groupe a pu être témoin de phénomènes météorologiques extrêmes, tels que des précipitations et des vagues de chaleur démesurées. Ils ont participé à des ateliers, des conférences et des expéditions scientifiques pour recueillir des données. Pendant 10 jours, ils ont bénéficié d’un cours accéléré sur l’un des milieux les plus extrêmes, mais indispensable du monde.

« Avant d’arriver là-bas, j’avais appris que l’Antarctique était un désert polaire et je pensais que cela signifiait que ce serait une terre de glace déserte, et c’est tout le contraire de ce que nous avons vécu », a déclaré à Global Citizen Artis, qui a cofondé l’organisation mondiale de justice climatique dirigée par des jeunes, Zero Hour. « C’était incroyable d’être sur la péninsule et de voir de la vie partout.

« Nous avons vu des baleines presque tous les jours », a-t-il ajouté. « Nous avons vu des pingouins, des oiseaux, des phoques, toutes sortes d’espèces différentes. Et c’était vraiment mémorable pour moi parce que, lorsqu’on pense à l’Antarctique, on imagine l’intérieur et la calotte glaciaire qui est juste plate et blanche de toute part, et on ne pense pas autant à son littoral animé et à toute sa biodiversité. »

Wilkinson et Artis n’étaient jamais allés dans les pôles auparavant, et Artis n’avait quitté les États-Unis qu’une seule fois - pour assister à la conférence sur le climat COP26 à Glasgow en novembre dernier. Wilkinson, pour sa part, avait plus d’expérience en matière de campagne menée pour protéger les pôles de la planète en tant que membre de l’équipe Arctic Angels de Global Choices. Les deux régions polaires sont confrontées aux mêmes menaces, en fin de compte, et leur survie dépend d’interventions radicales de l’humanité.

zanagee_during_a_landing.jpg__1200.0x801.0_q85_crop_subject_location-600,403_subsampling-2_upscale.jpgImage : Global Choices

Le fait d’être là en personne a renforcé la détermination de Wilkinson.

« Pendant que j’étais là-bas, j’ai pensé à quel point les animaux sont bien adaptés à cet écosystème », a-t-elle déclaré. « C’était incroyable de voir une région si éprouvante pour nous, froide et extrême, alors qu’eux y sont parfaitement adaptés, et qu’ils se contentent de se prélasser sur la glace. Nous coopérons et plaidons en faveur d’une meilleure reconnaissance de l’interconnexion de tous les espaces communs de la planète et de la manière dont nous pouvons agir localement pour les protéger. »

L’idée d’un patrimoine mondial est particulièrement urgente à l’ère du changement climatique, a souligné Wilkinson, car notre atmosphère commune devient de plus en plus impropre à la vie humaine. Plus les pays investissent dans l’action climatique mondiale - atténuation, adaptation et transition juste - plus ce patrimoine commun sera sûr pour les générations futures.

Il peut sembler étrange de considérer l’Antarctique comme faisant partie de notre patrimoine commun, mais c’est vrai d’un point de vue juridique. En 1959, 54 pays ont signé le traité sur l’Antarctique pour s’engager à protéger la région. Ce traité doit être renégocié en 2041, et les pays ont l’occasion de créer un vaste sanctuaire protégeant les espèces polaires tout en éliminant progressivement les combustibles fossiles qui causent tant de dégâts.   

Ces dernières années, cependant, les pays ont renoncé à respecter la mission du traité, car les efforts de prospection pétrolière et d’exploitation des ressources se multiplient. Le groupe a pu constater sur place l’impact de ces incursions.

« Nous sommes allés à Whaler’s Bay, où les pêcheurs étaient postés pour participer aux activités de chasse à la baleine dans les années 1940 et 1960, et nous avons vu ces pétroliers géants stockant du pétrole. C’était comme un terrible rappel que les humains ont toujours extrait et exploité l’environnement », a déclaré Artis.

« Dans le passé, c’était l’huile de baleine et nous avons chassé les baleines jusqu’à leur quasi-extinction, et maintenant ce sont les combustibles fossiles. On a l’impression que l’histoire se répète, les sources de carburant que nous extrayons de l’environnement ont des effets dévastateurs sur les écosystèmes. »

La biodiversité de la région, comme ils l’ont appris, subit un stress profond du fait de la crise climatique.

