Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Filles et Femmes

Le Canada contribue 3 millions de dollars à un projet qui réduira les mutilations génitales féminines en Afrique de l'Ouest

(Note : certains liens du présent article sont en anglais seulement)

Nous célébrons aujourd’hui la Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines (MGF) et, à l’occasion de cette importante journée, la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, annonce un investissement de trois millions de dollars afin d’éliminer les MGF.

L’initiative, annoncée aujourd’hui, consiste en la mise en œuvre d’un projet d’une durée de quatre ans en vue d’éliminer les MGF en Afrique de l’Ouest.

En juillet 2017, le gouvernement canadien avait annoncé un investissement de 650 millions de dollars en santé sexuelle et reproductive, notamment pour contrer la violence sexuelle et fondée sur le genre comme les MGF mais, selon la Presse canadienne, l’annonce d’aujourd’hui constitue la toute première initiative du gouvernement fédéral qui vise directement cette pratique culturelle à l’étranger.

En lire plus : Les MGF au Canada : comment mettre fin à cette forme cachée de violence envers les femmes

Le gouvernement fédéral a donné la somme de 350 000 $ à la Table de concertation pour les organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes, une organisation qui sensibilise le public à la question des MGF et qui apporte son soutien aux survivantes.

À l’exception de cette subvention, très peu de financement a été réellement consacré à des initiatives pour éliminer les MGF.

Cette question des MGF a fait les manchettes à différentes reprises au cours de la dernière année, à la lumière des fuites dans les médias voulant que des personnes qui pratiquent des MGF entraient au Canada, et que des diffusions par courriel semblaient indiquer que des fillettes subissaient des mutilations au Canada même ou étaient envoyées à l’étranger pour les subir.

En lire plus : Trudeau : Les hommes doivent se tenir responsables dans la lutte contre la violence à l’égard des femmes

Global Citizen a récemment publié un article important sur la situation des MGF au Canada et a pu documenter la résistance du gouvernement fédéral sur la responsabilité directe du Canada sur cette pratique.

L’annonce d’aujourd’hui confirme enfin un certain engagement du gouvernement en vue d’éliminer ce rituel partout dans le monde.

L’été dernier, une version préliminaire du guide de citoyenneté canadienne a fait l’objet d’une fuite qui révélait qu’une mention voulant que les MGF constituent un crime au Canada avait été enlevée, ce qui a donné lieu à un vif débat entre conservateurs et libéraux.

En lire plus : Comment les « fake news » peuvent mener à une véritable épidémie mondiale

Au terme de ce débat acrimonieux, la mention a été remise dans le guide.

«Les MGF (mutilations génitales féminines) sont considérées comme des violences fondées sur le genre et un acte criminel au Canada, et je crois qu'il est important d'informer les nouveaux citoyens que cette pratique culturelle n'est absolument pas acceptable au Canada», a dit la ministre, lundi, en entrevue téléphonique avec la Presse canadiennedepuis Cotonou, au Bénin. 

Mme Bibeau était à Cotonou, au Bénin, pour rencontrer d’anciens collègues. L’initiative financée par le gouvernement fédéral se déroulera jusqu’en 2021 dans deux régions du nord du Bénin et sera gérée par l’organisme sans but lucratif CUSO international.

En lire plus : Qu'est-ce que la politique d’aide internationale féministe au Canada signifie pour les femmes?

Selon Mme Bibeau, 60 % des filles sont touchées par cette pratique dans le nord du Bénin.

Elle espère que l’initiative canadienne évitera à quelque 57 000 fillettes de neuf ans et moins d’être victimes de MGF.

Selon CBC, le Canada travaille également avec d’autres pays, les diverses agences de l’ONU et des OGN afin d’éliminer cette pratique.

Pour ce qui est des MGF pratiquées au Canada même, Mme Bibeau concède que nous manquons de données et de recherche pour réellement régler ce problème au pays.

«Nous devons avoir ces conversations avec ces communautés sur leurs croyances et leurs normes culturelles et pour leur faire comprendre qu'il s'agit d'une question de droits, et de santé pour les femmes et les filles», a affirmé la ministre à la Presse canadienne.

Global Citizen veut résoudre les plus grands problèmes de ce monde, y compris les problèmes liés à l'égalité des sexes. Vous pouvez agir ici.