Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Photo by Boris Smokrovic on Unsplash
Environnement

Déclin des insectes dans le monde : les experts sont terrifiés!


Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
La survie des écosystèmes de notre planète dépend de la relation entre les plantes, les animaux et le climat. Lorsque cette relation est perturbée, des changements environnementaux importants sont susceptibles de se produire. Joignez-vous à nous et passez à l’action ici.

(Note : certains liens du présent article sont en anglais seulement)

Les insectes sont essentiels sur le plan environnemental mondial : ils facilitent la pollinisation des plantes, contribuent à la décomposition des déchets, jouent un rôle utile dans la chaîne alimentaire et bien plus encore.

Sans les insectes, tous les écosystèmes seraient perturbés et pourraient disparaître. Et il y a danger. Partout dans le monde, en effet, les populations d’insectes déclinent selon Huffington Post France, et les entomologistes, ces experts des insectes, sont presque sur le point de paniquer.

Le plus récent rapport documentant ce déclin, publié par Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), s’est intéressé aux insectes des forêts tropicales de Porto Rico.

Le chercheur principal de cette étude, Bradford Lister du Rensselaer Polytechnic Institute, étudie les populations d’insectes depuis des décennies avec son équipe en utilisant un système sophistiqué de filets et de pièges à insectes. D’année en année, il a constaté un déclin de diverses populations d’insectes.

En lire plus : Les êtres humains ont tué 83 % de tous les mammifères sauvages et éradiqué la moitié de toutes les plantes, selon une étude

En 2013, le taux de capture des insectes dans les filets était huit fois inférieur au taux observé en 1977 alors que le taux de capture dans les pièges était 60 fois inférieur.

Lister a expliqué au Washington Post que la principale cause de ce déclin était fort probablement le changement climatique, puisque les températures de pointe ont augmenté de 4 degrés Fahrenheit au cours des quatre dernières décennies et que les insectes étudiés sont sensibles aux variations du climat.

Les pesticides doivent être écartés comme cause de ce phénomène, car leur utilisation a diminué de 80 % à Porto Rico durant la période étudiée.

En plus du déclin des insectes, les chercheurs ont également observé que les populations d’animaux dont la diète est principalement constituée d’insectes, comme les lézards, ont également diminué, entraînant une perturbation de la chaîne alimentaire.

En lire plus : Le Canada possède maintenant la plus vaste forêt de conifères protégée au monde

« Cette étude de la PNAS est en quelque sorte une sonnette d’alarme confirmant que le phénomène pourrait s’accentuer considérablement et toucher de nombreux autres écosystèmes, a affirmé au Washington Post David Wagner, conservateur spécialisé dans les invertébrés à l’University of Connecticut. C’est là un des articles les plus inquiétants que j’ai lus. »

Ces données s’ajoutent à un corpus de recherche déjà volumineux qui montre comment les insectes ont de plus en plus de difficulté à survivre en raison de la destruction de leurs habitats, du réchauffement climatique, du changement climatique, de l’utilisation accrue des pesticides et de bien d’autres facteurs.  

Un rapport publié en 2014 révélait que les populations d’invertébrés avaient décliné de 45 % au cours des 35 années précédentes et un rapport publié l’an dernier montrait que les populations d’insectes volants avaient diminué de 76 % en Allemagne.

Dans certains pays, les principaux insectes pollinisateurs comme les papillons et les abeilles sont en déclin. Les populations d’insectes qui ravagent les récoltes quant à elles, sont plutôt en expansion et étendent leur territoire là où les températures sont en augmentation.

En lire plus : Une baleine noire, espèce en danger, est repérée dans les eaux canadiennes

Un autre rapport, prévisionnel celui-là, établit que les insectes souffriront de la perte de leurs habitats si le changement climatique s’intensifie.

Et, comme le confirme l’étude des forêts tropicales de Porto Rico, d’autres espèces animales suivent la tendance observée chez les insectes.

« Si les forêts tropicales disparaissent, ce sera une autre véritable catastrophe pour tous les écosystèmes de la planète, a affirmé M. Lister au Washington Post. Et cela aura un impact inimaginable sur les êtres humains. »