Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

A path in the ice is left in the wake of the Finnish icebreaker MSV Nordica as it traverses the Northwest Passage through the Franklin Strait in the Canadian Arctic Archipelago, July 22, 2017.
David Goldman/AP
Environnement

Le Canada se réchauffe deux fois plus rapidement que le reste du monde


Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
Les effets du changement climatique sont importants et n’affectent pas uniquement l’environnement. Il est urgent de prendre des mesures afin d’atteindre l’objectif 13 des Objectifs de développement durable, soit lutter contre le changement climatique. Joignez-vous au mouvement et passez à l’action ici.

Les changements climatiques entraînent une hausse des températures moyennes à l’échelle mondiale et le Canada se réchauffe deux fois plus rapidement que le reste du monde selon un nouveau rapport.

Intitulé Rapport sur le climat changeant du Canada, le rapport publié par Environnement et Changement climatique Canada est le premier d’une série de rapports qui attirent l’attention sur les impacts du changement climatique dans le pays.

On estime que la température annuelle moyenne au sol au Canada a augmenté de 1,7 degré Celsius depuis 1948, les hausses de température étant plus importantes dans le Nord, dans les prairies et dans le nord de la Colombie-Britannique, selon le rapport. Dans le Grand Nord canadien, la hausse a atteint 2,3 degrés.

Agissez dès maintenant : Protégeons nos océans ! Prévenons la pollution plastique des océans

En comparaison, l’augmentation de la température mondiale moyenne durant la même période a été de 0,8 degré Celsius.

Deux principales raisons expliquent cette situation selon le Dr Chris Derksen, chercheur scientifique, de la division de recherche, au sein du ministère Environnement et Changement climatique Canada.

Premièrement, les surfaces terrestres se réchauffent plus rapidement que les océans et, compte tenu de la superficie du Canada, on s’attend à ce que l’impact soit important, a souligné M. Derksen à Global Citizen.

Deuxièmement, a-t-il poursuivi, la situation est liée au fait que le Canada est un pays nordique avec une quantité importante de neige et de glace.

« La glace sur l’océan et la neige qui recouvre les terres réfléchissent dans l’air une grande quantité d’énergie solaire et, à mesure que le climat se réchauffe, la durée de la couverture de neige et de glace diminue d’année en année », explique M. Derksen.

« Cela signifie que pendant une plus grande partie de l’année, une plus grande quantité d’énergie est absorbée par les eaux libres et les terres qui ne sont pas recouvertes de neige, poursuit-il. Cela accélère le réchauffement, qui à son tour réduit la couverture de glace et de neige. »

En d’autres mots, c’est un peu comme un cercle vicieux.

En lire plus : Cette bouteille d’eau se dissout dans l’eau dès qu’elle y entre

L’augmentation des températures est le résultat de la combustion des énergies fossiles, selon le rapport, qui met en lumière certaines conséquences importantes qui surviendront si nous n’intervenons pas : des vagues de chaleur intenses, des pluies diluviennes, des sécheresses, des inondations, des risques de feux de forêt et des pénuries d’eau potable.

« Le réchauffement actuel est causé par… l’activité humaine et l’augmentation du CO2 qui se trouve alors emprisonné dans l’atmosphère », explique M. Derksen, qui souligne que le pays doit s’attendre à connaître des situations semblables à celles des récentes années.

En lire plus : Selon les scientifiques, les températures mondiales ont atteint des niveaux inquiétants en 2018

Le rapport suggère que le Canada et le monde doivent réduire les émissions de carbone à près de zéro dans la deuxième moitié du présent siècle et réduire considérablement les émissions d’autres gaz à effet de serre afin de minimiser les impacts du changement climatique.

Si les émissions mondiales sont fortement réduites, dans ce que le rapport appelle son scénario à faibles émissions, les températures moyennes au Canada n’augmenteront que de 2 degrés Celsius, ce qui serait en phase avec l’Accord de Paris. Cela contribuerait à prévenir les événements terribles susceptibles de survenir si nous ne faisons rien.

Alors que le rapport s’intéresse principalement au Canada, il touche également aux autres enjeux mondiaux en matière de changement climatique. Les changements extrêmes de température provoqués par le changement climatique compromettent notre sécurité alimentaire, peuvent accroître la pauvreté et peuvent finalement entraîner des morts précoces.

En lire plus : Le Canada tire de l’arrière dans la protection de la terre et de l’eau

« Il s’agit d’un problème à l’échelle mondiale qui doit être traité comme tel et les solutions ne pourront être que mondiales », conclut M. Derksen.

Si le monde ne fait rien, on prévoit des augmentations de 7 à 9 degrés Celsius (11 degrés dans l’Arctique), selon The Guardian et alors, les événements dévastateurs que l’on craint deviendraient réalité.

S’il est maintenant trop tard pour renverser la vapeur, M. Derksen affirme toutefois qu’il est possible de maîtriser la situation.

« L’avenir nous appartient encore, dit-il. À nous d’y voir. »