Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Finance et Innovation

Des jeunes canadiens fortunés réclament une hausse de leurs impôts pour lutter contre les inégalités


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Si nous voulons mettre fin à l'extrême pauvreté d'ici 2030, nous devons tous assumer notre part de responsabilité dans cette démarche. La campagne « Give While You Live » de Global Citizen a récemment été lancée pour appeler les personnes les plus riches du monde à jouer leur rôle. Si la philanthropie est essentielle pour y parvenir, certains pensent qu'un système d'imposition progressif pourrait également nous permettre de nous attaquer aux inégalités les plus graves observées dans le monde. Vous pouvez nous aider en passant à l'action ici.

Alors que la COVID-19 continue d'aggraver les inégalités dans le monde, un groupe de jeunes Canadiens fortunés est déterminé à rééquilibrer la balance en demandant au gouvernement d'augmenter leurs impôts, indique Radio-Canada.

Ce groupe, appelé Ressources en mouvement, a été créé en 2015 et réunit 200 des jeunes canadiens les plus aisés. Ses membres, tous âgés de 18 à 40 ans, contribuent à la lutte contre les inégalités socio-économiques en œuvrant pour une redistribution équitable des richesses à travers le pays.

Récemment, le groupe a décidé d'aller plus loin en demandant la création de deux nouveaux impôts sur la fortune : un premier visant les 10 % de Canadiens les plus riches, ainsi qu'un impôt sur les 10% de successions les plus élevées. Le groupe affirme que ces taxes pourraient générer 9 milliards de dollars de financement au profit de programmes relatifs au logement, aux soins de santé et aux médicaments.

« Ma vie ne changera aucunement avec des impôts sur la richesse. Alors pourquoi pas ? Claire Trottier, membre de Ressources en mouvement, a déclaré à Radio-Canada. Qu'on me prive d'une part de mon héritage, il n'y a personne qui va verser une larme pour moi. »

Cette Montréalaise, dont la famille a créé la Fondation Trottier et a donné environ 10 millions de dollars à diverses causes comme l'environnement, les soins de santé et l'éducation, a également souligné que la philanthropie ne suffirait pas pour atteindre l'égalité.

« Je n'ai jamais eu besoin de m'inquiéter, a-t-elle affirmé. Si j'avais de la misère à payer mon loyer, par exemple, j'avais toujours un coussin de sécurité pour m'aider. Ça m'a permis de faire des choix de vie qui sont difficiles pour d'autres personnes. »

Articles liés 13 juillet 2020 83 des « super-riches » du monde réclament une augmentation de leurs impôts pour aider la relance post-COVID-19

L'inégalité en matière de richesse est très marquée au Canada. Selon un récent rapport du directeur parlementaire du budget, les 10 % des familles les plus riches du Canada possèdent environ 56,7 % de la richesse du pays, tandis que les 40 % les plus pauvres se partagent environ 1,1 % de celle-ci. 

Selon le quotidien The Star, les 20 personnes les plus riches du Canada ont vu leur fortune augmenter de 37 milliards de dollars pendant la pandémie. 

Bien que le gouvernement ait récemment introduit une série de mesures visant à atténuer les effets de la COVID-19 sur certaines des personnes les plus vulnérables du pays, la pandémie a révélé les inégalités existantes. Certains groupes, tels que les populations autochtones, les femmes et les personnes âgées, sont davantage exposés au risque de vivre dans la pauvreté.

Ressources en mouvement souhaitait initialement lancer sa campagne de réforme du système fiscal avant l'annonce du budget fédéral, qui a été retardée en raison de la pandémie. Alors que le Premier ministre Justin Trudeau s'apprête à prononcer son discours du Trône le 23 septembre, Mme Trottier espère que le gouvernement saisira l'occasion de relever ces défis.