Ce couple a créé un groupe Facebook pour éviter le gaspillage de doses de vaccins contre la COVID-19

Auteur: Jacky Habib

Andri Tambunan for Global Citizen

Pourquoi les Global Citizens doivent-ils s’en préoccuper ?
L'Objectif mondial n°3 des Nations unies vise à garantir à chacun, partout, l'accès aux soins de santé et au bien-être. La pandémie de COVID-19, qui a exacerbé les inégalités, a mis en lumière la vulnérabilité des groupes à haut risque, notamment les personnes âgées et celles souffrant de problèmes de santé préexistants. Rejoignez Global Citizen pour passer à l’action ici.

Quand Abhishek Daryani a entendu plusieurs histoires de doses de vaccin contre la COVID-19 gaspillées à travers les États-Unis – parce qu’elles étaient périmées ou parce que des personnes inscrites ne s’étaient pas présentées à leur rendez-vous – le résident de la baie de San Francisco s’est senti frustré. 

En janvier, un congélateur de l'hôpital de Californie du Nord est tombé en panne, compromettant ainsi des centaines de doses de vaccins Moderna laissés à température ambiante. Pour éviter de jeter toutes ces doses, le personnel de l'hôpital a dû trouver rapidement 830 personnes à vacciner.  

Abhishek et sa femme Pooja Daryani, qui avaient passé la majeure partie de l'année écoulée à télétravailler et à faire leurs courses en ligne, souhaitaient vivement se faire vacciner, mais ils n’étaient pas encore éligibles.  

« Une nuit, [Abhishek] se tenait debout, s’interrogeant: 'Comment vais-je être vacciné ?' » se souvient Pooja. 

Abhishek savait qu’ils pourraient être vaccinés s’ils trouvaient des doses non utilisées. Ce qu’il manquait, selon lui, était un moyen de trouver des informations sur ces doses avant qu'elles ne soient gaspillées.

« J’ai réalisé que nous avions besoin d’une plateforme où l'on pourrait partager ce [type] d’information, » explique Abhishek.

Il s’est alors souvenu de groupes en ligne de « chasseurs de vaccins, » qui mettent en relation des personnes souhaitant être vaccinées et des centres de santé avec des surplus de doses en fin de journée. 

Après avoir effectué une recherche rapide, Abhishek s’est rendu compte qu’il n’existait pas de groupe Facebook de chasseurs de vaccins en Californie, et s’est décidé à en créer un avec Pooja. 

Vaccine hunters FR 1Abhishek et Pooja Daryani, fondateurs des chasseurs de vaccins de la baie de San Francisco, gèrent le groupe Facebook depuis leur domicile pour fournir à leur communauté des informations sur le vaccin contre la COVID-19.
Image: Andri Tambunan pour Global Citizen

« Nous pensions que [seules quelques personnes] rejoindraient le groupe parce que nous ne sommes pas dans un secteur avec beaucoup de centres de santé, alors on s’est dit : invitons nos amis, » raconte Pooja. 

Pooja, designer d’interface et Abhishek, ingénieur des données, ont alors lancé le groupe de chasseurs de vaccins de la baie de San Francisco. Ils ont chacun invité une douzaine d’amis, en leur demandant d’inviter à leur tour d’autres contacts. 

Abhichek explique que le nombre de participants au groupe a « explosé » en quelques jours, avec des centaines de demandes de personnes souhaitant en faire partie. Aujourd’hui, le groupe compte plus de 26 000 membres. 

Au départ, le couple ne savait pas comment collecter les informations à publier dans le groupe, notamment où trouver les doses de vaccins en surnombre. Ils ont vite trouvé une solution puisque des membres du groupe ont commencé à parler de certaines pharmacies, d’hôpitaux et de centres de santé ayant des places disponibles pour se faire vacciner car des doses allaient être gaspillées. 

Les membres du groupe se sont entraidés pour surmonter des obstacles tels que la barrière de la langue, l'analphabétisme informatique et les contraintes liées aux horaires de travail qui les empêchaient de prendre rendez-vous. 

Vaccine hunters FR 2Pooja a fondé avec son mari le groupe de chasseurs de vaccins de la région de San Francisco pour aider les membres à surmonter la barrière de la langue et les contraintes d'emploi du temps les empêchant de prendre rendez-vous pour se faire vacciner.
Image: Andri Tambunan pour Global Citizen

Les rendez-vous étant pris en quelques minutes, les membres du groupe qui télétravaillent se sont portés volontaires pour actualiser les sites de réservation en ligne et passer des appels pour les autres membres qui ne pouvaient s’en charger et leur obtenir un rendez-vous pour se faire vacciner.

