Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Syrian refugee children attend a class at a makeshift school set up in a tent at an informal tented settlement near the Syrian border on the outskirts of Mafraq, Jordan, Wednesday, Oct. 21, 2015.
Muhammed Muheisen/AP
AdvocacyCitoyenneté

Tout ce qu’il faut savoir sur l’histoire de l’aide canadienne à l’étranger

(Note : certains liens du présent article sont en anglais seulement)

Le Canada et les Canadiens sont perçus en fonction de nombreux stéréotypes, notamment ceux voulant que nous sommes gentils et que nous adorons le hockey. Il y a aussi un autre stéréotype, et nous pouvons être fiers de celui-là : le Canada est perçu comme un pays engagé à aider les populations vulnérables dans le monde.

Depuis longtemps, le Canada est considéré comme un leader dans les domaines de l’immigration et de l’égalité des sexes, et le pays figure au sommet de la liste des pays qui contribuent le plus à l’aide internationale.

Le plus récent budget fédéral prévoyait une augmentation de 2 milliards de dollars de l’aide publique au développement (APD) sur cinq ans, ce qui permet au pays d’accroître ses efforts pour respecter son engagement international de continuer d’augmenter son budget en matière d’aide au développement.

Agissez dès maintenant : Aider les enfants victimes de la guerre et des conflits à rester à l’école

L’histoire de l’aide canadienne au développement est marquée par de nombreuses réussites qui ont permis de sauver des millions de vies et que nous devons célébrer. Et ces réussites passées doivent maintenant nous guider dans nos actions des prochaines années.

À l’occasion de la Semaine du développement international 2019, Global Citizen se souvient des efforts du Canada pour mettre fin à l’extrême pauvreté dans le monde d'ici 2030.

Sur la santé maternelle

Lors du Sommet du G8 à Huntsville, en Ontario, en juin 2010, le Canada a lancé l’Initiative de Muskoka, qui appelait les nations membres à ajouter 5 milliards de dollars aux investissements internationaux entre 2010 et 2015 pour la santé maternelle, des nouveau-nés et des enfants dans les pays en développement.

L’aide à la santé maternelle constitue l’héritage de l’ex-premier ministre Stephen Harper en matière d’aide internationale. En mai 2014, le gouvernement Harper a investi 3,5 milliards de dollars additionnels dans la santé maternelle, des nouveau-nés et des enfants entre 2010 et 2015.

En lire plus : Le Canada a annoncé un financement important pour les droits de santé sexuelle et reproductive des femmes autour du monde

Le premier ministre Harper a dit que les fonds seraient consacrés à des programmes d’immunisation et de nutrition dans les pays en développement et dans le développement d’outils pour recueillir des données sur les taux de naissance et de mortalité des enfants, selon La Presse.

M. Harper a appuyé davantage cet engagement lors de son discours à l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2014.

Dans son discours, M. Harper a affirmé que sauver les mères et les enfants est un combat que nous pouvons gagner. Pour ce faire, a-t-il souligné, deux choses sont importantes : le travail politique et un engagement financier constamment renouvelé. « Chaque pays a ses priorités, bien sûr, a-t-il dit. Mais après tous les efforts que nous avons faits, nous arrêter maintenant constituerait une véritable tragédie. »

L’engagement de l’ex-premier ministre a été salué, notamment par Melinda Gates, qui a affirmé qu’il confirmait le rôle de leader que joue le Canada dans le domaine de la santé maternelle.

Sur la polio

En 1988, l’Assemblée mondiale de la santé lançait l’Initiative mondiale d’éradication de la poliomyélite et le Canada fut l’un des tout premiers pays contributeurs.

La polio est une maladie infectieuse qui entraîne une paralysie irréversible et la mort et, à l’époque, 350 000 enfants en étaient atteints.

Le Canada a investi environ 750 millions de dollars dans cette initiative, dont 100 millions de dollars en 2017 après que 30 000 Global Citizensaient envoyé des courriels et des tweets à la ministre canadienne du Développement international Marie-Claude Bibeau pour réclamer un tel engagement.

Aujourd’hui, grâce aux efforts de pays comme le Canada, la poliomyélite n’est plus présente que dans quelques pays, soit l’Afghanistan, le Pakistan et le Nigéria. La maladie est donc éradiquée à 99,9 %, et nous devons maintenant terminer le travail.

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé : « Tant qu’un seul enfant reste infecté, tous les autres, dans tous les pays, risquent de contracter la poliomyélite. L’échec de l’éradication dans les derniers bastions de la maladie pourrait aboutir à ce que 200 000 nouveaux cas réapparaissent chaque année au cours des 10 ans à venir ».

Ces efforts pour éradiquer la poliomyélite ont également permis d’améliorer les systèmes de santé, ce qui aide les communautés à combattre des épidémies comme Ebola et Zika.

