Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Filles et Femmes

La chef intérimaire du Parti conservateur exhorte les femmes à prendre une place en politique

Rona Ambrose — une chef politique qui a joué un rôle impératif dans le domaine des droits de la femme et de la fille au Canada — a annoncé cette semaine qu’elle quittera son siège de députée après la fin de la session en juin.

Ambrose l’a annoncé mardi matin lors d’un repas au Château Laurier à Ottawa.

Championne de longue date des droits de la femme, Ambrose a travaillé avec plusieurs organisations telles qu'un refuge pour femmes à Edmonton et un centre d'aide aux victimes d'agressions sexuelles à Victoria, avant de se lancer en politique.

Elle a été élue au Chambre des communes dans la circonscription d’Edmonton-Spruce Grove lors de l’élection de 2004. Ambrose a retenu beaucoup d’attention en 2005 à cause d’un conflit au sujet de la garde d’enfants avec député libéral Ken Dryden.

Ambrose a été nommée au cabinet en 2006. De là, elle a occupé huit postes différents sous le gouvernement de Harper, y compris ministre de la Santé, de l'Environnement et de la Condition féminine.

Elle a ensuite devenu leader intérimaire du Parti conservateur quand les conservateurs ont été chassés du pouvoir en octobre 2015.

L’ancien premier ministre, Stephen Harper, a écrit un post sur Facebook mardi où il a souligné quelques accomplissements d’Ambrose, mentionnant aussi son caractère sympathique : « Malgré une charge de travail très lourde, Rona est toujours demeurée chaleureuse et charmante, et a su conserver le sens de l'humour terre-à-terre des Albertains. Son leadership remarquable place très haut la barre pour ses successeurs à la tête du parti. »

Dans son discours, Ambrose a exprimé son admiration pour son parti et a parlé de son avenir.

« Nous devons continuer de trouver des moyens de rejoindre tous les Canadiens de toutes origines afin de démontrer la nécessité du changement. Un moyen de se faire, dit-elle, est d’accroitre le nombre de femmes sur notre équipe. J’en suis convaincue. »

En lire plus : Rencontrez Evelyn, mentor des femmes atteintes du SIDA dans les pays les plus touchés par la maladie

Harper a aussi dit dans son post : « Rona s’est montrée une défenseure passionnée et articulée au sujet des droits des femmes et des filles. Comme ministre de la Condition féminine, Rona a parrainé une résolution aux Nations Unies pour reconnaitre La journée internationale des filles, le 11 octobre. Ses efforts pour mieux sensibiliser le public sur l’égalité des sexes, l'égalité d'accès à l’éducation et aux soins de santé et la protection contre la violence pour toutes filles autour du globe est un témoignage de ces efforts. »

Sa contribution à la création de La journée internationale des filles n’est qu’un de ses nombreux accomplissements au cours des dernières 13 années dans le domaine des politiques fédéraux. Récemment, la Loi juste a été adoptée. C’est un projet de loi d’initiative parlementaire qui exigera aux juges de suivre un cours de perfectionnement complet en matière d’agressions sexuelles. La Loi exige du Conseil canadien de la magistrature qu’il produise un rapport sur les colloques de perfectionnement juridique portant aux sujets liés au droit relatif aux agressions sexuelles.

Une autre réalisation notable, selon Ambrose, a été sa part dans l’accélération des démarches pour accueillir des réfugiés yézidis au Canada, un sujet qu’elle a défendu lors d’une conférence sur la colline du Parlement en 2016.

Il se dit souvent qu’Ambrose a réussi à donner un nouveau visage au Parti conservateur. Peu après le départ de Harper, Ambrose a promis son plein soutien par rapport à l’enquête sur les femmes autochtones disparues et assassinées. Elle a soutenu la demande d’éliminer les interdictions aux mariages homosexuels dans les politiques officielles. Le Parti conservateur a aussi voté pour éliminer la définition de mariage de la constitution du parti.   

En disant ses adieux, Ambrose a demandé aux femmes de se présenter à la course politique pour le Parti conservateur. Elle a souligné les achèvements fantastiques des femmes conservatrices du passé : « Nous ne devons jamais oublier que nous sommes le parti de la première femme ministre du cabinet et, bien sûr, de la première femme à être élue premier ministre. »

Dans l'élection de 2015, 88 femmes ont été élues débutées, représentant 26 % de la Chambre des communes. Il s’agissait d’un nouveau record pour le Canada.

En lire plus : 3 Canadiens Exemplaires « Citoyens du Monde »

Une collègue députée, Candice Berger, a salué Ambrose en disant qu’elle est un exemple parfait de femme forte, compétitive et conservatrice.

Berger a souligné son rôle dans la défense de toutes femmes au Canada : « Comme ministre de la Condition féminine, elle a mené la charge de notre parti conservateur en face d’opposition de plusieurs côtés. Elle s’est battue pour assurer que toutes femmes autochtones qui vivent sur des réserves ont les mêmes droits de propriété en cas de divorce que les femmes qui ne vivent pas sur des réserves. »

Ambrose était la plus jeune femme à être nommée au cabinet de l’histoire du Canada en 2006.

Elle demeura présente pour assurer la transition avant qu’elle prenne poste comme professeure invitée à l'Institut canadien du Wilson Center, à Washington.

Ambrose a dit que le nouveau leader du parti conservateur devra « prendre le temps d’écouter, d’apprendre et de travailler très fort », et qu’elle est très optimiste pour l’avenir du parti.