Pourquoi les Global Citizens devraient-ils s'en préoccuper ?
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) considérait la méfiance à l’égard des vaccins comme l'une des plus importantes menaces pour la santé mondiale en 2019. Alors que la COVID-19 dévaste des communautés à travers le monde, il est important de rectifier les informations erronées quant aux vaccins contre la COVID-19, et contribuer à mettre fin à la pandémie. Joignez-vous à Global Citizen et passez à l'action ici.

“Pourquoi ne veux-tu pas te faire vacciner?” 

Voici la question que des personnes, partout dans le monde, ont sans doute posée aux proches qui étaient réticents à se faire vacciner contre la COVID-19.

Alors que les pays se lancent dans la course pour vacciner leurs populations, les gouvernements sont confrontés à un problème complexe : faire face et surmonter la réticence à se faire vacciner.  En 2019, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) considérait la méfiance à l’égard des vaccins comme l'une des plus importantes menaces pour la santé mondiale. La vaccination peut empêcher 2 à 3 millions de décès par an. L’OMS définit la méfiance à l’égard des vaccins comme “la réticence à se faire vacciner ou le refus de vaccination alors que les vaccins sont disponibles”.

Tandis que de fausses informations ont commencé à circuler au sujet de la COVID-19 l'année dernière, le mouvement anti-vaccin a gagné du terrain auprès de groupes qui estiment que la pandémie est une escroquerie et que les vaccins contre la COVID-19 rendraient les gens malades, selon le New York Times.

Il est, cependant, important de saisir la distinction entre le fait d'être contre la vaccination et celui d'hésiter à se faire vacciner – et de trouver un moyen d'entamer un dialogue. 

Global Citizen s'est entretenu avec le docteur Lorna Thorpe, une experte en surveillance sanitaire et directrice de la division d'épidémiologie de l'école de médecine Grossman de l'université de New York (NYU) afin de combattre cinq mythes communs sur le vaccin contre la COVID-19, et vous aider à formuler des arguments lors de  discussions avec des membres de votre famille ou des amis réticents à se faire vacciner.


1. Je m'inquiète car j’ai entendu parler de cas de personnes qui sont devenues stériles ou sont mortes après qu’on leur ait administré le vaccin.

La désinformation est très répandue sur les réseaux sociaux et des rumeurs courent sur les vaccins contre la COVID-19. Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, à la fin de l'année dernière, prétend que le vaccin contre la COVID-19 entraînerait l'infertilité, selon l’agence de presse britannique Reuters.

 “Il n'y a aucune preuve que les vaccins contre la COVID-19 aient un lien avec l'infertilité, et il n'y a pas non plus de raisons plausibles expliquant un tel lien,” déclare le docteur Thorpe à Global Citizen.

  Quant à la question de savoir si des personnes seraient décédées après avoir reçu un vaccin contre la COVID-19, le docteur Thorpe reconnaît que des pays ont signalé des décès d'individus récemment vaccinés, mais il y a d’importantes mises en garde.

Tout d’abord, aucune enquête sur ces décès n'a mis en évidence un lien avec les vaccins.

“Tous [les décès] n'ont pas été examinés de manière indépendante,” souligne le docteur Thorpe. “[Mais] beaucoup concernent des personnes plus âgées souffrant de problèmes de santé sous-jacents, et la cause exacte [du] décès n'a pas été déterminée.”

“Dans certains cas, l’on a déterminé plus tard que les décès étaient dus à une transmission de la COVID dans les cinq à six jours précédant la vaccination (pendant la période d'incubation), ou avant que la protection vaccinale ne devienne effective (les 10 premiers jours), en particulier dans les endroits où les vaccins étaient administrés aux résidents de maisons de retraite ou d’autres lieux de rassemblement similaires où il y avait une transmission active du SRAS-CoV-2,”  ajoute t-elle.

2. Je ne me fie à aucun des vaccins parce que j’ai entendu dire que les essais ont été faits de manière précipitée.

De nombreuses personnes sont réticentes à se faire vacciner car elles soulignent le fait que les vaccins ont été approuvés à une rapidité jamais égalée dans le monde. L’Administration des aliments et des médicaments (Food and Drug Administration) des États-Unis a publié un document sur son site internet afin d’expliquer aux gens dans quelles circonstances elle délivre une autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) pour les vaccins approuvés.

Elle souligne également que les essais cliniques pour les vaccins contre la COVID-19 ont été menés selon les normes rigoureuses de la FDA, et qu'aucun détail n’a été épargné lors du processus.

