Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

Child receives vaccine in Burkina Faso.
WHO / Flickr
Santé

Selon un rapport, 20 millions d’enfants n’étaient pas vaccinés contre des maladies mortelles en 2018


Pourquoi les Global Citizens devraient s’en préoccuper
Les efforts de vaccination réalisés dans le monde sont l’une des initiatives les plus importantes et nécessaires pour atteindre l’objectif de développement durable n° 3 concernant la santé et le bien-être pour tous. Des vaccins sûrs et efficaces comme le vaccin ROR ou le vaccin anti-VPH sont le meilleur moyen d'éviter l'apparition d’épidémies évitables par la vaccination. Joignez-vous à Global Citizen et passez à l’action maintenant.

En 2018, plus de 20 millions d’enfants dans le monde n’ont pas reçu les vaccins nécessaires pour leur santé, comme ceux pour prévenir la rougeole, la diphtérie et le tétanos, selon des statistiques récemment publiées. 

Les données sur les estimations de la couverture vaccinale dans le monde publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’UNICEF sont mises à jour chaque année. Les chiffres montrent que les taux de vaccination ont stagné du fait de conflits, des inégalités et de la complaisance. 

Le rapport indique le taux de vaccination mondial pour trois doses de vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTP3) et pour une dose de vaccin contre la rougeole est resté à 86 % depuis 2010.

Agissez dès maintenant: La rougeole fait une réapparition dangereuse. Que savez-vous de cette maladie évitable ?

« Les vaccins sont l’un de nos outils les plus importants pour prévenir des épidémies et garder le monde en bonne santé, a dit dans une déclaration Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. Il est vrai que la majorité des enfants sont vaccinés aujourd’hui, mais beaucoup trop sont laissés pour compte. Il est inacceptable qu’il s’agisse souvent de ceux qui sont le plus à risque —  les plus pauvres, les plus marginalisés, ceux qui sont affectés par des conflits et forcés à quitter leur maison — qui ne sont pas vaccinés. »  

Le rapport note qu’environ la moitié des enfants qui n’ont pas été vaccinés vivent dans tout juste 16 pays : l’Afghanistan, la République Centrafricaine, le Tchad, la République Démocratique du Congo, l'Éthiopie, Haïti, l’Irak, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Pakistan, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, la Syrie et le Yémen.

Bien que l'accès aux vaccins pour les populations vivant dans des endroits difficiles d’accès demeure un obstacle prévisible, l’année 2018 a été marquée par une autre inquiétude, en particulier dans les pays développés.

En lire plus : Le vaccin VPH sera administré aux garçons à travers le Royaume-Uni à partir de septembre

Les épidémies de rougeole sont survenues dans le monde entier, dues en grande partie au mouvement anti-vaccins.

« La rougeole est un indicateur en temps réel des domaines dans lesquels nous devons travailler pour lutter contre les maladies que l’on sait prévenir, a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF. Parce que la rougeole est si contagieuse, une épidémie indique qu’il y a des communautés non vaccinées en raison de l’accès, des coûts, ou dans certains endroits, de la complaisance. Nous ne devons épuiser tous les moyens pour vacciner tous les enfants. »

Près de 350 000 cas de rougeole ont été signalés dans le monde en 2018, soit plus du double du nombre enregistré en 2017, selon le rapport.

En lire plus: Les professionnels de la santé s’inquiètent des centaines de milliers de cas de rougeole dans le monde

Le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) est disponible depuis 1963, et vacciner les enfants reste le meilleur moyen de prévenir d’éventuelles épidémies. Avant son introduction, la rougeole était l’une des principales causes de la mortalité infantile dans le monde.

Cette année, le rapport concernant les taux de vaccination inclut également des statistiques sur le taux de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH). Le rapport indique que 90 pays ont ajouté le vaccin contre le VPH à leur programme de vaccination nationale depuis 2018.

Le VPH est un virus extrêmement répandu qui peut présenter aucun symptôme dangereux, mais qui peut également entraîner un cancer du col de l’utérus  — 99 % des cancers du col de l’utérus sont causés par le VPH.

Il y a eu plus de 500 000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus en 2018 et dans certains pays en Afrique sub-saharienne, c’est la cause majeure de décès des femmes atteintes de cancers.

Parmi les 90 pays qui ont introduit le vaccin dans leurs programmes nationaux, seuls 13 étaient des pays à faible revenu, ce qui veut dire que les filles les plus à risques manquent toujours d’un accès à ce vaccin vital. 

L’OMS aspire à atteindre un taux de vaccination mondial de 95 %, ce qui serait une protection suffisante pour toutes les communautés contre les épidémies liées à des maladies que le peut prévenir avec des vaccins. Cela conduirait en fin de compte à des progrès vers la réalisation de l'objectif de développement durable n° 3 sur la santé et le bien-être pour tous.