Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Citoyenneté

Deux demandeurs d'asile de la Somalie arrivent au Canada après un voyage de 400 jours

CBC Screenshot

Traversant les champs de canola près de la frontière entre les États-Unis et le Canada à Gretna, Man., les réfugiés Abdikadir Ahmed Omar et Guled Abdi Omar sont arrivés à leur destination le 2 juillet après un voyage de 400 jours.

Les deux hommes, qui se fuyaient de la Somalie, ont traversé 15 frontières, à travers trois continents et ont dépensé près de 40 000 $ pour se rendre au Canada.

« C’était le moment le plus heureux. Je suis au Canada et je peux me détendre. Je ne suis plus recherché par la police aux États-Unis, je ne suis pas prisonnier. Je suis un homme libre », Ahmed Omar a dit à CBC.

Regardez la vidéo de CBC de Guled Abdi Omar ici (en anglais seulement).

Ahmed Omar a quitté la Somalie après que sa maison a été attaquée par des militants islamistes du groupe al-Shabab en juin 2016. Peu après, Abdi Omar a quitté sa maison dans le camp de réfugiés Dadaab à l’est du Kenya quand al-Shabaab a tenté de le recruter.

Les hommes ont pris un vol au Brésil et ont choisi de partir pour le Canada principalement à pied. Ils se sont rencontrés à Choluteca, au Honduras, en janvier et ont décidé de se tenir ensemble pour le restant du voyage.

Cette voie connue par les migrants passe au nord du Brésil à travers le Pérou, l’Équateur, la Colombie, le Panama, le Costa Rica, le Nicaragua, le Honduras, le Guatemala et le Mexique.

Une fois qu’ils sont arrivés au Mexique, Ahmed Omar et Abdi Omar ont eu du mal à trouver des logements, et le gouvernement mexicain n’a offert qu’un visa humanitaire temporaire pour voyager à travers le pays.

Voyager aux États-Unis ne semblait pas être une bonne idée pour les hommes — c’était février et le président américain Donald Trump venait d’annoncer l’interdiction de voyager.

« Je suis un homme noir, musulman et somalien. Alors pour trois raisons, c’est impossible pour moi d’aller aux États-Unis », avait dit Ahmed Omar à CBC en février.

En lire plus : Le Parc Safari défend sa décision de permettre les prières musulmanes dans le zoo

Tout de même, les hommes ont décidé de se diriger vers Tijuana. Ils ont sauté le mur qui sépare le Mexique des États-Unis le 9 avril.

Malheureusement, ils ont été rencontrés par des hommes sur des motos et ont été arrêtés par des agents de la patrouille frontalière.

Des interviews de demandeurs d’asile et de sécurité ont été arrangés, les hommes ont été arrêtés et ont été envoyés au Otay Mesa Immigration Detention Center à San Diego.

Après 40 jours, Ahmed Omar a été libéré sous caution pour près de 6 000 $ USD. Abdi Omar a été libéré sous caution le 6 juin pour 1 500 $ USD.

Abdi Omar est parti pour Saint-Cloud, Minn., pour célébrer le ramadan. Il a rencontré des gens de son camp de réfugiés et ils lui ont conseillé de se diriger vers le Canada.

Les deux hommes sont partis pour le Canada du Minnesota. Un homme les a conduits à la frontière pour 700 $ USD.

« Il a pointé vers un arbre et nous a dit de l’utiliser comme point de repère. On a appelé ça notre pôle Nord », Ahmed Omar a raconté à CBC.

Ils ont attendu pour la tombée de la nuit et ils ont traversé les champs vers la frontière.

« Je me sentais comme un être humain quand ils m’ont capturé… Ils ne m’ont pas menotté, ils m’ont amené à la frontière, ils m’ont donné de la nourriture, des couvertures et de l’eau », a raconté Abdi Omar à CBC.

En lire plus : Le gouvernement du Canada lance le Fonds de secours contre la famine

Les hommes ont été arrêtés. Par la suite, ils ont été transportés à Gretna, une petite communauté mennonite, où ils ont été hébergés dans des logements temporaires.

Ahmed Omar a dit que des adolescents locaux leur ont invité à jouer au football et à apprendre la danse carrée dès quelques heures.

« J’ai l’impression d’être chez moi. Je viens de la frontière et, en quelques heures, je suis dans l’école en train de danser, de jouer au football, de boire de l’eau, de manger le melon d’eau avec toute la communauté, la population locale », a dit Ahmed Omar à CBC.