Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

Éducation

Voici comment le président américain Donald Trump aide les universités canadiennes

flickr/The City of Toronto

Il semble que le Canada a profité de l’élection du président américain Donald Trump d'une façon : nos universités ont noté une hausse de demandes d’admission des étudiants internationaux depuis la prise de fonction de Trump.

L’Université de Toronto, par exemple, a noté une augmentation de 57 % de demandes internationales venant de l’Inde et une augmentation globale de 20 % des acceptations des étudiants internationaux pour l’automne.

Il y a également eu des augmentations d'étudiants internationaux à l’Université Wilfrid Laurier (32 %) et à l’Université McMaster (33 %). Le pourcentage d’étudiants internationaux qui ont accepté des offres d’admission a augmenté de 27 % à l’Université de l’Alberta en mai.

L’économie locale profite d’un afflux d’étudiants internationaux.

Bien que le Canada offre des universités de premier ordre, c’est peut-être notre image stéréotypée en tant que personnes tolérantes et gentilles à remercier pour cette augmentation de demandes internationales.

« Il y a une hausse des demandes d’admission en provenance de pays qui sont sur la liste des décrets de l’administration Trump, ou même qui ne le sont pas, comme l’Inde, a dit Alan Shepard, recteur et vice-chancelier de l’Université Concordia, selon LaPresse. C’est comme s’ils percevaient le message qu’ils ne seraient pas les bienvenus aux États-Unis ».

Geneviève O’Meara, porte-parole de l’Université de Montréal, a dit que l’université voit une hausse des demandes en provenance d’autres pays aussi.

« L’écho qu’on a, c’est que les étudiants recherchent une expérience universitaire nord-américaine dans le contexte d’une ville sécuritaire et accueillante, et c’est ce qu’on offre à Montréal », dit-elle selon LaPresse.

Il y a plus de 350 000 étudiants internationaux au Canada.

Sans doute, la politique du Canada sur l’immigration est différente de la politique actuelle aux États-Unis, et les universités le reflètent.

L’Université de Montréal, par exemple, a mis en place un fonds de voyage pour les étudiants internationaux qui auraient assité aux conférences aux États-Unis avant l’interdiction de voyager.