Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Element5 Digital / Unsplash
PartnerFilles et Femmes

Le problème troublant auquel font face près de 20 % des filles américaines


Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
Aucune fille ne devrait être privée de leur éducation parce qu’elle n’a pas accès à des produits d’hygiène intime. Le fait de faire passer son éducation en second plan peut limiter la confiance et les opportunités d’une fille aujourd’hui et à l’avenir. La marque Always et l’organisation Period se sont associées pour soutenir la santé menstruelle et s’assurer que toutes les femmes et les filles aient accès à des produits hygiéniques et puissent rester à l’école. Joignez-vous à nous pour prendre part à cette action ici et mettre un terme à la précarité menstruelle avec la campagne #EndPeriodPoverty.

Aux États-Unis, près de 20 % de filles ont manqué l’école parce qu’elles n’avaient pas les moyens de s’acheter des produits hygiéniques. Cependant, attribuée en partie à la stigmatisation sociale autour du cycle menstruel, la précarité menstruelle ne fait pas souvent l’objet de discussions et n’a pas reçu l’attention méritée.

« C’est troublant que la précarité menstruelle existe… mais c’est encore plus choquant que des personnes ne sachent pas que ce problème existe », a déclaré Charlotte LeFlufy, leader de l’impact social mondial de Always, lors la seconde édition annuelle de la Period Con(conférence menstruelle) le 26 janvier à New York.

Cet événement fédérateur a été coparrainé par Always, la principale marque d’hygiène féminine du groupe Procter & Gamble et animée par l’association Period. Cette association mondiale est dirigée par des jeunes qui militent en faveur d’un meilleur accès aux soins menstruels et d’une meilleure sensibilisation à ces soins. Ces deux organisations travaillent ensemble pour se lutter contre la stigmatisation des règles et s’assurer que chaque personne concernée ait accès à des produits hygiéniques.

L’événement a réuni pour une fin de semaine des jeunes militants, des lycéens, des étudiants et des branches locales du réseau de l’association Period pour des tables rondes et des ateliers au sujet de l’hygiène menstruelle. Des militants originaires d’Éthiopie, du Canada, de la Suède et des États-Unis ont pris part à cette conférence pour discuter de la menstruation et en apprendre plus sur les difficultés liées à l’hygiène menstruelle auxquelles font face plusieurs personnes dans le monde.

Agissez dès maintenant : Faites entendre vos voix : Il est temps d’éliminer la précarité menstruelle

« C’est formidable de vous avoir ici pour aider vos communautés à faire face à cette incrédulité, parce que si nous n’acceptons pas que ce soit un problème, nous ne pourrons jamais le changer », a déclaré Mme LeFlufy.

Mme LeFlufy a été rejointe sur un panel concernant la précarité menstruelle par le cofondateur de l’association Period Vincent Forand, la fondatrice de la branche locale de Period Ashley Arevalo et Dr Melisa Holmes, une gynécologue et la fondatrice de l’association Girlology, qui a pour mission de défendre la santé des filles.

La discussion du panel a mis en lumière la manière dont les femmes et les filles à travers le monde ont appris à se sentir gênées et honteuses de leurs règles. Le manque d’accès aux installations et aux produits hygiéniques ne fait qu’ajouter à la honte et à l’embarras que beaucoup de filles associent déjà aux règles.

Sans un accès à des serviettes hygiéniques et à des tampons, plusieurs filles ont recours à des produits hygiéniques improvisés comme du papier toilette roulé en boule ou des chaussettes. Bien que ces options ne soient pas une menace pour leur vie, elles en sont une pour leur dignité. Les tampons improvisés peuvent cependant poser de sérieux problèmes de santé pour les femmes et les filles.

Screen Shot 2019-02-05 at 4.30.12 PM.pngChloe Belangia and Beatrice Domingo

« La précarité menstruelle est injuste, non seulement parce que les produits hygiéniques ne sont pas disponibles, mais également parce que cela leur empêche d’avoir une éducation », a déclaré Mme Holmes.

Toutefois, les effets négatifs de la précarité menstruelle ne s’arrêtent pas juste à l’interférence qu’il y a avec les opportunités scolaires, ils affectent également la vie quotidienne.

« Lorsque nous passons notre vie à porter la honte et l’embarras sur nos épaules, cela affecte notre estime de soi, cela a également un impact sur notre capacité à défendre nos intérêts », a ajouté Mme Holmes.

La précarité menstruelle n’est pas juste un problème aux États-Unis, mais un problème global. Au moins 500 millions de femmes et de filles dans le monde ne bénéficient pas d’un accès constant à des installations propres et des produits sanitaires pour s’occuper de leur santé menstruelle. En Afrique subsaharienne, l’UNICEF estime qu’une fille sur 10 manque l’école durant ses règles.

En lire plus : Les femmes sont plus fortes que les hommes. La science vient de le prouver.

Always travaille fort pour aider à lutter contre la précarité menstruelle aux États-Unis et dans le monde entier.

L’entreprise s’est associée à des femmes inspirantes telles que Gina Rodriguez pour aider à sensibiliser sur ce problème aux États-Unis et d’encourager des changements. Quant à l’Afrique du Sud, pays dans lequel le manque d’accès aux produits hygiéniques est aussi un problème majeur, Always s’est associée aux responsables gouvernementaux, aux célébrités locales et à Global Citizen pour promouvoir la santé menstruelle et garder les filles à l’école durant leurs règles.

Bien que la précarité menstruelle affecte directement les femmes et les filles, elle peut avoir des répercussions sur l’ensemble des communautés. Pour s’attaquer au problème au niveau politique, il faut que des personnes de tous les milieux et de tous les sexes s’impliquent.

« Dans l’intérêt de toutes celles affectées par la précarité menstruelle, nous avons besoin d’évoquer les deux facettes de la conversation... tout le monde doit parler de ce sujet, » a déclaré M. Forand.

Always et l’association Period montrent que des progrès sont en cours dans la lutte contre la pauvreté menstruelle, mais ces derniers exigeront une collaboration continue entre les entreprises, les organismes de défense des droits et les groupes communautaires pour aller de l’avant.