Cette Canadienne est médecin experte en hésitation vaccinale. Voici ce qu'elle veut dire aux parents.

Auteur: Jacky Habib

Courtesy of Toronto Public Health

Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
L'Objectif mondial n°3 des Nations Unies vise à garantir à chacun, partout, l'accès à la santé et au bien-être. Cela inclut la protection contre les maladies évitables, et les vaccins font partie intégrante de la réalisation de cet objectif. Rejoignez Global Citizen pour passer à l'action sur cette question et bien plus encore ici.

Ces dernières années, une augmentation de la désinformation sur les vaccins a contribué à la baisse des taux de vaccination et à la montée du mouvement anti-vaccin. À leur tour, des pays comme les États-Unis et l'Italie ont connu des épidémies de maladies évitables comme la rougeole.

Alors que les parents qui s'opposent aux vaccins font la une des journaux du monde entier, les experts affirment que l'accent devrait être mis sur un segment plus large de la population : ceux qui hésitent à se faire vacciner, mais qui le feront probablement lorsqu'ils recevront des informations fiables de sources fiables.

En tant que médecin hygiéniste adjointe au service de santé publique de Toronto, le Dr Vinita Dubey s'efforce de relever les taux de vaccination dans toute la ville, ce qui implique de s'attaquer aux réticences à l'égard des vaccins. Global Citizen a rencontré Mme Dubey pour discuter de la prévalence de l'hésitation à se faire vacciner, de sa stratégie pour y remédier et du rôle des cliniciens et du grand public dans la promotion de conversations saines sur les vaccins.

Qu'est-ce que l'hésitation à se faire vacciner et dans quelle mesure est-elle courante ?

Lorsque j'étais en école de médecine, il y a 20 ans, nous n'avions pas encore parlé d'« hésitation vaccinale ». Nous avons toujours eu des gens farouchement opposés aux vaccins, et maintenant avec les réseaux sociaux, ils ont un mégaphone ; donc, bien qu'ils soient peu nombreux, leur voix est forte. Mais cette idée que les gens hésitent et se demandent s'il faut vacciner est nouvelle.

Environ 3 % de la population est fermement opposée aux vaccins. D'après les enquêtes, il semble qu'environ 20 % des parents au Canada soient réticents. Il se peut qu'ils aient l'intention de faire vacciner leur enfant. Ils ont eux-mêmes été vaccinés, ils ne s'y opposent pas, mais ils disent des choses comme : « Je ne veux pas que mon enfant soit autiste ». Ils ont entendu suffisamment de propos anti-vaccins pour que cela les remette en question. Ces parents choisiront probablement de faire vacciner leurs enfants, et nous nous concentrons sur ce point.

Que savez-vous des parents qui hésitent à se faire vacciner ?

Certains des vaccins que nous conseillons aux enfants ne sont pas nouveaux ; ils existent depuis les années 70, mais les questions qui les entourent sont nouvelles. Nous essayons de répondre au besoin d'information des parents. D'une part, certains parents posent toutes sortes de questions : « Que pensez-vous de l'aluminium ou du formaldéhyde ? Comment puis-je être sûr à 100 % qu'il n'y a pas de risque ? » 

School Immunization TSA2 2160x3840 July2018 (002).pngImage: Courtesy of Toronto Public Health
Ce que je sais grâce à mes recherches, c'est qu'il s'agit d'une tactique que le mouvement anti-vaccins emploie vis-à-vis des parents pour les inciter à se demander s'il n'y a pas de risque. Nous savons que les vaccins comportent des risques, mais les avantages l'emportent souvent sur ceux-ci. Rien dans la vie n'est sans risque, comme conduire une voiture ou être dehors et se faire frapper par la foudre. Il y a des risques dans tout, mais il faut les peser.

Comment se déroulent généralement les conversations avec les parents qui hésitent à se faire vacciner ?

Les parents qui hésitent à se faire vacciner sont très désireux d'obtenir des réponses, mais parfois, la désinformation est tellement ancrée qu'il leur est difficile d'accepter la réponse que je donne. J'ai dû interrompre des conversations lorsque les gens ne se montraient pas respectueux, ou lorsqu'ils posaient la même question à plusieurs reprises, s'attendant à une réponse différente.

L'une de nos recommandations aux parents qui ont des questions est de s'adresser à votre prestataire de soins de santé, car il s'agit d'une personne de confiance, ce qui rend les conversations plus efficaces.

