L’invasion russe de l’Ukraine a déstabilisé le système alimentaire mondial d’une manière qui pourrait déclencher un « ouragan de famines » d’ici la fin de l’année, selon un nouveau rapport d’Eurasia Group, EY et DevryBV Sustainable Strategies.

Le rapport « Sécurité alimentaire et crise à venir » décrite comment la guerre a perturbé la production agricole en Ukraine et en Russie, deux des principaux exportateurs de denrées alimentaires au monde, responsables de 29 % des exportations mondiales de blé, 33 % des exportations d’orge, 17 % des exportations de maïs et d’une part importante d’huile alimentaire. Cependant, bien au-delà des frontières du conflit, les agriculteurs d’autres pays ont du mal à faire face à la hausse des prix des intrants essentiels tels que les engrais, ce qui pourrait entraîner une forte baisse des récoltes.

Ces chocs sur le système alimentaire ont entraîné une hausse des prix dans les magasins à travers le monde, accentuant la pression qui pèse sur les dépenses des ménages, déjà mis à mal par l’inflation et la pandémie de COVID-19. À certains endroits, les pénuries ont rendu la nourriture inaccessible. Si les dirigeants du monde ne mettent pas en œuvre des politiques visant à freiner ces tendances inquiétantes, les niveaux de faim et de pauvreté atteindront des sommets dangereux et accentueront les inégalités dans le monde.  

« Parmi toutes les répercussions de la guerre Russie-Ukraine, celle qui ne reçoit pas assez d’attention est l’impact sur l’approvisionnement alimentaire mondial », a déclaré Ian Bremmer, président et fondateur d’Eurasia Group et de GZERO Media, dans un communiqué. « Éviter une famine généralisée dans les prochains mois doit figurer en tête des priorités de l’agenda multilatéral mondial. »

Le rapport a été discuté lors du sommet inaugural de Global Citizen NOW, le 23 mai, au cours du panel « Addressing the Global Food Crisis » auquel ont participé l’ancienne première ministre norvégienne Erna Solberg, le directeur général et PDG de Food Systems for the Future Ertharin Cousin, et l’ambassadrice de bonne volonté du FIDA des Nations unies Sabrina Dhowre Elba.

« Nous savons que cette crise est imminente », a déclaré Ertharin Cousin, qui est également l’ancien directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, au cours du panel.

« Et c’est ce que le document met en évidence. Le document reconnaît que cela n’a pas commencé avec l’invasion de la Russie en Ukraine, mais que cela a été le point de basculement des défis de ce que nous appelons maintenant une tempête parfaite. En effet, les problèmes liés aux conditions météorologiques, à l’après-COVID et à l’accès aux engrais, tous ces problèmes ont commencé bien avant, puis ont été aggravés par les difficultés ... liées à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Ce que les documents disent très clairement, c’est que, quelle que soit l’issue de cette crise en Ukraine, nous allons voir plus de monde souffrir de la faim. »

Si la guerre se termine de manière pacifique et que les pays adoptent les mesures préconisées dans le rapport, les niveaux de faim et de pauvreté pourraient connaître une baisse importante d’ici la fin de l’année. Le rapport couvre un large champ, explorant divers scénarios liés au conflit tout au long de l’année, documentant les impacts actuels et anticipés sur le système alimentaire, montrant comment les différents pays s’en sortent, et expliquant très clairement comment certaines politiques peuvent atténuer « l’ouragan de famines ».

Voici cinq éléments à retenir du rapport sur les répercussions mondiales de cette invasion.

1. Il y a 95 % de chances que le nombre de personnes confrontées à une insécurité alimentaire augmente d’au moins 142 millions cette année.

Les auteurs du rapport prévoient que l’invasion russe de l’Ukraine va soit s’engager dans une situation de blocage prolongé, soit se détériorer davantage. Les deux scénarios seront dévastateurs pour le système alimentaire mondial. En effet, les chercheurs estiment que le nombre de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire risque d’augmenter de 142 à 243 millions d’ici novembre en raison des répercussions de la guerre, ce qui portera le nombre total de personnes en situation d’insécurité alimentaire à 1,8 milliard dans le monde.  

Dans le meilleur des cas envisagés par les auteurs ( une solution diplomatique à cette guerre), l’insécurité alimentaire diminuerait de 123 millions.

« Les personnes les plus vulnérables à la faim vivent en grande majorité dans des pays dont les gouvernements n’ont pas la capacité de subventionner les denrées alimentaires de manière efficace - c’est le cas de l’Afghanistan, du Mali, d’Haïti, du Bangladesh, du Yémen et du Soudan », a déclaré Cousin dans une déclaration pour le rapport.

2. Le nombre de personnes confrontées à la famine pourrait augmenter de 6,9 millions.

La famine menace déjà la vie de 49 millions de personnes dans le monde. Avec les perturbations causées par l’invasion russe de l’Ukraine, 3,5 à 6,9 millions de personnes supplémentaires seront probablement confrontées à la famine d’ici la fin de l’année, selon le rapport.

