Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
L'Objectif mondial n°11 des Nations Unies pour des villes et des communautés durables comprend un engagement à réduire la pollution atmosphérique, tandis que l'Objectif n°3 est axé sur la santé et le bien-être de tous. La pollution était déjà responsable de millions de décès dans le monde, mais cette nouvelle étude révèle que la situation est encore pire que prévu. Rejoignez notre mouvement et passez à l'action pour protéger la vie humaine et préserver l'environnement.

Le tabagisme tue 8 millions de personnes par an. Les accidents vasculaires cérébraux, 5 millions. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, 2,3 millions de personnes ont perdu la vie dans le monde. 

Cependant, un nouveau rapport révèle une cause de décès plus grave : celle d'un « tueur invisible » qui a coûté la vie à 8,7 millions de personnes en 2018. Que vous le vouliez ou non, il s'agit d'un élément que vous allez probablement respirer à un moment donné aujourd'hui.

Le problème en question, c'est la pollution de l'air due aux combustibles fossiles.

D'après cette étude, les combustibles fossiles représentent 1 décès sur 5 dans le monde en 2018, un chiffre qui dépasse de loin toutes les estimations précédentes sur le taux de mortalité potentiel de la pollution atmosphérique.

Fruit d'une collaboration publiée dans la revue scientifique Environmental Research, elle est le résultat de recherches menées par des scientifiques de trois universités britanniques : l'université de Birmingham, l'université de Leicester et l'University College London (UCL), et l'université Harvard aux États-Unis.

« Nous étions très réticents face aux résultats obtenus, car ils sont stupéfiants, a déclaré Eloise Marais, co-auteure de l'étude à l'University College London. Cette pollution est omniprésente. Plus nous étudions ses effets, plus nous en découvrons. »

Selon les estimations précédentes de Greenpeace Asie du Sud-Est et du Centre de recherche sur l'énergie et l'air pur, la pollution atmosphérique aurait tué 4,5 millions de personnes en 2018, tout en coûtant à l'économie mondiale environ 2 900 milliards de dollars par an. Une autre étude de la revue The Lancet a toutefois conclu que ce chiffre était de 4,2 millions.

Cette nouvelle estimation de 8,7 millions de personnes constitue donc une augmentation substantielle. Le rapport examine une catégorie spécifique de particules appelée PM2.5, à savoir un mélange de gouttelettes microscopiques dans l'air telles que la fumée et la saleté, plus petites qu'un cheveu humain, qui sont émises par des objets comme les voitures. 

Selon le Guardian, cette étude minutieuse repose sur une combinaison de satellites et d'observations sur le terrain, et non sur un système de mesure standard. Elle applique une modélisation en 3D supervisée par la NASA pour permettre un examen plus approfondi de l'air respiré par les adultes de plus de 15 ans.

Bien que les données montrent que la pollution de l'air diminue dans le monde entier, le nombre de décès est toujours beaucoup plus élevé qu'il ne l'a jamais été. Cette question de santé publique pourrait être résolue par une simple réorientation : celle d'une action immédiate contre la crise climatique.

Les sources d'énergie renouvelables se développent plus rapidement que jamais. En effet, en 2020, la production d'électricité de l'Europe a fait place aux énergies renouvelables, qui ont dépassé les combustibles fossiles pour la toute première fois. Mais à l'heure où un certain nombre de pays ont inscrit dans leur législation leur volonté d'atteindre l'objectif de zéro émission nette de carbone d'ici 2050, les critiques se font encore entendre à travers le monde. Le manque d'action, ici et maintenant, pour traduire ces objectifs à long terme en actions concrètes, est notamment souligné.

« Les combustibles fossiles ont un impact très important sur la santé, le climat et l'environnement et nous avons besoin d'une réponse plus immédiate, a ajouté Mme Marais. Certains gouvernements ont des objectifs de neutralité carbone, mais nous devons peut-être les faire avancer compte tenu des énormes dégâts causés à la santé publique. Nous avons besoin d'une réponse beaucoup plus urgente. »

News

Lutter contre la pauvreté

Selon un rapport, 1 décès sur 5 dans le monde en 2018 était dû aux combustibles fossiles

Par James Hitchings-Hales