Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Citoyenneté

Oui, l’esclavage existe toujours : ces pays en sont les pires délinquants

Ira Gelb/Flickr

L’article vedette du dernier numéro de « the Atlantic » est une histoire intitulée « My Family’s Slave » (L’esclave de ma famille). 

L’auteur, Alex Tizon, fait la chronique de cette histoire d’esclavage. Il décrit comment sa mère philippine se fit offrir un esclave à l’âge de 15 ans, comment elle l’a ramené aux États-Unis, et comment elle est restée son esclave jusqu’à la mort de la mère, travaillant jour et nuit sans être payé, sans vie sociale et subissant en prime des abus sans fin. 

L’histoire est poignante dans sa narration candide de l’expérience d’un esclave et dans la description de comment la famille a normalisé l’esclavage — ceci à travers un déni profond. 

Mais c’est aussi un rappel troublant que l’esclavage est une pratique toujours bien présente dans notre société. 

Le nombre d’esclaves autour du monde est estimé à 45,8 millions, un nombre, qui, d’après l'Indice mondial de l'esclavage, est plus élevé qu’à n’importe quelle autre période de l’histoire. La crise des réfugiés que nous vivons en ce moment a largement bénéficié le marché sordide de la vente d’enfants esclaves

L’esclavage prend de nombreuses formes, mais l’esclavage sexuel, basé sur le travail et le trafic humain demeurent les pratiques les plus courantes. 

Voici les cinq pays responsables de 58 % de l’esclavage mondial. 


L'Inde

Nombre d’esclaves estimé à : 18 354 700
Taux d’esclaves : 1,4 % de la population 
Formes d’esclavage principales : agricole, travail forcé, travail domestique, et sexuel

« Il y a beaucoup de gens dans le village qui travaillent avec moi en tant que travailleurs forcés, a dit une des personnes ayant participé au sondage pour l’index d’esclavage global. J’étais agressé physiquement et sexuellement quand je travaillais dans les champs. J’étais aussi menacé de mort — moi et ma famille. On m’a aussi menacé de me chasser du village. » 


Le Pakistan

Nombre d’esclaves estimé à : 2 134 900 
Taux d’esclaves : 1,13 % de la population 
Formes d’esclavage principales : travail forcé pour des industries telles que la fabrication de briques. Plus de 20 000 fours à briques sont utilisés dans les parties rurales du pays. En effet, les proies là-bas sont les villageois illettrés qui se retrouvent coincés au milieu de programmes de dettes illégaux. S’ils meurent, ce sont les enfants des esclaves qui doivent prendre la relève de sorte à repayer la « dette » des parents. 


Le Bangladesh

Nombre d’esclaves estimé à : 1 531 300 
Taux d’esclaves : 95 % de la population 
Formes d’esclavage principales : les hommes sont forcés à travailler, les femmes forcées à se marier. Souvent, les hommes sont capturés, drogués, battus et asservis avant d’être vendus en tant que travailleurs temporaires. Les mariages forcés eux mènent généralement à une vie remplie d’agressions et de pauvreté. 


La Chine

Nombre d’esclaves estimé à : 3 388 400 
Taux d’esclaves : 25 % de la population 
Formes d’esclavage principales : esclavage sexuel et autres formes de travail forcé. Le déséquilibre entre les sexes dû à l’ancienne politique de l’enfant unique au sein du pays crée une forte demande de femmes étrangères, forcées à se marier. Les femmes, qui habitent souvent illégalement dans le pays, n’ont donc pas beaucoup de ressources légales. De plus, la société chinoise accepte et encourage grandement cette pratique.


L’Ouzbékistan

Screen Shot 2017-05-22 at 1.24.11 PM.pngantislavery.org

Nombre d’esclaves estimé à : 1 236 600 
Taux d’esclaves : 3,97 % 
Formes d’esclavage principales : travail forcé. À la saison des récoltes, le gouvernement force des dizaines de milliers de personnes à travailler dans les champs de coton. Tout cela bien sûr, gratuitement.