Vous avez peut-être vu les mots « plaidoyer » ou « défenseur » apparaître en référence à la lutte contre l’extrême pauvreté et les inégalités systémiques qui l’alimentent. Mais que signifient réellement ces termes ?

Il existe différents contextes dans lesquels utiliser le plaidoyer. À titre d’exemple, dans le domaine des soins de santé, vous pouvez avoir des défenseurs des patients, qui protègent les droits des personnes recevant un traitement médical et des soins. Vous avez peut-être entendu parler d’un avocat qui « plaide pour son client » dans une salle d’audience. Le point commun de ces exemples est l’association entre le « plaidoyer » et l’action de s’exprimer pour défendre ses droits ou ceux des autres afin de convaincre les décideurs de partager votre position ou votre opinion.

Le plaidoyer joue un rôle essentiel dans la lutte pour atteindre les Objectifs mondiaux, qu’il s’agisse de défendre l’égalité de genre, la justice climatique, les soins de santé ou encore l'accès à l’éducation pour tous.

Peut-être avez-vous vu le terme dans ce contexte en lisant un article de Global Citizen ou lorsque vous passez à l’action sur l’application de Global Citizen. Pourtant, il n’est pas évident de saisir comment le « plaidoyer » change le monde.

Nous nous sommes donc entretenus avec Liz Agbor-Tabi, la vice-présidente de la politique mondiale de Global Citizen, pour comprendre ce qu’est le plaidoyer, l’importance qu’il revêt et comment nous pouvons tous nous impliquer.

Agbor-Tabi a passé sa vie à travailler pour soutenir, défendre et protéger les personnes les plus vulnérables de la planète. Elle a parfois occupé des postes où elle s’est directement occupée des gens (comme lorsqu’elle était infirmière) et d’autres, elle a fait entendre sa voix au nom des autres en s’adressant aux décideurs gouvernementaux, aux philanthropes et au secteur privé.

Dans le cadre de son poste actuel chez Global Citizen, elle travaille en tant que défenseure en collaborant avec les dirigeants mondiaux pour les encourager à mettre en place des politiques permettant de satisfaire les besoins vitaux de tout individu et de protéger leurs droits, tout en mettant l’accent sur les groupes marginalisés et les personnes en situation de pauvreté.

Agbor-Tabi se décrit comme une « citoyenne du monde, » étant née au Cameroun et ayant grandi entre son pays natal et les États-Unis. Après être passée d’un poste de praticien de la santé publique à celui d’analyste politique dans le secteur de la santé, elle a passé les 12 dernières années à travailler à la valorisation de l’impact social dans de multiples secteurs à travers le monde, notamment en Amérique latine, en Asie, en Afrique et aux États-Unis.

Liz Agbor-Tabi Global Citizen author profile.jpegLiz Agbor-Tabi, Global Citizen

Global Citizen : Le « Plaidoyer » est un mot que vous entendez beaucoup, mais il peut être difficile de savoir ce qu’il signifie. Qu’est-ce que le plaidoyer selon vous ?

Agbor-Tabi : Vous savez, dans un monde parfait, nous aurions des systèmes équitables, nous aurions des systèmes justes et transparents, et tout le monde aurait l’opportunité de vivre une vie dans la paix et la dignité.

Mais, comme nous le savons, ce n’est pas dans ce monde parfait que nous vivons, nous avons besoin de personnes qui peuvent utiliser leurs voix pour exiger un monde différent, un monde meilleur, avec des systèmes sociaux et économiques équitables et qui assure une justice pour tous. C’est le monde auquel nous aspirons. Pour moi, le travail de plaidoyer est mené par tant de personnes, beaucoup d’entre nous à travers le monde, qui s’engagent quotidiennement pour faire en sorte que nous puissions faire de ce monde une réalité.

Être un défenseur des droits est une forme de dévouement : c’est utiliser sa voix pour influencer les décideurs et exiger un changement dont l'humanité entière bénéficiera.

Le plaidoyer est-il synonyme de militantisme ? Comment se complètent-ils ?

Je pense que les militants et les défenseurs répondent chacun à leurs propres besoins. 

Il est nécessaire d’influencer les décideurs, d’exiger de meilleures politiques et des systèmes de gouvernance réactifs et équitables, et c’est là le travail du plaidoyer. Tout aussi important est le travail qui consiste à agir pour faire en sorte que ces systèmes fonctionnent de manière à répondre aux besoins de chacun, et c’est cela le militantisme.

Travailler ensemble est la seule façon pour nous de parvenir à un monde plus équitable et juste.

Comment avez-vous commencé votre carrière de défenseure des droits ?

Travailler dans ce secteur a été une progression et une évolution naturelles suite à mes précédents postes. En fait, j’ai commencé ma carrière professionnelle en tant qu’infirmière dans une unité de soins intensifs (USI) et je me suis occupée de patients très malades dans un quartier défavorisé à Baltimore, dans le Maryland.

Une partie de mon travail consistait à m’assurer que mes patients avaient accès aux services dont ils avaient besoin ainsi qu’aux informations et aux ressources nécessaires pour améliorer leur état de santé. Je me mettais souvent à leur place et je me demandais vraiment « si j’étais un patient, qu’est-ce que je voudrais que quelqu’un qui s’occupe de moi puisse exiger en mon nom ? ». Cette réflexion a guidé ma pratique des soins que j’ai prodigués à mes patients et, plus largement, ma façon d’agir dans la communauté. Devenir une défenseure des droits a donc été une évolution naturelle.

