Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

HPV Vaccination in Sao Paulo, Brazil
Pan American Health Organization
Santé

Le vaccin VPH sera administré aux garçons à travers le Royaume-Uni à partir de septembre


Pourquoi les Global Citizens devraient s’en préoccuper
L’Objectif de développement durable n°3 de l’ONU appelle à la santé et au bien-être de tous — et les vaccinations sont un outil essentiel pour prévenir les décès et les effets sur la vie des maladies qui sont entièrement évitables. Joignez-vous au mouvement en passant à l’action ici pour soutenir l’Objectif de développement durable n°3.

Le vaccin anti-papillomavirus (VPH) sera disponible pour les garçons dans tout le Royaume-Uni à partir de septembre, une décision dont on estime qu’elle pourra prévenir des dizaines de milliers de cas de cancer.

Le vaccin sera distribué par le National Health Service (NHS) aux garçons en quatrième âgés de 12 à 13 ans, un « triomphe pour l’égalité des sexes dans la prévention du cancer », selon la Professeure Beate Kampmann, directrice du centre de vaccination à la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

L’Écosse et le Pays de Galle ont déjà annoncé l’introduction du programme du vaccin VPH pour les garçons, respectivement en juillet et en août 2018.

Agissez dès maintenant : Demandez aux leaders mondiaux d’investir dans les vaccins

VPH fait référence au virus du papillome humain — un groupe de virus communs, dont certains sont liés au cancer du col de l’utérus, parmi d'autres types de cancers de la bouche, de la gorge et de l’anus.

Comme le virus est transmis sexuellement, la vaccination des garçons aidera à combattre la propagation du virus.

Mais il existe aussi des avantages conséquents pour les garçons — par exemple, ce vaccin aidera à prévenir les cancers du pénis, de l’anus et des organes génitaux, ainsi que certains cancers de la tête et du cou, selon le Guardian.

On estime que l'extension du programme de vaccination contre le VPH permettra de prévenir 29 000 cancers chez les hommes en Grande-Bretagne au cours des 40 prochaines années.

« Cela fait plaisir de voir que le Royaume-Uni suit l’exemple d’autres pays comme l’Australie, où le vaccin a été mis en place pour les filles depuis 2007 et pour les garçons en 2013, a ajouté Mme Beatman. En conséquence, le taux d’infection du virus VPH chez les femmes de 18 à 24 ans est ainsi passé de 22 % à 1 % entre 2005 et 2015 ».

En lire plus: Pourquoi vous ne devriez plus jamais négliger vos vaccins


« Ce succès parle de lui même, a-t-elle dit. Nous avons maintenant les outils pour éradiquer la plupart des cancers liés au VPH chez les hommes et les femmes. »

Dans le monde entier, on estime qu’il y avait 570 000 nouveaux cas de cancers du col de l’utérus en 2018, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) — 90 % de décès liés au cancer du col de l’utérus ont lieu dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

L’objectif de l’OMS est de réduire le nombre de cas de cancer du col de l'utérus dans le monde à un maximum de quatre pour 100 000 personnes.

L’objectif de l’OMS est de réduire le nombre de cas de cancer du col de l'utérus dans le monde à un maximum de quatre pour 100 000 personnes.

En temps en Angleterre, c'est le deuxième type de cancer le plus fréquent chez les femmes de moins de 35 ans.

Le programme de vaccination pour les filles a été lancé en 2008. D'ici le 50e anniversaire du programme en 2058, on estime que le vaccin aura permis d'éviter plus de 100 000 cancers au Royaume-Uni, selon Public Health England.

L’université de Warwick a fait des recherches pour prédire l'impact probable du programme de vaccination après 50 ans, selon the Guardian. Il estime que 64 138 de cancers du col de l’utérus et 49 649 autres formes de cancers liés au VPH pourront être évités.

Mais jusqu'à présent, le programme connaît déjà un grand succès dans tout le Royaume-Uni.

En lire plus: Les professionnels de la santé s’inquiètent des centaines de milliers de cas de rougeole dans le monde

En avril, par exemple, une étude d’une équipe de chercheurs dans un nombre conséquent d’universités écossaises a montré que le déploiement universel du vaccin anti-papillomavirus a entraîné une réduction « spectaculaire » du cancer du col de l'utérus plus tard dans la vie.

Cette étude, publiée dans le British Medical Journal, a montré que le programme de vaccination pour les filles avaient « dépassé leurs attentes » — et a presque anéanti les cas de précancer du col de l'utérus chez les jeunes femmes.

« Le message principal est que le vaccin fonctionne, a dit le Dr. Kevin Pollock de la Caledonian University de Glasgow, Tant que le taux d'absorption reste élevé, le virus n'a nulle part où aller et il est en train d'être éliminé. »

Il a qualifié les résultats obtenus en Écosse de « nouvelles remarquables » et a déclaré que la vaccination « offre la seule solution possible pour prévenir un cancer dont la cause est bien établie. »