Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Women stand in their damaged house as they look at the aftermath of an explosion that hit the seaport of Beirut, Lebanon, Aug. 10, 2020.
Bilal Hussein/AP
Citoyenneté

Cette artiste libanaise a créé une magnifique statue en utilisant des débris de l'explosion de Beyrouth

Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Global Citizen milite pour un monde sans pauvreté et sans inégalités économiques, où les individus peuvent être une source d'inspiration pour les autres. L'art peut jouer un rôle crucial dans la réalisation de cet objectif, et vous aussi. Passez à l'action pour exiger un changement durable et contribuer à mettre fin à l'extrême pauvreté ici.

Ce n'est pas la première fois que Hayat Nazer se sert de son art dans l'espoir de transmettre un message puissant à ses pairs.

L'artiste et militante sociale libanaise gère un compte Instagram très populaire où elle partage ses œuvres inspirantes, parmi lesquelles des graffitis, des peintures, et The Phoenix, une statue qu'elle a créée en 2019 lorsqu'une vague de manifestations politiques a déferlé sur son pays d'origine.

Aujourd'hui âgée de 33 ans, Mme Nazer a dévoilé sa dernière œuvre : une magnifique statue qu'elle a créée à partir de morceaux de métal, de verre brisé et de débris recueillis suite à l'explosion désastreuse qui a frappé le port de Beyrouth le 4 août et qui a fait des centaines de victimes. 

Lebanon-Beirut-Statue-Hayat Nazer-FF.jpegHayat Nazer's latest piece: a gorgeous statue she created out of twisted metal, broken glass, and debris she collected from the devastating explosion that struck the Beirut port on Aug. 4, killing hundreds of people.
Image: Courtesy of Hayat Nazer

La sculpture, qui met en scène une horloge abîmée annonçant l'heure de l'explosion (18h08), symbolise une femme brandissant le drapeau du Liban, les cheveux au vent. 

Dans une interview accordée à CNN, l'artiste a indiqué que cette œuvre était une façon cathartique de canaliser son chagrin et ses émotions afin d'inspirer d'autres personnes à rester unies et à reconstruire le pays qui a été dévasté par une crise politique et économique sans précédent. 

« L'explosion m'a brisé le cœur. J'étais dévastée, a déclaré Mme Nazer. J'étais traumatisée, mais honnêtement, nous sommes tous traumatisés au Liban. »

« Quand je ressens cela, j'essaie juste d'aider, de réparer et de guérir par l'art ; c'est donc ma façon d'accepter la réalité et d'essayer de reconstruire mon peuple », a-t-elle ajouté.

Mme Nazer a précisé à CNN qu'elle avait passé des semaines à parcourir la ville pour ramasser les débris et les effets personnels des habitants. 

Dans une vidéo publiée sur Instagram, l'artiste demandait à ses abonnés de l'aider à rassembler ces objets dans le cadre d'un projet qui allait bientôt se révéler être riche en émotions.

« Je me suis rendue chez les gens après l'explosion et je leur ai dit : “Je veux juste que vous me donniez tout ce que je peux inclure pour que vous fassiez partie de ma sculpture”, a déclaré Mme Nazer. J'ai été surprise.  Les gens m'ont donné des objets si précieux ;  des objets de leur enfance, de leurs grands-parents morts pendant la guerre civile, des objets qu'ils voulaient garder pour leurs enfants. Cela a suscité tant d'émotions. »

Après l'explosion de Beyrouth, une campagne intitulée « Global Aid for Lebanon » a été lancée par le PDG de XO Records, Wassim « Sal » Slaiby, en collaboration avec Global Citizen et le Programme alimentaire mondial des Nations Unies. Des centaines de donateurs ont contribué à la campagne pour aider les victimes de l'explosion, récoltant plus de 1,2 million de dollars en août.

Malgré cette mobilisation, le souvenir douloureux de cet événement tragique reste vivant dans l'esprit de Mme Nazer et de bien d'autres.

Selon Al Jazeera, la statue peut aujourd'hui être admirée en face du lieu de l'explosion.

Seul le temps dira si elle y restera ou non, car d'autres œuvres de Mme Nazer ont été précédemment détruites par les autorités locales, a rapporté CNN.