Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

Santé

Ce Médicament Anti-VIH Sauve des Vies à Londres, à Soweto, et au-delà

Embed from Getty Images

Dans un monde où 36,7 millions de personnes vivent avec le VIH, le besoin de médicaments qui traitent avec efficacité et préviennent l'infection est impérieux.

Une petite pilule bleue pourrait être la réponse. Destiné aux groupes les plus à risque de contracter le VIH - les hommes homosexuels au Royaume-Uni ou aux États-Unis et les communautés pauvres en Afrique du Sud et en Ouganda — un médicament révolutionnaire gagne du terrain.

La prophylaxie pré-exposition ou PrEP est une stratégie de prévention qui a déjà prouvé être très efficace. Elle est basée sur l’utilisation quotidienne d’un traitement antirétroviral chez des personnes séronégatives exposées à un risque de VIH, qui vise à bloquer la transmission du virus et à l’empêcher d’attaquer les « lymphocytes T» — un type de globules blancs essentiels au système immunitaire de l’organisme.

Des études montrent que la PrEP réduit de 90 % le risque d'infection en offrant une protection adéquate contre la maladie au cours des rapports sexuels avec un partenaire séropositif.

Depuis qu’elle a été approuvée en 2012 par la Food and Drug Association (FDA), la PrEP a prouvé être plus efficace dans la prévention de l'infection que les formes traditionnelles de protection, comme les préservatifs — et met le pouvoir fermement entre les mains de ceux qui sont vulnérables à contracter la maladie.

Un profil NPR de ce nouveau médicament présente un cas typique, celui de Catherine Msimango, 18 ans. Ayant grandi à Soweto, une banlieue noire en Afrique du Sud comptant une population de 1,3 million d’habitants, elle a perdu ses proches parents au VIH et vu les ravages qu'il cause à la vie des gens et à leurs familles.

« J’ai vécu l'expérience du VIH », dit-elle au cours de l'interview. « Je ne voudrais pas la revivre. » Se joignant à d'autres adolescents dans sa communauté, elle s’est inscrite pour prendre part à un programme pilote pour tester la PrEP. En tant que jeune femme sexuellement active, elle estime que ce médicament lui a permis de garder le contrôle de son corps. Au lieu de ne disposer que du condom comme mesure de protection, elle peut maintenant se protéger de contracter le VIH sans avoir besoin de la permission de son petit ami.

« Il est question de ma sécurité, parce que je ne sais pas ce qu’il fait quand je ne suis pas là », dit-elle. « S'il ne veut pas utiliser de protection [condom], je sais que je suis en sécurité grâce à cette pilule. »

La dynamique du pouvoir dans des collectivités comme Soweto laissent souvent les jeunes filles et femmes les plus vulnérables. Non seulement il leur est plus difficile d’accéder aux informations sur le VIH – surtout concernant les moyens pour elles de se protéger – mais, souvent, elles ont des rapports sexuels avec des hommes plus âgés qui possèdent une plus grande expérience sexuelle et risquent davantage d’être infectés. Alors que la lutte contre le VIH/sida nécessite des programmes poussés d'éducation publique pour s’assurer que les deux parties comprennent leur responsabilité dans la prévention de la transmission du virus, la PrEP restaure la sécurité des filles comme Catherine dans les communautés à haut risque.

« Trente ans après l’éclosion de cette épidémie, il est clair que les condoms ne sont pas la solution pour tout le monde », a déclaré Linda-Gail Bekker, directeur adjoint du Centre Desmond Tutu HIV à Cape Town, en Afrique du Sud.

Où que vous alliez dans le monde, c’est la même histoire que vous trouverez partout.

À Londres, un homme gai sur huit vit avec le VIH. Dans le cadre d'un essai clinique appelé Proud, 500 hommes homosexuels en Angleterre ont pris la PrEP sur une base quotidienne pendant plus d'un an, et les résultats ont été extrêmement positifs. Un participant, Harry, fait valoir que ce médicament a rendu le sexe plus sûr pour lui, et demande à ce qu'il soit plus largement accessible.

Les critiques de la PrEP soutiennent qu’elle pourrait encourager les gens à avoir des rapports sexuels à risque - même si la PrEP peut empêcher la propagation du VIH sans avoir besoin d'un condom, elle ne protège pas contre les autres maladies transmissibles sexuellement. 

Cependant, son efficacité dans la prévention de nouvelles infections à VIH a été prouvée. Le médicament est actuellement au centre d'une bataille juridique au Royaume-Uni, car les organismes de bienfaisance militent pour que la PrEP soit rendue plus largement accessible en étant remboursée par le NHS.

Des mesures innovantes dans la prévention de nouvelles infections sont cruciales pour créer un monde sans VIH et SIDA. Un rapport publié par l'ONUSIDA en juillet 2016 a mis en évidence le besoin urgent de renforcer la prévention des infections à VIH chez les adultes. Le rapport de prévention Gap a révélé que des progrès ont été réalisés dans la réduction des nouvelles infections à VIH chez les enfants au cours des cinq dernières années. En revanche, les infections chez les adultes ont cessé de diminuer, indique le rapport. Il y a même une recrudescence des nouvelles infections à VIH chez les adultes dans certaines parties du monde, dont le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

« Nous tirons la sonnette d'alarme », a déclaré le directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé. « Le pouvoir de la prévention est au point mort. S'il y a une résurgence des nouvelles infections à VIH maintenant, l'épidémie deviendra impossible à contrôler », a-t-il ajouté. M. Sidibé a ainsi appelé la communauté internationale à prendre des mesures urgentes et immédiates pour combler cet écart de prévention, en particulier afin de mettre fin à l'épidémie d'ici 15 ans, l'un des objectifs du Programme de développement durable à l'horizon 2030.