Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Extinction Rebellion climate change protesters block a road in central London, April 25, 2019. The non-violent protest group, Extinction Rebellion, is seeking negotiations with the government on its demand to make slowing climate change a top priority.
Matt Dunham/AP
ActuEnvironnement

10 choses positives qui se sont produites lors du Sommet sur l'ambition climatique organisé par la France et le Royaume-Uni

Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Plusieurs des Objectifs mondiaux des Nations Unies sont axés sur la protection de la nature, le maintien de la propreté des océans et la réduction des émissions de carbone, autant d'éléments nécessaires pour mettre fin à l'extrême pauvreté et sauver la planète. Mais l'objectif n°13 pour l'action climatique porte sur les mesures politiques que les gouvernements et les sociétés doivent prendre pour atteindre tous les objectifs environnementaux des Nations Unies. Des événements comme le Sommet sur l'ambition climatique, qui a eu lieu ce mois-ci, peuvent être très utiles pour définir des priorités et maintenir la pression sur les gouvernements afin qu'ils apportent des changements nécessaires. Pour en savoir plus sur le changement climatique et passer à l'action, rejoignez-nous ici.

Organisé conjointement par la France, le Royaume-Uni et les Nations Unies, le Sommet sur l'ambition climatique qui s'est tenu le samedi 12 décembre a marqué un moment clé dans le coup d'envoi des dix prochaines années d'action en faveur du climat.

Le but de ce sommet, comme l'a expliqué Bernadette Fischler, responsable du plaidoyer international du WWF, à Global Citizen la semaine dernière, était de rassembler les gouvernements du monde entier pour qu'ils annoncent des plans plus ambitieux de réduction des émissions de carbone d'ici 2030. L'événement a également servi de forum pour présenter des éléments de preuve relatifs aux mesures environnementales déjà prises.

Le sommet marquait le cinquième anniversaire de l'accord de Paris sur le climat, un engagement international novateur visant à stopper le changement climatique et à maintenir le réchauffement de la planète en dessous de la barre des 1,5°C. Les espoirs étaient donc nombreux de voir ce dernier aboutir à des signes clairs de progrès.

Au Royaume-Uni, le Sommet sur l'ambition climatique a marqué une étape sur la voie de l'accueil de la COP26, l'importante conférence des Nations Unies sur le changement climatique qui se tiendra à Glasgow en novembre 2021, reportée d'un an en raison de la COVID-19. Un élément clé de son rôle d'hôte est de montrer la voie à suivre pour les autres pays.

S'adressant aux journalistes après le sommet, le ministre britannique de l'énergie et président de la COP26, Alok Sharma, a déclaré que si les engagements pris pour éviter un réchauffement dangereux d'ici 2100 n'étaient pas encore suffisants, « de réels progrès ont été réalisés », 45 pays ayant fixé des objectifs plus ambitieux.

Articles liés

Cependant, alors que les groupes de défense du climat ont fait l'éloge de certains engagements, la militante Greta Thunberg a estimé, dans un discours publié sur sa page Instagram, que cinq ans après l'accord de Paris, les choses n'avaient pas suffisamment changé et que des objectifs lointains comme 2030 ou 2050 n'étaient pas assez proches pour maintenir le réchauffement de la planète en dessous du seuil de 1,5°C.

Voici quelques-uns des principaux engagements qui ont été annoncés lors du sommet. 

1. Le Royaume-Uni a annoncé qu'il réduirait ses émissions de 68 % par rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2030. 

Auparavant, l'objectif avait été fixé à une réduction d'environ 57 % par rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2030. Cette nouvelle annonce permettra d'accélérer les efforts du Royaume-Uni pour atteindre l'objectif de zéro émission nette d'ici 2050 et de faire progresser la décarbonisation de manière ambitieuse.

Cette promesse a été faite par le Premier ministre Boris Johnson à la suite de recherches menées par le Climate Change Committee, un organisme indépendant qui a constaté que les coûts liés à la réduction du carbone étaient en baisse. 

2. L'Union européenne s'est engagée à atteindre un nouvel objectif de réduction d'au moins 55 % des émissions de carbone par rapport aux niveaux de 1990 au cours des dix prochaines années. 

Le président français Emmanuel Macron a qualifié ce nouvel objectif d’« étape fondamentale sur la voie de la neutralité en carbone ».

« Nous avons montré aujourd’hui que l’action climatique restait une priorité de l’ordre du jour international, en dépit de la pandémie mondiale et de l’une des plus graves crises économiques de notre époque », a-t-il ajouté.

3. Le Pakistan et Israël ont annoncé qu'ils ne construiraient pas de nouvelles centrales à charbon.

Ils ont rejoint un nombre croissant de pays qui s'éloignent du charbon, a précisé l'ONU. Une promesse similaire a été faite conjointement par le Royaume-Uni et le Canada en 2017.

Great to hear @ImranKhanPTI commit to an end to new coal power in Pakistan at the Climate Ambition Summit #TogetherForOurPlanet. We need more countries to make such commitments on coal @PastCoal and we need donors to stop financing coal abroad. pic.twitter.com/0lvlcyV6wJ

— John Murton (@JohnMurton) December 12, 2020
4.  La Chine vise à ce que 25 % de la consommation d'énergie provienne de sources de combustibles non fossiles d'ici 2030.

