Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

A street scene from Kampala, Uganda.
Twin Work & Volunteer/Flickr
Filles et Femmes

Le gouvernement ougandais crée la polémique en faisant des « femmes aux formes généreuses » une attraction touristique


Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
L’exploitation du corps de la femme va à l’encontre du principe de l’égalité des sexes. Des militants pour cette cause ont demandé au Ministère du tourisme ougandais d’annuler le concours « Miss Pulpeuse Ouganda » en lançant une pétition. Vous pouvez vous joindre à cette action ici.

(Certains liens du présent article sont en anglais seulement.)

Le ministre du Tourisme ougandais Godfrey Kiwanda a suggéré de promouvoir « les femmes aux courbes généreuses » comme attraction touristique. Cette déclaration a provoqué la fureur de nombreuses femmes ougandaises.

Mercredi dernier, lors d’une conférence de presse, le ministre Kiwanda a proposé de se servir du concours de beauté « Miss Pulpeuse Ouganda », qui se tiendra en juin prochain, comme tremplin pour attirer les visiteurs. Le média Al Jazeera rapporte que suite à ces propos, de nombreuses activistes, ainsi que des femmes ougandaises ont exigé sa démission.

Agissez dès maintenant : Pas une de plus : Aidez les Global Citizens à mettre fin aux mutilations génitales féminines

« L’Ouganda est doté de belles femmes. Leur beauté est unique et diverse. C’est pourquoi nous avons décidé de tirer profit de leur beauté, leurs courbes (…) afin d’en faire un produit marketing, au même titre que les atouts que nous possédons déjà dans ce pays, que ce soit la nature, la langue ou la cuisine, qui sont, aussi, des attractions touristiques », le ministre Kiwanda a déclaré, en présence de candidates du concours « Miss Pulpeuse Ouganda ».

Ann Mungoma, organisatrice dudit concours de beauté, a déclaré que ce nouvel événement était destiné à soutenir le mouvement « body positive », c’est-à-dire le mouvement en faveur de l’acceptation et l’appréciation de tous types de corps et attirer le public ougandais.

Les internautes ne croient pas que le concours avait l’intention de sensibiliser au mouvement « body positive » et ont immédiatement dénoncé ces déclarations, ce qui a provoqué la controverse concernant le concours et la décision du ministre.

Des militants ont pris des mesures pour mettre fin à cette campagne. L’entrepreneure et activiste Primrose Murungi a lancé une pétition en ligne sur le site Change.org, exigeant des excuses ainsi que l’arrêt du concours Miss Pulpeuse.

« Dans un pays dans lequel les femmes sont régulièrement attaquées dans la rue, en faire des attractions touristiques revient à légitimer ces pratiques, et c’est profondément injuste, écrit Mme Murungi. Ils nous traitent comme des objets et dévalorisent les femmes ».

En lire plus : Le nouveau gouvernement éthiopien : une victoire historique pour les femmes

Les activistes affirment que les déclarations de M. Kiwanda ne sont d’aucune aide dans la lutte contre les stéréotypes dont sont victimes les femmes dans le pays. Malgré les lois et les efforts pour protéger les femmes ougandaises, la violence liée à la discrimination du genre a augmenté de 4 % entre 2015 et 2016, selon le rapport annuel de criminologie de la police nationale.

« De nos jours, considérer que les femmes puissent être utilisées comme objets sexuels est une absurdité que nous condamnons, » a déclaré Rita Aciro, directrice générale du Uganda Women’s Network.

L’Ouganda est un pays émergent dont l’économie dépend beaucoup du tourisme, cependant, les opposants à ce concours ne pensent pas que la conjoncture économique justifie cette exploitation des femmes.

La pétition en ligne avec pour but de retirer cette proposition du gouvernement a déjà recueilli plus de 1 700 signatures. La militante Murungi a l’intention d’avoir recours à la justice en cas de refus de la part du ministère du tourisme d’annuler le concours de beauté.

En réponse à ces propos, M. Kiwanda a déclaré que la campagne n’avait pas pour but de dévaloriser les femmes, mais n’a cependant pas annoncé l’annulation de l’événement.