Sur les vaccins

Depuis 2002, le Canada contribue à Gavi, l’Alliance du Vaccin. Plus récemment, le Canada s’est engagé à verser 500 millions de dollars entre 2016 et 2020, ce qui porte la contribution canadienne à ce jour à plus d’un milliard de dollars.

Gavi regroupe des organisations tant publiques que privées qui œuvrent pour améliorer l’accès des enfants aux vaccins qui leur sauveront la vie. Depuis la création de Gavi en 2000, plus de 700 millions d’enfants ont été vaccinés dans le monde, ce qui a permis de sauver plus de 10 millions de vies.

En lire plus : Des chercheurs canadiens réussissent à rendre tous les groupes sanguins compatibles

Ce mois-ci, le philanthrope Bill Gates a publié une page dans le Wall Street Journal dans laquelle il fait un compte rendu des progrès accomplis grâce aux investissements dans la santé à l’échelle mondiale et rappelle l’importance d’organismes comme Gavi pour réduire les taux de mortalité infantile.

Selon Bill Gates, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans dans les pays à revenus faibles ou moyens a diminué de quelque 40 % depuis la fondation de Gavi.

Sur le VIH, le SIDA et la tuberculose

Le même texte publié par Gates faisait également état de la lutte contre le VIH/SIDA.

« Les progrès réalisés dans la lutte contre le VIH sont particulièrement impressionnants, surtout si l’on se souvient qu’au tournant des années 2000, l’infection au VIH prenait des proportions épidémiques », écrivait Gates.

Depuis 2002, le Canada a contribué pour 2,8 milliards de dollars au Fonds mondial, qui lutte contre le SIDA, la tuberculose et la malaria. On estime que le fonds a permis de sauver 27 millions de vis à ce jour.

En lire plus : Faites la connaissance de l’homme qui a donné une voix et un visage à l'épidémie de sida au Canada

Le 17 septembre 2016, Global Citizen a tenu un premier festival au Canada à l’occasion de la cinquième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial, en présence du premier ministre Justin Trudeau.

Lors de ce festival, les leaders présents se sont engagés à verser plus de 12,9 millions de dollars US sur trois ans, ce qui permettra de sauver 8 millions de vies et de prévenir 300 millions d’infections.

Sur l’égalité des genres

Depuis son élection en novembre 2015, le premier ministre Trudeau a affirmé à plusieurs reprises son engagement en faveur de l’égalité des genres.

En mars 2017, le Canada a versé 20 millions de dollars à la campagne She Decides après que le président Trump ait introduit le règle du bâillon mondiale. Quelques jours plus tard, à l’occasion de la journée internationale des femmes, le Canada annonçait un investissement de 650 millions de dollars pour soutenir la santé sexuelle et reproductive des femmes et leurs droits.

En lire plus : Qu'est-ce que la politique d’aide internationale féministe au Canada signifie pour les femmes?

Quelques mois plus tard, le 9 juin, la ministre du Développement internationale et de la Francophonie Marie-Claude Bibeau annonçait la nouvelle politique d’aide internationale féministe au Canada. Cette politique place les femmes et les filles au cœur de l’aide internationale canadienne.

En novembre 2018, le Canada a promis 50 millions de dollars CAD au Mécanisme de financement mondial pour l’année 2019, ce qui porte la participation du Canada à ce mécanisme à 290 millions de dollars jusqu’en 2020.

Sur l’éducation

2018 aura été une année importante pour ce qui est des engagements en éducation.

Aujourd’hui, plus de 130 millions de jeunes filles dans le monde sont exclues de l’école. Les conflits, la pauvreté et les désastres naturels sont autant de raisons qui limitent l’accès des filles à l’éducation.

Dans la foulée du Festival Global Citizen : Mandela 100, plus de 45 000 Global Citizens ont demandé au Canada de s’engager dans le programme « L’éducation ne peut attendre », appel auquel le premier ministre Trudeau répondu en annonçant une contribution de 50 millions de dollars.

Cette contribution profitera à près de 340 000 enfants et fait partie d’un engagement plus large de 400 millions de dollars pour l’éducation des filles dans des régions aux prises avec des crises ou des conflits, engagement qui a été annoncé lors du Sommet du G7, qui s’est tenu dans Charlevoix, au Québec, en juin 2018.

L’engagement du Canada dans l’aide internationale a été déterminant dans les progrès accomplis en vue d’atteindre les objectifs des Nations Unies en matière de développement durable. Nous ne devons pas nous arrêter maintenant ! Joignez-vous à Global Citizen pour célébrer l’engagement du Canada et pour poursuivre les efforts en vue d’éradiquer la pauvreté extrême en 2030.