Il s'agit d'une avancée par rapport à un engagement précédent qui visait à atteindre 20 % de consommation d'énergie non fossile d'ici 2030. Actuellement, seulement 15 % de la consommation énergétique de la Chine provient de sources renouvelables ; en tant que premier émetteur de carbone au monde, il est crucial que cette part soit plus importante dans les besoins énergétiques de la Chine.

Cependant, le président Xi Jinping n'a pas mentionné la possibilité pour son pays de fermer ses centrales à charbon pour l'instant. 

Articles liés

5. 15 pays se sont engagés à verser des contributions nationales déterminées (NDCs) beaucoup plus importantes.

Des pays comme le Canada, l'Argentine, la Barbade, la Colombie, l'Islande et le Pérou se sont engagés à réduire les émissions de carbone plus rapidement que ce qu'ils avaient initialement promis dans le cadre de l'accord de Paris. 

Ces engagements prennent la forme de NDCs, des évaluations réalisées par chaque pays pour déterminer les mesures qu'il entend prendre afin de réduire ses émissions et déterminer ses objectifs. Ils sont révisés sur la base de nouvelles informations et peuvent être optimisés.  

6. La France, le Royaume-Uni et la Suède cesseront de soutenir financièrement les combustibles fossiles au niveau international.

Du point de vue du Royaume-Uni, il s'agit là de l'un des plus grands engagements du week-end. Cela signifie que le gouvernement britannique mettra fin au financement des exportations, au financement de l'aide et à la promotion commerciale pour les nouveaux projets d'énergie à base de pétrole brut, de gaz naturel ou de charbon. 

Plus de 20 milliards de livres sterling d'exportations de pétrole et de gaz ont été consacrés à des projets énergétiques à l'étranger par le biais de la promotion commerciale et du financement des exportations au cours des quatre dernières années, ce qui représente donc un désinvestissement important des combustibles fossiles. 

S'en écarter permettra d'accélérer le passage à l'énergie verte dans le monde entier. Clara Goldsmith, directrice de campagne de la Climate Coalition, a commenté la décision en ces termes : « Nous sommes très heureux de pouvoir continuer à travailler avec les pays en développement : C'est un grand pas en avant pour le gouvernement britannique dans sa position de leader à l'approche du sommet crucial des Nations Unies sur le climat, la COP26, qui aura lieu l'année prochaine. »

« Cette décision aura des répercussions dans le monde entier, a-t-elle poursuivi. Le soutien au développement des combustibles fossiles à l'étranger a entaché la réputation du Royaume-Uni en matière de climat cette année, et cette interdiction contribuera à la rétablir. Le gouvernement doit maintenant mener une campagne mondiale pour que d'autres gouvernements se joignent à lui et accélèrent la transition vers l'énergie propre. »

7. Trois pays d'Europe ont avancé leur date cible pour être neutres en carbone d'ici 2050.

Initialement fixée à 2050, la Finlande a déclaré qu'elle serait proche de zéro émissions nettes en 2035, l'Autriche en 2040 et la Suède en 2045. Le Royaume-Uni est devenu le premier grand pays au monde à se fixer un objectif juridiquement contraignant en juin 2019, dans le but de produire moins d'émissions de carbone d'ici 2050.

#Finland aims to be the world's first #fossilfree welfare society. We are committed to be #ClimateNeutral by 2035 and have negative net emissions soon after that. We commit to scaling up #ClimateFinance & fighting #biodiversity loss,said PM @MarinSanna#ClimateAction#NytOnPakkopic.twitter.com/INweJrBap6

— Kaisa Kosonen (@kaisakosonen) December 12, 2020
8. Les pays qui sont particulièrement vulnérables aux conséquences du changement climatique ont fait preuve d'un leadership remarquable.

La Barbade et les Maldives ont déclaré qu'elles visaient à être neutres en carbone d'ici 2030, et le Vanuatu, pays insulaire du Pacifique, a déclaré qu'il utiliserait 100 % d'énergies renouvelables d'ici 2030. 

Les îles Fidji, le Malawi, Nauru et le Népal ont tous déclaré qu'ils viseront la neutralité carbone d'ici 2050.

9. Les pays les plus riches se sont engagés à soutenir davantage les pays en développement pour qu'ils s'adaptent au changement climatique.

Cela comprend 500 millions d'euros d'investissements supplémentaires promis par l'Allemagne cette année pour aider les pays en développement à s'adapter, et un milliard d'euros supplémentaires par an de la part de la France.

Articles liés

10. Les maires ont montré qu'ils apportent également leur contribution.

Une campagne intitulée « Course à la résilience » a été lancée lors du sommet. Elle réunit des maires, des dirigeants locaux, des entreprises et des assureurs afin de protéger la vie et les moyens de subsistance des quelque 4 milliards de personnes vulnérables aux risques climatiques. Le maire de Freetown, en Sierra Leone, s'est par exemple engagé à planter un million d'arbres entre 2020 et 2021.

Dakar’s climate action plan commits to boosting sustainable urban transport and planning 🚍 #TheFutureWeWantpic.twitter.com/2GJ3JCE6fg

— C40 Cities (@c40cities) December 15, 2020