Une série de phénomènes de plus en plus alarmants ont assombri le voyage. Au milieu du mois de mars, les scientifiques ont enregistré des températures supérieures de 70 degrés Fahrenheit à la normale dans l’est de l’Antarctique. Au même moment, une plate-forme de glace de la taille de la ville de New York s’est effondrée dans l’océan. Si l’eau gelée de l’Antarctique oriental fondait à elle seule, le niveau de la mer augmenterait de plus de 30 mètres, ce qui mettrait en danger plus d’un tiers de l’humanité qui vit à moins de 60 miles d’une côte.

watching_whales_from_zodiac.jpg__1198.0x800.0_q85_crop_subject_location-599,402_subsampling-2_upscale.jpgArtis et Wilkinson observent les baleines Image : Global Choices

Et bien que cela puisse sembler une possibilité lointaine, les rythmes de la fonte des glaces s’accélèrent rapidement dans le monde entier. Toutes les 40 heures, l’Antarctique perd un milliard de tonnes métriques de glace. Depuis le début des années 1990, le continent a perdu plus de 3 trillions de tonnes de glace.

La hausse des températures mondiales est à l’origine de ces tendances, mais une fois qu’elles sont amorcées, elles acquièrent une sorte d’élan naturel grâce aux boucles de rétroaction. Une boucle de rétroaction bien connue est l’effet albédo.

La glace transparente renvoie la lumière du soleil dans l’atmosphère, mais à mesure qu’elle fond et expose une plus grande partie de l’océan plus sombre, la lumière du soleil est absorbée, ce qui crée plus de chaleur et entraîne une plus grande perte de glace dans un processus en expansion.

« Nous sommes confrontés à une situation de crise de la glace polaire, ayant perdu 28 trillions de tonnes de glace en moins de 30 ans, ce qui équivaut à une couche de 100 mètres d’épaisseur couvrant le Royaume-Uni », a déclaré Wilkinson. « À l’échelle mondiale, les répercussions de cette situation seront exponentielles - de la perte de biodiversité à l’élévation du niveau de la mer, en passant par les sécheresses et l’insécurité alimentaire. »

Le déclin de l’Antarctique a des répercussions mondiales. Le niveau des mers a déjà augmenté de plus de 10 cm, ce qui a fait reculer les côtes et donné plus de force aux tempêtes tropicales. Les énormes quantités d’air froid poussées hors du continent par la fonte des glaces perturbent les courants atmosphériques mondiaux, entraînant des vagues de froid intense dans des régions telles que le Texas, qui sont mal équipées pour faire face aux températures glaciales.

La faune et la flore qui dépendent de conditions stables depuis des dizaines de milliers d’années pâtissent de ces changements radicaux.

Les krills, en particulier, dépendent des algues qui poussent sous les couches de glace. Ils utilisent également la glace comme couverture pour élever leurs petits. À mesure que les calottes glaciaires rétrécissent, cette source de nourriture et cette pouponnière disparaissent. Les effets ont été spectaculaires. Depuis les années 1970, le nombre de krills recensé a diminué de 80 %.  

« La surpêche et la disparition de la glace de mer qui abrite le krill entraîneront la perte d’une espèce essentielle à la vie dans la région », a déclaré Artis.

D’innombrables animaux dépendent du krill pour se nourrir, notamment les baleines bleues, les pingouins, les poissons, les calmars et les léopards de mer. Ils servent de point d’ancrage à l’ensemble de l’écosystème. Le krill piège également les émissions de carbone en mangeant du phytoplancton qui stocke le carbone, puis en rejetant les déchets contenant ce carbone qui tombent au fond de l’océan.

« Les baleines qui consomment le krill constituent une importante source de stockage du carbone au fond de l’océan - tout ce processus cyclique empêche le CO2 d’aller dans l’atmosphère depuis des centaines d’années », a déclaré Artis.

Bien que l’ampleur de la crise du climat et de la biodiversité les ait parfois dépassés, Artis et Wilkinson se sont inspirés de la détermination de Robert Swan et ont promis de travailler sans répit pour défendre l’Antarctique.

« Nous voulons faire connaître l’Antarctique aux gens », a déclaré Artis. « C’est un endroit que la plupart d’entre nous ne pourront jamais découvrir, alors nous voulons partager ce que c’était d’être dans un endroit aussi reculé. »

Il a ajouté que Zero Hour s’efforcera de protéger le bouclier de glace de l’océan Arctique central et exhorte les gens à parler à leurs élus pour protéger l’Arctique de toute activité commerciale et du changement climatique.

Profiles

Défendre la planète

Nous pouvons encore sauver l’Antarctique, insistent de jeunes militants pour le climat après une expédition de 10 jours.

Par Joe McCarthy