Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Indians stand in queues to cast their votes in the seventh and final phase of national elections, on the outskirts of Varanasi, India, May 19, 2019.
Rajesh Kumar Singh/AP
Citoyenneté

Le droit de vote dans 6 pays du globe

Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper 
Le droit de vote est essentiel au maintien d'une démocratie saine, car il permet aux citoyens de faire entendre leur voix en faveur de politiques capables d'éliminer l'extrême pauvreté ainsi que ses causes profondes. Les Nations Unies appellent les pays à préserver ce droit afin de créer des institutions efficaces, responsables et inclusives à tous les niveaux. Rejoignez Global Citizen et passez à l'action ici

L'année dernière, le nombre d'électeurs dans le monde n'a jamais été aussi élevé : près de 2 milliards de personnes ayant pu se rendre aux urnes pour élire leurs dirigeants dans 50 pays différents. L'exercice du droit de vote est un moyen pour les citoyens de demander des comptes à leur gouvernement et de prendre position sur certaines politiques.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce droit s'est étendu à tous les peuples du monde. En 1946, les démocraties représentaient moins de 30 % des États du monde. Aujourd'hui, plus de la moitié des gouvernements sont démocratiques ; mais la catégorie des « démocraties »est large et englobe de nombreux gouvernements différents, chacun ayant ses propres règles et restrictions en matière de droit de vote.

Voici un aperçu des droits de vote et des politiques qui y sont relatives à travers la planète.


L'Inde : Le plus grand pays du monde en matière de vote... pour certains seulement

Voting-Around-The-World-India.jpgAn Indian Muslim woman displays indelible ink mark on her finger after her casting at a polling station, Bengali Tola Inter college in Varanasi, India, May 19, 2019.
Image: Rajesh Kumar Singh/AP

Avec 800 millions d'électeurs, l'Inde est la plus grande démocratie du monde, mais pour la minorité musulmane du pays, la réalité est bien différente.

En décembre 2019, les législateurs indiens ont adopté un projet de loi pour amender la réglementation sur la citoyenneté du pays, qui interdisait jusqu’ici aux migrants sans papiers de devenir des citoyens indiens. Le nouveau projet de loi a permis à de nombreux citoyens d'Afghanistan, du Pakistan et du Bangladesh de demander la citoyenneté indienne à une condition : qu'ils soient hindous, chrétiens, sikhs, jianais, parsi ou bouddhistes.

Selon les Nations Unies, ce projet de loi exclut les musulmans, le plus grand groupe minoritaire du pays, et dont les membres sont victimes de persécutions dans les pays voisins, notamment au Myanmar, où l’organisation estime que les musulmans rohingyas sont confrontés à un « exemple classique de nettoyage ethnique ».

Les musulmans détenteurs de la citoyenneté indienne se sont également vu refuser leur droit de vote. Selon les estimations de Missing Voters, près de 120 millions de citoyens ont disparu des listes électorales lors de l'élection nationale de 2019, dont plus de la moitié étaient des musulmans ou des Dalits de caste inférieure. Les femmes ont également été touchées de manière disproportionnée.

L’Autriche : Le premier pays de l'Union européenne à accorder le droit de vote à 16 ans

Voting-Around-The-World-Austria.jpg17 year-old Philippa Baminger casts her vote for the national elections in Austria at a polling station in Vienna, on Sept. 28, 2008.
Image: Lilli Strauss/AP

Si le Brésil et le Nicaragua avaient déjà abaissé l'âge légal du vote à 16 ans dans les années 1980, l'Autriche est devenue le premier pays de l'Union européenne (UE) à suivre cet exemple plus récemment. En 2007, les Autrichiens ont obtenu le droit de vote à l'âge de 16 ans, une décision qui a fait bondir le nombre d'électeurs du pays de 200 000, selon The Independent.

Cette décision visait à compenser le vieillissement rapide de la population et à encourager les Autrichiens à s'engager dans la politique plus tôt dans leur vie. Les détracteurs ont toutefois signalé que les jeunes de 16 et 17 ans manquaient de maturité pour prendre des décisions avisées et réfléchies sur le plan politique. 

Malgré la controverse, la décision de l'Autriche a conduit de nombreux autres pays à se pencher sur la question. En 2018, Malte est devenu le deuxième État membre de l'UE à accorder le droit de vote aux jeunes de 16 ans. Au Royaume-Uni, ce droit a été abaissé à 16 ans dans le cas de l'Écosse et du Pays de Galles.

L'Arabie Saoudite : Le pays où le droit de vote des femmes vient tout juste d’être octroyé

Voting-Around-The-World-Saudi-Arabia.jpgA Saudi woman casts her ballot at a polling center during municipal elections in Riyadh, Saudi Arabia, Dec. 12, 2015.
Image: Aya Batrawy/AP

En 2015, les femmes saoudiennes ont obtenu le droit de vote et le droit de se présenter aux élections. Lors de leur premier scrutin, quelque 130 000 femmes se sont inscrites pour aller voter, tandis que 978 d’entre elles se sont portées candidates aux élections, selon BBC News. Bien que ces chiffres restent très inférieurs à ceux des hommes (qui représentent 1,35 million d'électeurs inscrits et 5 938 candidats), l'élection de 2015 a marqué un progrès considérable pour les droits des femmes dans le pays. Depuis lors, les femmes en Arabie saoudite ont peu à peu multiplié les succès et renforcé leurs droits. En 2016, près de 15 000 femmes ont signé une pétition réclamant la fin du système de tutelle masculine dans le pays. Deux ans plus tard, les femmes ont obtenu le droit de conduire, et un an plus tard, elles étaient autorisées à se procurer un passeport et à voyager à l'étranger sans l'autorisation d'un parent masculin.