L'efficacité des vaccins contre la COVID-19, tel que celui développé par Pfizer-BioNTech, a été vérifiée lors de plusieurs essais cliniques sur des milliers de participants. 

En outre, bien que les experts s’accordent à dire que les vaccins contre la COVID-19 ont été approuvés à une rapidité jamais égalée, ils estiment que la vitesse avec laquelle ils ont été produits ne signifie pas que des étapes importantes des essais cliniques ont été sautées – mais que les développeurs des vaccins se sont appuyés sur des décennies de recherche et un important soutien international.

3. Vous pouvez toujours attraper la COVID-19 après avoir été vacciné alors le vaccin est inefficace.

Bien que plusieurs vaccins contre la COVID-19 semblent avoir des niveaux d'efficacité élevés, aucun vaccin n’est efficace à 100%, selon l'OMS.

“Il faut 10 à 14 jours pour que l’on soit complètement immunisé après la vaccination,” déclare le docteur Thorpe. “Il est donc possible qu'une personne soit infectée immédiatement après avoir été vaccinée." 

Toutefois, l'utilisation de vaccins approuvés à travers le monde a abouti à des résultats prometteurs. Le vaccin de Pfizer-BioNTech, qui s'est avéré efficace à 95% pour réduire les infections à la COVID-19, est actuellement utilisé dans 66 pays, selon le New York Times

Aussi, plus tôt cette année, les chercheurs ont indiqué que les anticorps formés après avoir reçu le vaccin Covaxin – approuvé pour une utilisation d'urgence en Inde – peuvent empêcher la transmission du variant britannique du coronavirus.

4. J'ai entendu dire que le vaccin modifiait nos gènes.

Le docteur Katherine O'Brien de l'OMS fait référence à la rumeur selon laquelle les vaccins contre la COVID-19 altéreraient l’ADN d'une personne, dans un épisode de la série vidéo “Science in 5” de l'organisation, dans laquelle des experts de l'OMS donnent des informations scientifiques fiables sur la COVID-19.  

“Nous avons, à présent, deux vaccins que l’on appelle des vaccins à ARNm [ARN messager], et il n'y a aucun moyen pour que les vaccins à ARNm modifient l'ADN des cellules humaines,” déclare le docteur O'Brien.

“L’ARNm, ce sont les instructions données au corps pour fabriquer une protéine. La plupart des vaccins sont développés en donnant une protéine ou en donnant une infime composante du germe contre lequel nous essayons de nous vacciner.”

“C'est une nouvelle approche qui consiste à donner simplement l’instruction à notre corps de fabriquer cette infime composante – au lieu de l’injecter – puis notre système immunitaire y répond,” ajoute t-elle.

5. La COVID-19 existera pendant encore longtemps, à cause des nouveaux variants du virus, alors je ne devrais pas m'embêter à me faire vacciner maintenant.

Alors que davantage de vaccins continuent d’être produits et administrés à une partie plus importante de la population mondiale, force est de constater les limites des vaccins sans, pour autant, inciter au scepticisme et brouiller les pistes.

“Les vaccins actuels sont très efficaces pour prévenir la maladie,” explique le docteur Thorpe. “Nous sommes, néanmoins, encore en train de comprendre dans quelle mesure différents vaccins empêchent une personne d'être infectée de manière asymptomatique et de transmettre l’infection ou contaminer les autres.”

 “Cette incertitude ne signifie pas que les vaccins ne sont pas efficaces. Il est extrêmement important qu’un maximum de personnes se fassent vacciner pour non seulement réduire le taux de malades, mais également freiner la transmission et réduire les possibilités de propagation et de mutation du virus,” ajoute t-elle.

L'OMS affirme que l'évaluation de l'efficacité des vaccins sera cruciale pour continuer d’optimiser leur utilisation et faire avancer le développement de vaccins encore plus efficaces. L'organisation demande aussi que toutes les mesures efficaces de santé publique, tels que la distanciation sociale, le port du masque et le lavage des mains, continuent d'être mises en place, même lorsque les vaccins contre la COVID-19 ont été distribués.

La prochaine fois que vos amis ou des membres de votre famille seront sceptiques quant aux vaccins contre la COVID-19, discutez ouvertement avec eux pour mieux comprendre quels aspects du déploiement du vaccin les inquiète, et fournissez-leurs des sources d’information fiables comme l'OMS, le Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes (CDC) ou encore des informations fournies par des experts en santé publique.

News

Lutter contre la pauvreté

5 mythes à combattre sur le vaccin contre la COVID-19

Par Jaxx Artz