Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Filles et Femmes

5 femmes autochtones qui ont façonné le Canada d'aujourd'hui

Vous connaissez le dicton « Derrière chaque grand homme, il y a une femme » ? Ceci est peut-être vrai, mais ces femmes de premier plan n'avaient pas besoin d'un homme pour agir.

Voici cinq femmes autochtones qui ont pavé la voie pour les futurs Canadiens, et certaines d'entre elles continueront à le faire en 2018.

Ga’axstal’as/Jane Constance Cook

Mme Ga'axstal'as est née sur l'île de Vancouver au sein d'une famille de la noblesse Kwakwaka'wakw et d'un commerçant de fourrure blanche, mais elle a été principalement élevée par des missionnaires, selon BC Studies

Elle était bilingue et maîtrisait bien les systèmes juridiques et gouvernementaux coloniaux, ainsi que la culture Kwakwaka'wakw, ce qui signifie qu'elle savait comment lutter contre le système en faveur de la population Kwakwaka'wakw, indique BC Studies.

Elle a élevé 16 enfants et a travaillé en tant que sage-femme, tout en travaillant à la réforme juridique sur les plans local, provincial et fédéral.

Passez à l'action : Aidez les femmes et les filles à s'adapter au changement climatique

Elle est particulièrement célèbre pour son engagement dans la lutte pour les droits des Premières nations à conserver l'accès à la terre et aux ressources, à une époque où la colonisation atteignait son apogée dans les nations de la côte ouest.

En 1922, selon Histoire Canada, elle était la seule femme à faire partie de la direction des tribus indiennes alliées de Colombie-Britannique.

Mary Two-Axe Earley

Mary Two-Axe Earley.jpgImage: flickr/BiblioArchives/LibraryArchives

Mary Two-Axe Earley est née sur le territoire mohawk de Kahnawake, mais elle a déménagé à Brooklyn, NY, à l'âge de 18 ans pour chercher du travail. Elle a rencontré et épousé l'Irlandais Edward Earley, avec lequel elle a eu deux enfants.

Selon Historica Canada, Mme Two-Axe Earley a passé de nombreuses années à contester les injustices de la Loi sur les Indiens pour les Indiennes inscrites, notamment un amendement apporté en 1876 à l'article 12(1)b, qui révoquait les droits fonciers et les droits conférés par traité aux femmes inscrites qui épousaient des hommes non Autochtones.

Ayant épousé un homme non Autochtone, elle avait elle-même perdu son statut d'Indienne.

Pour en savoir plus : Le Canada pourrait modifier une loi vieille de 141 ans qui est discriminatoire à l'égard des femmes autochtones

En 1966, elle s'est montrée particulièrement active pour faire modifier la loi sur les Indiens, après la mort d'une sœur du clan Mohawk suite à une crise cardiaque. Two-Axe Earley pensait que le fait d'être privée de ses droits de propriété était un facteur de stress qui avait conduit à la mort de son amie.

Son travail de campagne et de défense des droits s'est poursuivi pendant des années, et en 1985, elle a connu le succès grâce au projet de loi C-31, qui a été adopté le 28 juin 1985. Le projet de loi C-31 a modifié la loi sur les Indiens et a permis la réintégration de certaines femmes qui avaient perdu leur statut en raison de l'article 12(1)(b), selon Historica Canada.

Ses efforts de lobbying ont permis d'aider 16 000 femmes et 46 000 descendants de première génération, selon Histoire Canada.

Anna Mae Aquash

Anna Mae Aquash est une militante de la communauté Mi'kmaq née en Nouvelle-Écosse, élevée dans la réserve de Shubenacadie et à Pictou Landing. Elle s'est installée à Boston, dans le Massachusetts, en 1962, où elle est devenue l'une des premières organisatrices du Boston Indian Council, selon Histoire Canada.

Le conseil a créé des programmes de logement, d'emploi et de lutte contre la toxicomanie. Mae Aquash a également travaillé dans des « écoles de survie ».

Pour en savoir plus : 9 activistes de Vancouver que le monde devrait connaître

En 1973, le Mouvement des Indiens d'Amérique (AIM) a pris possession de Wounded Knee et Mme Mae Aquash a rejoint l'organisation, devenant ainsi une dirigeante passionnée.

L'AIM a été infiltré par le FBI, n'aimait pas Mme Mae Aquash et qui l'interrogea à plusieurs reprises. Cela a conduit d'autres personnes au sein de l'AIM à penser qu'elle était une informatrice.

En décembre 1975, Mme Mae Aquash a été assassinée. Certains affirment qu'elle a été tuée parce qu'elle en savait trop sur les membres de l'AIM.

Ethel Blondin-Andrew

Née à Tulita, dans les Territoires du Nord-Ouest, Ethel Blondin-Andrew est devenue la première femme autochtone élue au Parlement, après avoir remporté le siège de l'Arctique de l'Ouest des libéraux en 1988, selon Historica Canada.

Elle a été réélue en 1993 et a ensuite été nommée secrétaire d'État à la formation et à la jeunesse.

Pour en savoir plus : Le défenseur autochtone de l'eau du Canada, âgé de 13 ans, s'exprimera aux Nations Unies

Mme Blondin-Andrew est la première femme autochtone à devenir membre du Conseil privé et du Cabinet.

Aujourd'hui, elle préside le Sahtu Secretariat Incorporated.

Nadine Caron

Dr. Nadine Caron est la première femme chirurgienne générale originaire des Premières nations du Canada. Elle a également été la première femme autochtone à obtenir un diplôme de l'école de médecine de l'université de Colombie-Britannique, et selon l'université de la vallée du Fraser, elle était la meilleure étudiante durant cette année.

Dr. Caron a obtenu sa maîtrise en santé publique à l'université de Harvard, tout en effectuant sa résidence en chirurgie.

Pour en savoir plus : Rencontrez le Canadien autochtone qui a donné une leçon sur l'environnement à l'ONU à l'âge de 13 ans

En tant que modèle des temps modernes, Dr. Caron défend la nécessité d'assurer des services de santé à toutes les communautés autochtones, y compris celles qui vivent dans des régions reculées, rurales ou nordiques.

Global Citizen fait campagne sur les Objectifs de développement durable des Nations Unies, y compris sur les questions liées aux droits des Autochtones, à la citoyenneté et à l'égalité de genre. Vous pouvez passer à l'action ici