Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

ActuDéfendre la planète

Selon un rapport de l'ONU, 64 % de la population mondiale considère le changement climatique comme une urgence

Par Sonia Elks

LONDRES, 27 janvier (Fondation Thomson Reuters) - Selon la plus grande enquête d'opinion jamais réalisée sur le sujet et publiée mercredi, les habitants des pays les plus pauvres sont moins susceptibles de considérer le changement climatique comme une urgence ou de penser qu'il nécessite une action urgente.

En dépit de différences régionales, près des deux tiers des 1,2 million de personnes interrogées dans une cinquantaine de pays ont reconnu le caractère critique du réchauffement climatique, selon un sondage en ligne intitulé « Peoples' Climate Vote », réalisé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l'université d'Oxford.

Pour les créateurs de ce sondage basé sur un jeu, les résultats montrent que les décideurs politiques doivent prendre des mesures plus fermes pour un monde plus vert.

« Il y a une prise de conscience de portée mondiale, qui se traduit par la capacité d'agir collectivement sur le changement climatique », a déclaré Achim Steiner, directeur du PNUD, à la Fondation Thomson Reuters.

M. Steiner a ajouté : « Le sondage confirme que la population mondiale a de plus en plus le sentiment qu'il s'agit d'un problème qui doit être résolu maintenant. »

Le sondage a été diffusé par le biais de publicités dans des applications de jeux populaires sur mobile, notamment Words with Friends, Angry Birds, Dragon City et Subway Surfers, entre octobre et décembre de l'année dernière.

Les joueurs devaient indiquer s'ils pensaient que le changement climatique était une urgence mondiale et, si oui, ce que le monde devait faire pour y répondre.

Dans l'ensemble, 64 % des sondés dans le monde ont déclaré que le changement climatique était une urgence.

Articles liés 3 février 2021 La France condamnée pour inaction climatique : une « victoire historique » pour les militants

Près de 6 personnes sur 10 qui croient en la crise climatique considèrent que le monde doit agir « d'urgence » sur cette question, alors que seulement 10 % d'entre elles estiment que le monde en fait déjà assez, et 11 % pensent qu'il ne faut rien faire.

On constate également des disparités notables entre les pays.

Les personnes qui estiment que le réchauffement climatique est une urgence sont de 72 % en moyenne dans les pays à revenu élevé, de 62 % et 58 % respectivement dans les pays à revenu moyen et les pays les moins développés.

Les petits États insulaires en développement, qui ont souvent déjà été confrontés à de lourdes conséquences du réchauffement de la planète, étaient une exception, 74 % d'entre eux déclarant que les questions climatiques constituaient une urgence.

De même, la proportion de personnes appelant à une action urgente sur cette question allait de sept sur dix dans les pays les plus riches à 55 % dans les nations les moins développées.

Les créateurs de l'enquête n'ont pas pu déterminer avec précision les facteurs à l'origine des différences d'opinion entre les pays et les régions, mais l'âge, le niveau d'éducation, l'urbanisation et l'ampleur du débat populaire sur les questions climatiques sont autant de facteurs qui ont été pris en compte.

D'après les résultats, les jeunes, qui sont à l'origine d'une vague de mouvements populaires en faveur du climat, sont plus susceptibles de considérer le réchauffement climatique comme une urgence que les personnes plus âgées.

« Il y a un changement radical qui a commencé à se produire, a déclaré M. Steiner, en faisant référence aux attitudes et à la prise de conscience des jeunes. Ils sont en quelque sorte le moteur d'une opinion publique qui se forme dans le monde entier. »

Articles liés 18 janvier 2021 Selon les organisations environnementales, l'UE ne protège pas les mers et la biodiversité

Les résultats de l'étude encouragent les gouvernements et les entreprises à agir pour lutter contre le changement climatique et mettent en évidence les défis à relever pour ceux qui ne le font pas, a indiqué Richard Black, associé principal à l'Energy and Climate Intelligence Unit, une organisation britannique à but non lucratif.

« Cela pose une question difficile aux gouvernements de pays comme l'Australie, le Canada et la Pologne, qui tentent de maintenir en vie des industries à forte intensité de carbone : pendant combien de temps encore sera-t-il possible d'élaborer des politiques qui vont à l'encontre des souhaits de vos citoyens ? » a-t-il fait remarquer dans une déclaration.

(Article de Sonia Elks @soniaelks ; édition par Helen Popper. Veuillez créditer la Fondation Thomson Reuters, la branche caritative de Thomson Reuters qui se penche sur la vie des personnes qui, dans le monde entier, luttent pour vivre librement ou équitablement. Consultez le site http://news.trust.org)