Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Citoyenneté

3 choses que vous devez savoir sur l’Assemblée des Premières Nations 2017

Embed from Getty Images

L’Assemblée des Premières Nations (APN) a eu lieu à Regina cette semaine et plusieurs sujets ont été discutés, dont l’enquête sur les relations entre les femmes autochtones et les policiers, l’éducation et le manque de financement.

Au cas où vous l’auriez manquée, voici ce que vous devez savoir.

Les femmes autochtones disparues et assassinées

Jeudi, Delores Stevenson a donné un discours émotif à propos de la mort de sa nièce Nadine Machiskinic. La femme autochtone est décédée après être tombée de 10 étages dans une chute de linge à l’hôtel Delta à Regina le 10 janvier 2015.

Les autorités ont commencé leur enquête 60 heures après le décès de Machiskinic, quand l’hôtel avait déjà été nettoyé. Deux hommes avaient entrés dans un ascenseur de l’hôtel avec Nadine Machiskinic peu avant sa mort, mais les policiers n’ont pas commencé à leur chercher jusqu’à un an plus tard — et ils n’ont pas réussi à les retrouver.

Stevenson a lancé un appel au boycottage de l’hôtel Delta.

L’Assemblée des chefs du Manitoba a publié une déclaration jeudi appuyant le boycottage comme symbole de solidarité pour les femmes autochtones disparues et assassinées.

En lire plus : Ces lois discriminatoires affectent encore les populations autochtones — surtout les femmes

Malheureusement, la mort de Machiskinic et le manque d’enquête ne sont pas un cas unique.

Bien que les chefs des Premières nations aient voté contre une proposition demandant des résiliations des commissaires de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, les chefs de la réunion de l’APN ont adopté une résolution différente qui demande au leadership de l’organisation à exiger de grands changements dans l’enquête, selon CBC.

Le financement

Le premier jour de l’assemblée, le gouvernement a annoncé un changement dans le financement des Premières nations.

Les Premières nations auront maintenant un contrôle accru des ressources financières d’une année à l’autre.

Avant cette annonce, ils devaient renvoyer les fonds au gouvernement si un projet n’avait pas été finalisé au cours de l’année financière.

En lire plus : La mortalité infantile est plus élevée dans les communautés autochtones — nouveau projet vise à changer cette statistique sinistre

Les Premières Nations reçoivent souvent des fonds tard au cours de l’exercice financier, selon Perry Bellegar, Chef national de l’APN.

«Ces changements sont tout simplement logiques. Ils représentent les premières étapes de nos efforts se concentrant sur la relation financière et je trouve encourageant de constater qu’ils ont déjà un effet bénéfique sur notre peuple et nos gouvernements. Nous jouissons maintenant d’un élan vers des progrès et des changements réels», a soutenu Bellegarde.

Le vieux processus a causé les communautés d’être prises dans un cycle de démarrage et d’arrêt avec leurs projets, a déclaré la ministre des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett.

« Ils peuvent commencer le projet et savoir que si ce n’est pas terminer le printemps suivant, ils ont encore l’argent nécessaire pour continuer et finir le projet », a déclaré Bennett lors de la réunion mardi.

L’éducation

L’éducation a été le premier sujet de discussion mercredi. Le Comité de travail mixte sur l’éducation des Premières nations a été créé en février pour examiner l’éducation des Premières nations.

Leurs principales priorités actuellement sont d’établir un plus grand contrôle sur l’éducation et un financement durable à long terme.

Plusieurs équipes ont été formées pour examiner les différents domaines de l’éducation, et chaque équipe a présenté leurs mises à jour à l’assemblée.

Le manque de financement a été le thème commun discuté au cours des mises à jour.

Les étudiants des Premières nations reçoivent environ la moitié de ce que font les étudiants hors réserve, selon Angus Mirasty, ancien professeur à la bande indienne de Lac La Ronge.

En lire plus : Justin Trudeau demande au pape des excuses aux peuples autochtones

Le représentant du Comité de coordination de l’éducation des Premières nations (CCEPN), Tyrone McNeil, a déclaré que travailler avec le gouvernement libéral n’est pas très différent de travailler avec l’ancien gouvernement conservateur.

Il y avait un peu moins de 3 milliards de dollars inclus dans le budget de 2016 pour l’éducation des Premières nations, mais les membres des Premières nations disent qu’ils n’ont pas reçu beaucoup d’argent à date et qu’il est difficile d’en obtenir.

Le ministre Bennett a annoncé mercredi un financement de 5 millions de dollars pour appuyer des initiatives importantes qui aideront les étudiants des Premières nations à poursuivre et à terminer leurs études.