Vous avez publié un article qui conseille les médecins sur la manière de mener ces conversations. Que recommandez-vous ?

Certains médecins racontent : « Ce parent est venu parler [de la présence] d'aluminium dans les vaccins, et je ne sais pas quoi lui dire », et c'est l'inverse qui s'applique. Certains parents disent : « J'ai demandé à mon médecin de me parler d'un vaccin et il est incapable de me donner une réponse ». C'est pourquoi nous avons publié cet article.

Une partie du problème est que les médecins ont confiance dans les vaccins, mais ne savent pas comment répondre aux questions et, par leur langage corporel, ils mettent le parent mal à l'aise. Certains médecins disent : « Je suis médecin depuis 20 ans et je n'ai jamais eu à penser à ces réponses. » Cela fait partie du rôle du clinicien d'être prêt à répondre, afin de pouvoir rassurer les parents.

Toronto Public Health

Toronto Public Health
Courtesy of Toronto Public Health

Toronto Public Health

Toronto Public Health
Courtesy of Toronto Public Health

Toronto Public Health

Toronto Public Health
Courtesy of Toronto Public Health

Toronto Public Health

Toronto Public Health
Courtesy of Toronto Public Health

Comment travaillez-vous pour augmenter le taux de vaccination et lutter contre les hésitations d'un point de vue politique ?

D'un point de vue systémique, j'examine s'il est possible d'adopter des lois pour promouvoir les vaccins et leur distribution, afin de maintenir une couverture et une immunité collective élevées. Il existe une loi en Ontario qui prévoit que tous les élèves doivent être vaccinés pour s'inscrire à l'école, ou qu'ils doivent bénéficier d'une exemption valide, qu'elle soit médicale, religieuse ou philosophique.

À Toronto, notre taux d'exemption est encore faible avec un taux inférieur à 3 %, mais au cours de la dernière décennie, on a constaté une augmentation constante des exemptions philosophiques. À quel moment ce taux est-il trop élevé ? Nous avons maintenant des foyers de personnes non vaccinées au sein des écoles. Toronto reçoit beaucoup de voyageurs et la rougeole arrive dans notre ville chaque année. Si la rougeole devait arriver dans une école où l'immunité collective est faible, elle pourrait se propager.

Tout au long de votre travail, avez-vous eu une conversation mémorable avec un membre du public sur son point de vue sur la vaccination ?

Une femme, Safia, est venue à une réunion du conseil d'administration de la santé publique de Toronto et a raconté son histoire. Elle est née en Somalie et ses parents ont tardé à la vacciner parce qu'ils étaient réticents. Elle a contracté la polio avant l'âge d'un an, et aujourd'hui, installée à Toronto et âgée d'une quarantaine d'années, elle vit avec les conséquences de cette maladie. Elle a subi une opération chirurgicale et utilise un appareil de mobilité.

Son histoire diffère de celle de ceux qui sont venus à la même réunion et ont déclaré que les vaccins nuisaient à leurs enfants. C'était un moment très révélateur : vous avez deux camps face à vous. L'un s'est engagé à exprimer pourquoi il n'aime pas les vaccins et ne leur fait pas confiance, et pourtant, d'autres partagent des histoires sur la manière dont le mal qu'ils ont subi aurait pu être évité.

Toronto-Public-Health-Poster.jpgImage: Courtesy of Toronto Public Health

Comment promouvoir des conversations saines autour des vaccins, afin que les parents se sentent à l'aise pour poser des questions et rechercher des informations ?

Le seul endroit où nous n'avons pas besoin d'avoir cette conversation est sur les réseaux sociaux. Internet a joué un rôle très négatif dans la diffusion de fausses informations. Les gens doivent faire attention à ce qu'ils lisent sur les réseaux sociaux et ne pas prendre cela au pied de la lettre.

Nous avons tous un rôle à jouer pour nous assurer que notre population continue à être vaccinée. Dans la situation actuelle avec la COVID-19 ... il y a déjà de la désinformation et des préjugés contre la vaccination. Nous avons tous un rôle à jouer dans l'interprétation des données scientifiques et dans la prise de décisions éclairées. Ce n'est pas seulement aux professionnels de la santé qu'il appartient de faire changer les gens d'avis.

Cet entretien a été légèrement révisé par souci de clarté.


Si l’année 2020 nous enseigne quelque chose sur la santé mondiale, c’est bien l’importance de la vaccination. « World's Best Shot » est une série de témoignages de gens qui se dévouent corps et âme pour faciliter la vaccination partout dans le monde.