Dans le meilleur des cas, le nombre de personnes confrontées à la famine devrait diminuer de 2,7 millions.

Le Programme alimentaire mondial définit la famine comme « lorsque la malnutrition est généralisée et que des personnes ont commencé à mourir de faim faute d’accès à une alimentation suffisante et nutritive ».

3. L’extrême pauvreté pourrait toucher 201 millions de personnes supplémentaires.

Alors que la guerre dévaste l’Ukraine et perturbe le système alimentaire mondial, un nombre considérable de personnes basculent dans l’extrême pauvreté, que le rapport définit comme le fait de vivre avec moins de 2,39 dollars par jour. Selon les auteurs, il est fort probable que 103 millions de personnes supplémentaires, voire 201 millions, seront confrontées à l’extrême pauvreté d’ici la fin de l’année, ce qui pourrait porter le total mondial à plus de 1,3 milliard.

Dans le meilleur des cas, l’extrême pauvreté reculerait de 95 millions de personnes.

4. Les prix des denrées alimentaires pourraient augmenter de 22 % à l’échelle mondiale.

Les agriculteurs dépendent des engrais pour que leurs cultures donnent une bonne récolte. Lorsque le prix des engrais augmente, ce coût est souvent répercuté sur les consommateurs. Avant même la guerre en Ukraine, les prix des engrais avaient augmenté de 230 % en raison de la pandémie.

Les prix de l’énergie devraient également continuer à augmenter, car les pays européens s’adaptent aux restrictions d’importation de la Russie.  

Aujourd’hui, la guerre ne fera qu’augmenter le coût de ces intrants, car l’offre se réduit en réponse à l’isolement croissant de la Russie, premier exportateur mondial d’engrais et premier exportateur de combustibles fossiles.

Ces répercussions feront grimper les coûts d’exploitation des agriculteurs, tout en diminuant leurs récoltes alors qu’ils doivent inévitablement lutter pour obtenir suffisamment d’engrais et de carburant. L’augmentation des prix des denrées alimentaires pourrait varier entre 8 et 22 % en raison de ces facteurs et d’autres facteurs liés à la guerre, indique le rapport. Les augmentations de prix les plus importantes seront ressenties au Moyen-Orient et en Afrique, deux régions qui dépendent fortement des produits agricoles d’Ukraine et de Russie.

5. Les pays peuvent éviter l’« ouragan de famines » qui s’annonce s’ils passent à l’action maintenant.

Une aggravation catastrophique de la faim n’est pas inévitable. Le rapport fait valoir que les pays peuvent agir dès maintenant afin de stabiliser l’approvisionnement alimentaire mondial, d’empêcher une augmentation de la pauvreté et de garantir la sécurité alimentaire mondiale.

À court terme, les pays doivent œuvrer en faveur d’un cessez-le-feu et d’un accord de paix afin d’éviter une nouvelle escalade et davantage de souffrances en Ukraine. Alors que les efforts diplomatiques se poursuivent dans le monde entier, les dirigeants mondiaux doivent également faciliter la production et le commerce d’intrants agricoles et de produits alimentaires tant en Ukraine qu’en Russie, affirme le rapport.

Les agriculteurs ukrainiens doivent être préservés de toute violence tandis que les exportateurs du pays doivent bénéficier d’un accès à la mer Noire pour pouvoir répondre aux demandes commerciales. De même, les sanctions imposées à la Russie devraient exempter les denrées alimentaires et les intrants agricoles.

Des pays comme la Chine et l’Inde qui ont commencé à restreindre leurs exportations doivent veiller à ce que le marché reste ouvert afin que les prix des denrées alimentaires se stabilisent et que les quantités disponibles augmentent. L’aide étrangère devrait également être mobilisée pour que des organisations multilatérales comme le Programme alimentaire mondial puissent soutenir les communautés les plus vulnérables.

Le rapport aborde également des solutions à long terme comme la réduction du gaspillage alimentaire, la diminution de la dépendance aux énergies fossiles et le renforcement de la transparence des marchés.

« Alors que nous nous unissons pour faire face à l’impact immédiat de cette crise sur la sécurité alimentaire et la nutrition, nous ne devons pas perdre de vue la nécessité de s’attaquer aux inégalités systémiques à long terme qui ont rendu cette crise si dangereuse pour tant de pays à faible revenu », a déclaré Gargee Ghosh, président de la politique mondiale et du plaidoyer à la Fondation Bill et Melinda Gates, dans un communiqué. « Il est impératif d’améliorer la résilience à ces chocs en augmentant les investissements dans le développement agricole à long terme et les systèmes alimentaires nutritifs, en particulier dans les nations les plus pauvres et les plus vulnérables. »

Editorial

Vaincre la pauvreté

5 éléments clés à retenir du rapport mettant en garde contre un « ouragan de famines » suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie

Par Joe McCarthy