Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

The main entrance of the Global Citizen Festival: Mandela 100 on December 2, 2018, in Johannesburg South Africa. Credit: Mpumelelo Macu For Global Citizen
None
ImpactExiger l’équité

En 2020, Mandela 100 aide 105,4 millions de personnes à lutter contre la pauvreté face à la COVID-19

Le festival Global Citizen : Mandela 100 était un événement destiné à commémorer l'héritage d'un homme dont la vision extraordinaire de la paix et de l'égalité résonne dans le cœur et l'esprit des générations passées et présentes.

Le 2 décembre 2018, plus de 70 000 Global Citizens, artistes et dirigeants mondiaux se sont réunis à Johannesburg, en Afrique du Sud, pour honorer la vie et l'héritage de Nelson Mandela en cette année de centenaire. Répondant à l'appel d'être « la génération qui mettra fin à la pauvreté », les Global Citizens se sont mobilisés pour soutenir les Objectifs mondiaux, en menant plus de 5,65 millions d'actions dans les six mois précédant l'événement.

Les dirigeants mondiaux de la Belgique, de la Banque mondiale, de l'Afrique du Sud, du PEPFAR, du Mozambique et de bien d'autres pays ont répondu à l'appel, en promettant la somme incroyable de 7,2 milliards de dollars (104 milliards de rands) dans le cadre de 60 engagements novateurs en matière de santé, d'assainissement, d'éducation et bien d’autres choses encore.

M100-20201024x512-01-copy-3.png

Parmi les animateurs de l'événement figuraient Sir Bob Geldof, Naomi Campbell, Gayle King, Bonang Matheba, Tyler Perry et Forest Whitaker, avec des performances révolutionnaires de Beyoncé & JAY-Z, Cassper Nyovest, Ed Sheeran, Sho Madjozi, et bien d'autres.

Au cours des deux années qui se sont écoulées depuis le festival Mandela 100, 105,4 millions de vies ont été touchées par ces promesses, dont 50 millions en 2020, et 14,6 millions rien qu'en Afrique du Sud.

Le festival Global Citizen : Mandela 100 était une journée spéciale pour le monde entier, mais la pandémie de COVID-19 a depuis lors perturbé la vie et les moyens de subsistance de nombreuses personnes, mettant à rude épreuve le secteur des soins de santé et les communautés marginalisées partout dans le monde. On estime qu'en 2020 seulement, la pandémie de COVID-19 a effacé près de 10 ans de progrès dans la réalisation des Objectifs mondiaux.

Les engagements pris à la suite de l'événement Mandela 100 ont continué à aider des millions de personnes parmi les plus vulnérables du monde à lutter contre la pauvreté, tout en atténuant les conséquences personnelles et économiques actuelles de la pandémie de COVID-19.

Dans un rapport d'impact de l'année 2020 publié cette semaine, nous célébrons les engagements pris lors du Mandela 100 qui ont eu le plus grand impact sur la santé et la vie en général.

  • La Banque mondiale a dépassé son engagement d'un milliard de dollars pour augmenter les investissements dans le Projets pour le capital humain en 2020. 78 projets ont été réalisés en Afrique, dont 28 dans le cadre de la réponse d'urgence sanitaire de la Banque mondiale face à la COVID-19. Jusqu'à présent, cet engagement a eu un impact positif sur 5,4 millions de vies, à travers des projets en nutrition, en santé et en apprentissage axé sur les compétences en République démocratique du Congo et dans la région du Sahel en Afrique. La pandémie de COVID-19 menace une décennie de progrès en matière de capital humain en Afrique, mais la Banque mondiale a réagi rapidement, en s'engageant à hauteur de 160 milliards de dollars de financement en réponse à la pandémie.
  • L'engagement de 1,4 milliard de dollars du PEPFAR en Afrique du Sud a permis de fournir une thérapie antirétrovirale à 3,8 millions de personnes vivant avec le VIH, tout en procurant des ressources pour aider l'Afrique du Sud à combattre la COVID-19. En juin 2020, le PEPFAR avait directement fourni une thérapie antirétrovirale à 3,7 millions de personnes vivant avec le VIH/sida, tout en investissant dans des programmes visant à réduire le risque de VIH chez les jeunes femmes et les filles.
  • CISCO a contribué à former 4,5 millions de personnes à l'économie numérique, et prévoit de travailler avec 28 400 instructeurs dans 11 800 établissements d'enseignement répartis dans 180 pays en 2021.
  • Le gouvernement d'Afrique du Suda alloué 11,1 millions de dollars US à des soins sanitaires gratuits pour les filles dans toute l'Afrique du Sud, dans le cadre de son engagement en faveur de la santé menstruelle. Le manque d'accès à la gestion de la santé menstruelle continue d'être un obstacle à la scolarité des filles, en particulier en Afrique du Sud où l'on estime que 3,7 millions de filles n'ont pas les moyens d'acheter des serviettes hygiéniques. Plus d'un million de filles ont bénéficié de cet engagement et six provinces sud-africaines ont donné la priorité aux programmes d'éducation à la gestion de la santé menstruelle.
  • Vodacom a lancé le premier réseau mobile 5G commercial en Afrique du Sud en mai 2020, permettant de connecter 95 000 foyers et entreprises dans des communautés rurales et urbaines. Au cours de la COVID-19, l'utilisation des données a bondi de 86 %, la demande de connectivité ayant évolué avec la nécessité de travailler et d'étudier à domicile. L'engagement de Vodacom profite à des millions de personnes qui résident actuellement dans les zones rurales profondes d'Afrique du Sud. Il a permis de faire en sorte que les familles restent en contact, de faire fonctionner des entreprises, de faciliter l'apprentissage en ligne et d'aider le gouvernement à fournir des services essentiels.

Divers autres engagements pris pendant le festival Mandela 100 ont permis de dégager des fonds pour répondre aux besoins urgents liés à la COVID-19. Une attention continue est ainsi accordée au dépistage mondial du VIH/sida et de la tuberculose (TB), à la vaccination systématique des enfants vulnérables et au traitement en cours des millions de personnes touchées par les maladies tropicales négligées (MTN) en Afrique.

M100-20201024x512-01.png

Afin d'éradiquer l'extrême pauvreté d'ici 2030, le monde doit continuer à respecter les 17 Objectifs mondiaux et à protéger les groupes de plus en plus vulnérables et marginalisés de la planète. Ce virus ne connaît pas de frontières ; il menace tout le monde, partout.

Le monde doit travailler ensemble pour mettre fin à l'extrême pauvreté en poursuivant les vaccinations et la mise en place de services de santé pour les plus vulnérables de nos sociétés, en brisant les barrières qui alimentent la famine et la faim sur tous les continents, en s'efforçant d'offrir à chaque enfant une éducation et une scolarisation, en accélérant la lutte contre le changement climatique et en garantissant l'égalité et la dignité de tous les membres de chaque communauté.

L'histoire a montré que le progrès est réellement possible lorsque nous agissons en tant que communauté internationale, et que la solidarité et la coopération mondiales constituent le moyen le plus rapide et le plus efficace de vaincre la pandémie.

À l'horizon 2021, les Global Citizens d'Afrique du Sud et du monde entier continueront à passer à l'action pour protéger les plus marginalisés de la planète, car nous sommes la génération qui doit faire du souhait de Nelson Mandela de mettre fin à l'extrême pauvreté une réalité.

Comme l'a dit un jour Nelson Mandela : « Cela parait toujours impossible, jusqu'à ce que ce soit fait. »