Les règles de tutelle continuent toutefois de régir de nombreux autres aspects de la vie d'une femme, en créant des obstacles au mariage, à la sortie de prison et même à la sortie d'un centre d'accueil pour victimes d'abus.

La Bolivie : le pays où le fait de ne pas voter peut entraîner un gel des salaires

Voting-Around-The-World-Bolivia.jpgA woman signs on a voters record after voting at a polling station during general elections in La Paz outskirts, Bolivia, Oct. 20, 2019.
Image: Jorge Saenz/AP

Comme beaucoup d'autres pays d'Amérique latine, la Bolivie a une politique de vote obligatoire. Cette loi, introduite en 1952, oblige tous les citoyens à voter. 

Bien que le vote obligatoire soit présent dans 27 pays à travers le monde, il n'est pas toujours appliqué. En Bolivie, cependant, les personnes qui ne votent pas peuvent se voir infliger une amende et être privées de salaire si elles ne peuvent pas présenter une preuve de vote dans les trois mois suivant l'élection. Le gouvernement est en mesure de contrôler cette situation, car les électeurs reçoivent une carte après avoir déposé leur bulletin de vote comme preuve de leur participation.

Les partisans du vote obligatoire estiment que les gouvernements démocratiques deviennent plus légitimes lorsque la proportion de la population qui participe est plus élevée. Elles affirment aussi que le vote, obligatoire ou non, favorise un pays mieux éduqué. Le principal argument contre le vote obligatoire est que celui-ci contredit l'idée de liberté associée à la démocratie.

Le Burkina Faso : La plus récente démocratie du monde

Voting-Around-The-World-Burkina-Faso.jpgVoters queue before casting their ballots, during elections in Ouagadougou, Burkina Faso, Nov. 29, 2015.
Image: Theo Renaut/AP

Après près de trois décennies consécutives de régime semi-autoritaire imposé par l'ancien président Blaise Compaoré, le Burkina Faso a entamé sa transition démocratique avec sa première élection libre et équitable en novembre 2015. Cela fait du pays l'une des plus jeunes démocraties du monde actuel.

Cependant, le pays n'a pas connu des débuts faciles : juste après la première élection, il a été victime d'un attentat terroriste sans précédent. Une fois cette épreuve surmontée, le gouvernement s'est efforcé de renforcer la sécurité nationale, mais n'a pas encore résolu les problèmes de pauvreté et de faim que connaît le pays. Les droits des femmes constituent un autre problème clé : bien que l'égalité de genre soit légalement protégée, dans la pratique, les mutilations génitales féminines, les mariages forcés et précoces et la violence domestique sont très répandus, selon Amnesty International. La représentation des femmes au sein du parlement et des partis politiques du pays est actuellement insuffisante, mais on peut espérer que les jeunes femmes s'engagent davantage en politique.

Les États-Unis : Une démocratie au système défaillant

Voting-Around-The-World-United-States.jpgA voter marks a ballot for the New Hampshire primary inside a voting booth at a polling place, Feb. 9, 2016, in Manchester, N.H.
Image: David Goldman/AP

Bien qu'internationalement réputés pour leurs idéaux démocratiques, les États-Unis continuent à lutter pour l'égalité en matière de droit de vote. Les Noirs américains, les Amérindiens et d'autres groupes historiquement marginalisés continuent de se heurter à des obstacles, malgré des décennies d'activisme et de nombreuses avancées en la matière.

La loi sur le droit de vote de 1965 est une décision historique qui a élargi le droit de vote des personnes racisées et aux femmes, mais, par le biais de taxes électorales, de tests d'alphabétisation et de violence pure et simple, les États ont continué à restreindre le droit de vote des Noirs américains. Des stratégies similaires ont été utilisées pour priver de leur droit de vote d'autres communautés sous-représentées.

En 2013, la suppression du droit de vote a atteint son paroxysme à la suite d’une décision de la Cour suprême dans l'affaire Shelby County v. Holder. Cette décision annulait la disposition de pré-approbation de la loi sur le droit de vote, qui exigeait jusqui’ici une autorisation fédérale pour modifier les lois électorales locales. Depuis lors, plus de 25 États ont promulgué des restrictions de vote, y compris de nouvelles lois sur l'identification des électeurs, des restrictions en matière d'inscription et des suppressions d'électeurs qui ont compliqué l'exercice du droit de vote des populations marginalisées.

Le Congrès envisage désormais l'adoption du Voting Rights Advancement Act, un projet de loi bénéficiant d'un soutien bipartite, qui rétablirait l'amendement initial et qui, selon ses partisans, ferait progresser les États-Unis vers une démocratie plus inclusive.