Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

South Korea's will fund electric vehicles, stop financing overseas coal plants, expand solar panels and wind turbines, and introduce a carbon tax. Japan’s Prime Minister Yoshihide Suga, meanwhile, said renewables and preexisting safe nuclear energy would be prioritized
Unsplash
Environnement

La Corée du Sud et le Japon s'engagent à devenir neutres en carbone d'ici 2050


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Les Nations Unies estiment qu'un monde neutre en carbone d'ici 2050 est indispensable si l'humanité veut limiter les dommages irréversibles causés par le changement climatique. La neutralité en carbone désigne un pays ou toute autre entité qui réduit ses émissions nettes à zéro en éliminant le carbone et en investissant dans les énergies renouvelables. Global Citizen fait campagne sur les Objectifs mondiaux des Nations Unies, dont l'objectif n°13 pour l'action climatique. Rejoignez le mouvement et passez à l'action sur cette question et plus encore ici.

Le Japon et la Corée du Sud, deux des pays les plus dépendants des combustibles fossiles, ont tous deux promis d'être neutres en carbone d'ici 2050.

Ces nouveaux engagements significatifs en matière de lutte contre le changement climatique ont été annoncés la semaine dernière par les dirigeants de ces deux pays. En Corée du Sud, le président Moon Jae-in a déclaré que son pays atteindrait cet objectif en mettant un terme à sa dépendance au charbon et en se tournant vers les énergies renouvelables et les infrastructures dans le cadre du Green New Deal

La politique du Green New Deal sud-coréenne, totalement distincte de la politique du même nom proposée par les États-Unis, prévoit un financement des véhicules électriques par le gouvernement, l'arrêt du financement des centrales au charbon à l'étranger, le développement des panneaux solaires et des éoliennes, ainsi que l'introduction d'une taxe carbone. 

Le Premier ministre japonais, Yoshihide Suga, est quant à lui resté vague en ne précisant pas de détails ou de mesures concrètes. Lors de son premier discours au Parlement après son élection le mois dernier, M. Suga a déclaré que les énergies renouvelables et l'énergie nucléaire sûre préexistante seraient prioritaires et que la réponse au changement climatique ne serait plus une « contrainte pour la croissance économique », selon le Guardian,.

« Nous visons à bâtir une société décarbonisée », a déclaré M. Suga. 

Les militants pour le climat et les dirigeants mondiaux ont accueilli favorablement les nouveaux engagements des deux pays. 

Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a estimé que la promesse de la Corée du Sud était « un pas très positif dans la bonne direction ». Parallèlement, Joojin Kim, le directeur général de l'organisation sud-coréenne Solutions for Our Climate, a affirmé que la Corée du Sud faisait enfin « un pas de plus pour s'aligner sur la voie de réduction compatible avec les objectifs des accords de Paris sur le climat », selon le Guardian.

Articles liés 21 septembre 2020 Les 1 % les plus riches du monde émettent deux fois plus de carbone que les 50 % les plus ...

Il a toutefois également souligné que la Corée du Sud devrait immédiatement cesser de construire des centrales au charbon pour atteindre son objectif.

Sept centrales à charbon sont actuellement en construction en Corée du Sud. 

« Il y a beaucoup à faire pour que cette déclaration soit réellement significative, a déclaré M. Kim. Les tâches les plus urgentes consistent à renforcer l'objectif de réduction des émissions pour 2030, à présenter une feuille de route claire pour éliminer progressivement le charbon d'ici 2030 et à mettre un terme complet au financement du charbon. »

Le pays repose sur le charbon pour environ 40 % de son approvisionnement en électricité. 

Articles liés 24 juillet 2020 Une fuite de méthane dans les fonds marins de l'Antarctique fait craindre une catastrophe climatique

Au Japon, des détracteurs ont également fait part de leurs inquiétudes quant à la dépendance de M. Suga à l'égard des centrales nucléaires existantes pour faire des progrès en matière d'énergie.

« Dans un avenir vraiment sûr et durable, la production d'énergie nucléaire n'a pas sa place, a déclaré Sam Annesley, directeur exécutif de Greenpeace Japon, dans un communiqué, selon Euro News. Si nous voulons atteindre l'objectif de zéro [émission] nette d'ici 2050, nous devons augmenter massivement la capacité du Japon en matière d'énergies renouvelables, avec un objectif de 50 % d'électricité renouvelable d'ici 2030. Sinon, le Japon pourrait ne pas atteindre l'objectif zéro et, surtout, la planète pourrait dépasser 1,5 °C, contrairement à [ce que prévoit] l'accord de Paris. »

Le Japon est actuellement le cinquième plus grand émetteur de dioxyde de carbone au monde.