Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
Global Citizen fait campagne sur les Objectifs mondiaux des Nations Unies, y compris l’objectif n°5 pour l’égalité de genre et l’objectif n°6 pour l’hygiène et l’assainissement. Lutter contre la précarité menstruelle, un enjeu qui affecte 1,7 million de personnes en France, est crucial à l’élimination de la pauvreté et à la réalisation de ces objectifs. Vous pouvez passer à l’action aux côtés de Global Citizen ici.

« Dans Ma Culotte ». 

Le nom est peut-être insolite, mais ne vous en méprenez-pas : cette entreprise française vient de franchir une étape importante en levant 3,5 millions d’euros pour soutenir ses efforts de lutte contre la précarité menstruelle.

La société, basée à Caen et créée en 2016 par Marie Réveilhac et Noëlle Papay, a pour mission de démocratiser l’accès aux produits menstruels, qu’elle décline en différentes gammes éco-responsables et abordables. 

Dans un communiqué publié mardi, la marque a indiqué que les nouveaux fonds permettraient d’étendre la variété de son offre tout en aidant plus de 40 000 personnes en situation de précarité menstruelle d’ici 2024. 

« Dans Ma Culotte s’intéresse aujourd’hui aux règles et demain nous accompagnerons les personnes tout au long de leur cycle menstruel en leur proposant protection, réconfort et énergie positive, a affirmé Mme Réveilhac. Nous imaginons déjà de nouveaux produits qui répondront aux besoins de chacun-e. Notre objectif est de prendre soin de nos client-e-s aujourd’hui et des générations de demain. »

Si certains lycées de France ont récemment mis en place des dispositifs pour assurer la gratuité des protections hygiéniques depuis le mois d’octobre, l’enjeu de la précarité menstruelle demeure marqué : il toucherait aujourd’hui plus de 1,7 million de femmes, selon un récent sondage réalisé par l'Institut français de l'opinion publique (IFOP).

La question de l’impact environnemental de ces produits se pose également, puisqu’ils sont difficilement recyclables et souvent fabriqués à base de plastique, comme le souligne National Geographic. Ces plastiques peuvent alors se retrouver dans nos océans ou dans notre alimentation.

En favorisant l’accès à des produits sanitaires lavables et responsables, Dans Ma Culotte espère limiter ces dégâts écologiques au maximum. 

L’entreprise s’engage également auprès des étudiants, touchés de plein fouet par la crise de la COVID-19 et particulièrement affectés par la précarité menstruelle. À cet égard, elle prévoit notamment de déployer des solutions pour que les établissements d’enseignement supérieur et les collectivités puissent se procurer des protections menstruelles « à faible coût ».

Avec plus de 150 000 abonnés sur les réseaux sociaux, et une conversation importante engagée sur la question du cycle menstruel, la société se projette déjà pour asseoir son leadership sur cet enjeu en France, et, pourquoi pas, en Europe. 

Alors que l’Écosse s’est engagée mardi à rendre les protections hygiéniques gratuites, l’avenir de la lutte contre la précarité menstruelle semble prendre un tournant positif.

News

Lutter contre la pauvreté

Cette entreprise normande a levé 3,5 millions d’euros pour lutter contre la précarité menstruelle en France

Par Sarah El Gharib