Quand une femme enceinte du groupe a dû se déplacer pour une urgence, les autres membres l’ont aidé à trouver un centre de santé proche où une dose de vaccin était disponible. Elle a ainsi pu être vaccinée en quelques heures. 

Une autre fois, un membre du groupe, Mukesh Aggarwal, ingénieur logiciel, a demandé si certaines personnes du groupe souhaiteraient recevoir des alertes par téléphone lorsqu’un rendez-vous se libère dans la région de la baie de San Francisco. 

« Le site Myturn.ca.gov [le site internet d’information sur la campagne de vaccination en Californie] est censé prévenir quand une personne devient éligible, » explique l’ingénieur dans un message au groupe. « Mais il semblerait qu’il y ait des problèmes liés à la notification. Plusieurs personnes éligibles que je connais n'ont jamais reçu d’alerte. »

Deux jours plus tard, Mukesh Aggarwal a partagé son projet pour que les personnes « fatiguées de rafraîchir le site Myturn.ca.gov pour obtenir un rendez-vous » reçoivent des alertes téléphoniques. Plus de 3300 personnes se sont inscrites. 

Abhishek était stupéfait de constater que l’on pouvait donner gratuitement des doses de vaccin, qui auraient pu être vendues à des personnes souhaitant désespérément être immunisées. Cela illustre, selon lui, l’entraide qui règne parmi les chasseurs de vaccins.

Vaccine hunter 3.jpgAbhishek Daryani présente le site internet d'information sur la vaccination en Californie, myturn.ca.gov, dans son bureau, chez lui, où il travaille avec sa femme, Pooja, à developper leur groupe de chasseurs de vaccins de la région de San Francisco.
Image: Andri Tambunan pour Global Citizen

« Nous avons remarqué que les membres qui ont été vaccinés restent dans le groupe et aident, à leur tour, les autres, » a déclaré Abhishek. 

Le couple Daryani, qui viennent de se faire vacciner contre la COVID-19, ont décidé d’attendre d'être éligibles à la vaccination. Pooja explique qu’elle a redéfini ses priorités lorsqu’elle a rencontré des personnes avec des comorbidités ou d’autres cherchant à faire vacciner leurs parents âgés. 

« Au début, notre objectif était de se faire vacciner le plus rapidement possible, mais maintenant, quand nous voyons les personnes qui interviennent sur le groupe, nous réalisons qu'il y a des personnes qui en ont plus besoin, » souligne Abhishek. 

Lorsque le couple a appris que le premier vaccin contre la COVID-19 avait été approuvé l'année dernière, ils se sont projetés après la pandémie, se réjouissant de pouvoir rendre visite à leurs parents en Inde. 

« Nous savions que cela prendrait du temps, » explique Pooja. « Quand nous avons appris que les vaccins étaient disponibles, nous avons fait des calculs. Je me souviens qu’on s’est dit qu'il y avait tellement de gens et que s’ils vaccinaient un certain nombre de personnes en une journée, cela prendrait quand même des mois pour que notre tour arrive. »

Les parents du couple, qui se sont fait vacciner il y a plusieurs mois, espéraient vivement que Pooja et Abhishek soient également immunisés. 

Vaccine hunter 4.jpgAbhishek et Pooja Daryani.
Image: Andri Tambunan pour Global Citizen

Lorsque le couple Daryani a créé le groupe de chasseurs de vaccins, les critères d'éligibilité pour se faire vacciner contre la COVID-19 se limitaient à la présence de conditions médicales préexistantes et d'autres critères tels que la grossesse, les handicaps sensoriels, l'obésité ou les troubles de toxicomanie.

Le duo admet que certains chasseurs de vaccins, dans leur groupe Facebook, prennent des rendez-vous alors qu'ils ne sont pas éligibles, mais ils ne peuvent rien y faire. Pour des raisons de confidentialité, les membres du groupe ne savent pas qui est éligible, ils tendent la main à ceux qui ont besoin d’aide.

Aujourd’hui, dans les 50 États des États-Unis, toute personne de plus de 16 ans peut recevoir le vaccin contre la COVID-19.

Si l’année 2020 nous enseigne quelque chose sur la santé mondiale, c’est bien l’importance de la vaccination. « World's Best Shot » est une série de témoignages de gens qui se dévouent corps et âme pour faciliter la vaccination partout dans le monde.

Note : Cette série a été rendue possible grâce au financement de la Fondation Bill et Melinda Gates. Chaque article a été produit en toute indépendance éditoriale.