Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Filles et Femmes

Un service de covoiturage réservé aux femmes en service à Toronto

(Note : les liens du présent article sont en anglais seulement)

Les applications de covoiturage comme Uber et Lyft ont un nouveau concurrent avec la mise en service du service de covoiturage pour femmes uniquement DriveHER.

Aisha Addo a créé DriveHER après avoir vécu une expérience difficile en prenant un taxi pour rentrer chez elle, expérience que vivent de nombreuses femmes.   

« Le chauffeur m’a demandé si je vivais seule et cela m’a tout de suite inquiété, car je vis effectivement seule, explique Mme Addo à CBC. Puis, il m’a demandé si j’avais un copain et a commencé à faire des commentaires de nature sexuelle. Je ne me sentais vraiment pas en sécurité. »

Pour se rassurer, elle a alors pris son téléphone et appelé un ami avec qui elle a discuté pour le reste de la course.

En lire plus : Le nouveau billet de 10 $ canadiens rend hommage à Viola Desmond

Après cet incident, et par la suite, en agissant parfois comme chauffeuse désignée pour des amis, elle a eu l’idée d’une application de covoiturage exclusivement réservé aux femmes.

Elle a mis deux ans à peaufiner le concept et voilà : DriveHER est maintenant en service. L’appli est réservée aux femmes et l’entreprise est dirigée uniquement par des femmes. Pour être cliente ou chauffeuse, vous devez bien sûr être une femme.

« Il existe de nombreux services de covoiturage, poursuit Mme Addo, mais aucun n’était jusqu’à maintenant réservé aux femmes et aux personnes qui s’identifient comme femmes. C’est ce qu’offre DriveHER en créant un espace où les femmes et des personnes qui s’identifient comme femmes se sentent en sécurité. »

Mme Addo souligne que le nombre d’agressions ou d’incidents de harcèlement qui se déroulent dans les taxis confirme la nécessité d’un tel service.

En lire plus : Les MGF au Canada : comment mettre fin à cette forme cachée de violence envers les femmes

Les chauffeuses recrutées par DriveHER font toutes l’objet de vérification de leurs antécédents.

En réponse à certaines critiques, Mme Addo a expliqué à CBC qu’il faut « voir ce nouveau service non seulement dans une perspective de sécurité ou d’autonomisation des femmes, mais également comme un service qui favorise l’empathie. »

Solution sécuritaire à l’intention des femmes, DriveHER favorise aussi l’autonomisation économique des femmes, selon Mme Addo à CBC.

En effet, en devenant chauffeuses, les femmes peuvent créer leur propre emploi et choisir le type de service qu’elles désirent.

En lire plus : Nommer des femmes au Cabinet n’est que le début d’un meilleur équilibre entre les sexes

À ce jour, DriveHER compte plus de 100 chauffeuses dûment enregistrées.

« Nous espérons bien sûr que toutes les femmes utiliseront notre plateforme, mais bien sûr, libre à elles d’utiliser d’autres services, a confié Mme Addo à Toronto Metro plus tôt cette semaine. Et ce n’est pas une question de discrimination : je veux simplement que les femmes qui ont besoin d’un tel service se sentent en sécurité. »