Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Courtesy of 500 Women Scientists
Filles et Femmes

Ces scientifiques ont créé un club pour 500 femmes dans le domaine des sciences. 9 000 l’ont rejoint.


Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
Lorsque les femmes sont exclues des domaines à forte croissance, comme ceux des STIM, nous perdons l’opportunité de réduire l’écart creusé par les inégalités entre les sexes, qui constitue l’un des cinq objectifs principaux de Global Citizen. Passez à l’action pour promouvoir les droits des femmes et des filles dans le monde ici.

Un groupe de scientifiques, frustrées par le manque de femmes représentées dans leur domaine (dans les panels d’experts ou dans les médias) après les élections américaines de 2016, ont créé une petite base de données d’expertes appelée 500 Women Scientists (500 scientifiques) pour mettre en lumière cette question.

L’intérêt pour le club a été impressionnant : plus de 9 000 femmes se sont inscrites pour se joindre à la base de données Request a Scientist (Demandez une scientifique).

« L’excuse qu'on ne peut pas trouver une femme qualifiée ne fonctionne pas, a déclaré à Good Morning America la Dre Kelly Ramirez-Donders, cofondatrice de 500 Women Scientists, écologiste microbienne et chercheuse postdoctorale à l’Institut néerlandais pour l’écologie. Dire que vous ne pouvez pas trouver une femme c’est de la paresse, parce qu’il existe de nombreuses femmes immensément compétentes qui peuvent vous parler de leur travail ».

Agissez dès maintenant : Signez le manifeste She Decides

Jane Zelikova, cofondatrice du groupe et écologiste basée au Colorado, espère réfuter le stéréotype qui projette l’idée que les filles et les femmes ne sont pas douées en sciences.

« Ce n’est pas que les filles ne s’intéressent pas à la science, a déclaré Mme Zelikova. Quelque chose se passe quand elles ne voient pas de femmes et de filles représentées comme scientifiques — elles pensent que ce n’est pas fait pour elles ».

Mme Ramirez-Donders et Mme Zelikova, camarades de classe à l’université, ont rédigé un pacte et elles espéraient avoir 500 signatures. Elles ont reçu 20 000.

« Nous voulions nous unir et passer à l’action dans nos communautés et dire : “nous défendons l’équité et l’inclusion dans les sciences” », a déclaré Mme Ramirez-Donders.

Après la bonne réaction, elles ont créé plus de 300 sections de 500 Women Scientists, ou « groupuscules », dans le monde entier. Elles offrent également maintenant une bourse de recherche, des outils pour s’assurer que les réunions scientifiques sont inclusives et le soutien pour les mères qui travaillent dans le domaine des sciences. Elles organisent aussi des journées contributives sur Wikipédia pour « combattre les préjugés sur les pages de l’encyclopédie libre », et ont lancé une organisation connexe, 500 Women in Medicine (500 femmes en médecine).

En lire plus : Top 17 des femmes scientifiques qui ont changé le monde

« D’après notre expérience et les études que nous avons lues, il n’y a pas de méritocratie dans la science, a dit Mme Zelikova à Good Morning America. Il y a un système structuré et hiérarchique où les personnes au pouvoir ont tendance à profiter de ce pouvoir et où les hommes blancs ont continué à bénéficier des structures qu’ils ont construites ».

« Le système fonctionnait comme prévu. Cela ne fonctionnait tout simplement pas pour nous », a-t-elle dit à Good Morning America, notant que le « nous » comprend aussi les personnes de couleur et tout groupe sous-représenté.

Mme Zelikova espère envoyer le message suivant : « Vous êtes recherchées et nécessaires dans le domaine scientifique. Votre perspective est importante et la science est meilleure lorsque nous y participons tous. Nous avons besoin de toutes les voix. »