Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Environnement

Cette ligne du métro de Londres utilisera la chaleur excédentaire pour garder des centaines de maisons au chaud cet hiver

Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
Il ne reste que 11 ans pour atteindre l’Objectif de développement durable n° 13 et lutter effectivement contre la crise du climat. Il est donc essentiel d’innover dans la manière dont nous produisons et utilisons l’énergie, en particulier dans le secteur des transports — qui représentait 14 % des émissions mondiales en 2010. Joignez-vous au mouvement et passez à l’action ici pour garantir que les communautés les plus pauvres du monde soient protégées contre les conséquences du changement climatique.

Il est 8 h 27 à Londres, vous êtes en retard pour le travail et le visage d’un inconnu est écrasé contre votre épaule.

Vous êtes, bien évidemment, dans le métro. Qu’arriverait si la chaleur fiévreuse émanant des personnes dans le métro, gênés par leur proximité avec d’autres inconnus, pouvait être utilisée pour une bonne cause ? 

Et bien, vous êtes sur le point d’apprendre un petit truc appelé « chauffage renouvelable ».

Agissez dès maintenant : Le changement climatique menace des vies. Aidez les pays les plus pauvres à s’adapter.

Votre trajet en sueur pourrait en fait accomplir quelque chose de rafraîchissant : garder des centaines de maisons à Londres au chaud pendant les mois froids de l’hiver.

Plus précisément, les températures excessives sur la ligne du Nord (note aux lecteurs du monde entier : il s’agit de la route qui passe en quelque sorte par la voie 9 ¾) seront bientôt acheminées vers les foyers et les entreprises à travers Islington, au nord de Londres.

Selon le Guardian, toute cette chaleur maintient déjà au chaud environ 700 propriétés par l’intermédiaire du Bunhill Energy Centre. Mais il est prévu que cet acheminement soit étendu à 450 autres logements dans les mois à venir — et il se pourrait que cela devienne la norme pour le reste de la ville, qui passera du rouge au vert.

En effet, la Greater London Authority (GLA) estime que 38 % de la demande de chauffage de la ville pourrait être satisfaite uniquement par la chaleur que nous gaspillons chaque jour — et ce chiffre pourrait atteindre 63 % d’ici 2050.

Pendant ce temps, un rapport publié en 2015 par l’Association for Decentralised Energy (ADE) a révélé que 54 % de toute l’énergie produite en Grande-Bretagne est gaspillée, ce qui équivaut à un trou noir de 9,5 milliards de livres par an.

« Près de la moitié de l’énergie utilisée au Royaume-Uni est utilisée pour la chaleur et un tiers des émissions du Royaume-Uni provient du chauffage, a déclaré Tim Rotheray, directeur de l’ADE, au Guardian. Comme le gouvernement déclare que nous devons être neutres en carbone d’ici 30 ans, nous devons trouver un moyen d’éliminer le carbone de notre système de chauffage ».

« L’opportunité qui est devenue évidente pour la communauté qui soutient l’énergie décentralisée est l’idée de capturer la chaleur perdue et de l’utiliser localement », a-t-il ajouté.

Articles liés 13 octobre 2017 Le Royaume-Uni et le Canada se sont unis en faveur d’une alliance mondiale pour le retrait progressif du charbon

Toute cette mécanique vient du Conseil d’Islington, Transport for London (TfL) et de la société d’ingénierie Ramboll, qui travaillent ensemble.

Ce projet fonctionne avec l’aide d’une pompe à chaleur, selon la BBC, qui utilise un conduit d’aération sur City Road — une route qui traverse le centre de Londres — pour capter la chaleur perdue qui peut ensuite être redirigée vers les maisons.

L’excès de chaleur de la ligne centrale a atteint 30 degrés Celsius pendant la canicule de l’été dernier. Il n’est donc pas surprenant que TfL qualifie le chauffage renouvelable de « source d’énergie à faible émission de carbone importante » qu’elle envisage de déployer à l’ensemble du réseau. 

Et c’est une très bonne nouvelle dans la lutte contre le changement climatique. 

L’ancien chancelier Philip Hammond a annoncé en mars 2019 que les chaudières à gaz seraient interdites à partir de 2025, et bien que les militants aient déclaré que ses changements n’allaient pas assez loin — l’organisation Friends of the Earth a fait remarquer qu’il « jouait dans les marges pendant que la planète brûle » — des solutions créatives pour des sources de chauffage comme celles-ci seront essentielles pour combler ce vide.