Mes parents disaient qu’avant même que je m’implique professionnellement dans le plaidoyer et le militantisme, j’ai toujours eu, depuis mon enfance, une voix forte que j’utilisais fréquemment et je n’ai jamais hésité à exiger la justice. Quand je savais que les autres enfants autour de moi n'étaient pas traités de manière équitable, qu’il s’agisse des biscuits distribués, des jouets ou d’un accès à des choses auxquelles je pensais que tous les enfants devraient avoir droit, je m’en souciais.

Comment pouvons-nous garantir que le plaidoyer inclut les personnes qu’elle vise à aider ?

Je pense qu’il est vraiment important que nous veillions à ce que les personnes et les communautés qui risquent d’être marginalisées ou opprimées, ou qui sont simplement les moins favorisées, participent également aux discussions sur les solutions à apporter à ces défis.

Je pense que beaucoup de ces communautés comprennent leurs défis bien mieux que certains d’entre nous, qu’ils s’agissent de défenseurs, dirigeants ou de décideurs. Ils sont certainement plus conscients de ces défis et possèdent une perspective plus complète par leurs expériences vécues et sont prêts à proposer des solutions que beaucoup d’entre nous ne pourraient jamais comprendre. Ainsi, grâce à des conversations plus inclusives, il est possible de s’assurer que chaque personne fait partie de la solution.

Le travail du plaidoyer et du militantisme doit ainsi être inclusif. En tant que défenseur, il est essentiel que nous veillions à ce que les voix que nous représentons fassent partie du discours et que des approches diversifiées soient mises en avant. Il nous incombe, et c’est une responsabilité pour ceux d’entre nous qui ont un siège à la table, de garantir que d’autres personnes puissent aussi s’asseoir à cette table.

Sinon, le plaidoyer et le militantisme, en soi, peuvent aussi devenir des mécanismes et des outils supplémentaires d’exclusion.

Comment le plaidoyer est-il un élément clé de la mission de Global Citizen pour créer le changement et mettre fin à l’extrême pauvreté ?

L’une des choses que j’aime vraiment dans le modèle Global Citizen, c’est que vous pouvez participer à la résolution des problèmes mondiaux, quels que soient votre lieu de résidence, votre statut socio-économique et les ressources auxquelles vous avez accès.

Nous avons tous une voix et élever nos voix individuelles constitue un pouvoir énorme. Toutefois, il y a un pouvoir encore plus grand dans la voix collective. Grâce à notre application, Global Citizen permet à une jeune fille d’une région rurale d’Afrique de l’Ouest (d’où je suis originaire) d’utiliser sa voix pour défendre les enjeux locaux qui lui tiennent à cœur.



Cette opportunité est la même pour les Global Citizens à travers le monde entier. Notre application permet à des personnes de toute la planète, aussi bien dans des zones urbaines, des zones défavorisées ou des zones aisées, de se réunir et de s’unir autour d’un objectif commun : éliminer la pauvreté dans le monde.

Je pense que c’est vraiment une mission honorable et audacieuse. J’estime, par ailleurs, qu’il s’agit d’une mission essentielle qui ne peut être accomplie que si nous sommes unis, et Global Citizen nous permet de le faire.

Comment les organisations de défense des droits peuvent-elles compléter le travail des organisations sur le terrain qui fournissent des secours et une aide directe ?

J’ai été prestataire de services directs à différents moments de ma carrière, et je sais combien c’est important. J’ai énormément de respect et d’estime pour les hommes et les femmes qui, jour après jour, sont en première ligne pour fournir des services et des soins aux communautés qui en ont le plus besoin.

Ces soins ne peuvent exister de manière isolée sans le soutien des défenseurs et des militants qui consacrent du temps à réclamer des ressources, des mesures politiques et des changements systémiques afin de garantir que des soins directs et des services puissent être dispensés à tous ceux qui en ont besoin, partout.

En fin de compte, je pense que les deux vont de pair. La prestation de soins et de services directs est importante. Le plaidoyer et l'activisme, qui permettent de faire des prestations de services et des soins apportés aux communautés dans le besoin, une réalité, sont tout aussi importants.

Avez-vous des conseils à donner aux Global Citizens qui veulent devenir des défenseurs de causes qui leur tiennent à cœur ?


Il y a un vieil adage qu’un mentor a partagé avec moi un jour : « commence là où tu es ». Vous avez une voix et une capacité uniques pour faire la différence et susciter le changement, où que vous soyez. Pour ceux d’entre nous, Global Citizens, qui sont en mesure d’élever leur voix, de l’utiliser au nom du pour le bien de l’humanité, il est important de ne pas laisser passer cette opportunité. 

L’expression ultime de l’humanité, c’est de se soucier des autres et d’utiliser sa voix et ses talents pour changer les choses, passer à l'action, garantir que chacun, partout, ait la possibilité de vivre en paix et dans la dignité.


Vous pouvez rejoindre la campagne Global Citizen Live en passant à l'action ici pour défendre la planète et vaincre la pauvreté, et faire partie d'un mouvement porté par des citoyens du monde entier qui agissent de concert avec les gouvernements, les entreprises et les philanthropes pour changer les choses.

Global citizen live



Global Citizen Asks

Vaincre la pauvreté

Qu’est-ce que le « plaidoyer » et comment l’utiliser pour changer le monde ?

Par Helen Lock