Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Eau et Hygiène

La précarité menstruelle au Liban en hausse suite à une flambée des prix des produits hygiéniques de 500 %

Par Ban Barkawi

AMMAN, 17 juillet (Fondation Thomson Reuters) - Au Liban, les femmes sont contraintes de réutiliser des serviettes hygiéniques jetables suite à une forte hausse des prix. Des activistes mettent en garde contre cette situation et reprochent au gouvernement de ce pays en crise de ne pas inclure les serviettes et tampons dans la liste des importations subventionnées.

Les prix des produits hygiéniques, pour la plupart importés, ont augmenté de 500 % après une chute de la valeur de la livre libanaise qui pousse des familles autrefois aisées dans la pauvreté et fait craindre une famine généralisée.

Line Masri, qui a contribué au lancement de l'initiative Dawrati (Mes règles) pour lutter contre la précarité menstruelle dans ce pays du Moyen-Orient de 7 millions d'habitants, estime que l'hygiène féminine en pâtit.

Articles liés 11 novembre 2019 Cette initiative camerounaise produit des serviettes hygiéniques lavables et économiques

« La classe moyenne demande désormais des serviettes hygiéniques, les pauvres ont cessé d'être un petit segment de la société », a-t-elle déclaré.

« Certaines femmes nettoient leurs serviettes hygiéniques qui ne sont pas réutilisables, elles utilisent des chiffons et ... ce n'est pas du tout hygiénique. C'est très triste quand vous entendez leurs histoires ».

Quelques supermarchés imposent des limites aux acheteurs car les clients stockent des produits hygiéniques par crainte d'une future augmentation des prix, ce qui aggrave le problème, a affirmé Mme Masri.

Articles liés 8 avril 2019 Briser le tabou sur la précarité menstruelle en France

Le 9 juillet, le gouvernement a établi une liste d'environ 300 articles que les importateurs peuvent acheminer à un taux de change fixe de 3 900 livres libanaises (2,59 dollars) par dollar, alors que certains commerçants locaux appliquent pour leur part un taux de 9 500 livres.

Bien que les rasoirs figurent sur la liste, les produits hygiéniques en sont quant à eux exclus. Sur les réseaux sociaux, certains ont donc exprimé leur colère contre cette situation en affirmant que « la barbe peut attendre, mais pas les règles ».

Raoul Nehme, le ministre de l'économie et du commerce, a déclaré que les matériaux utilisés pour fabriquer les produits hygiéniques seraient subventionnés, ce qui signifie que les produits fabriqués localement pourraient être vendus à des prix plus bas.

Articles liés 7 mai 2019 Cette militante pakistanaise a créé une application qui livre des produits d’hygiène menstruelle aux personnes handicapées

« Grâce à cette stratégie, nous soutenons le consommateur... et nous aidons également l'économie libanaise », a-t-il déclaré à la Fondation Thomson Reuters.

Nagham Abouzeid, une étudiante universitaire âgée de 20 ans, a toutefois déclaré que les économies réalisées sur les prix pourraient ne pas être répercutées sur le consommateur.

« Ce qui m'inquiète, c'est que nous vivons dans un marché libre, a-t-elle déclaré. Comment peuvent-ils garantir que le [fabricant] réduira les prix ? »

Articles liés 5 février 2019 P&G Le problème troublant auquel font face près de 20 % des filles américaines

Les mesures de lutte contre le coronavirus ont également rendu difficile l'accès des femmes aux serviettes hygiéniques, aux pilules contraceptives et aux services de santé sexuelle, a déclaré Sarah Kaddoura, directrice du A Project, qui œuvre dans le domaine de la justice reproductive et des droits sexuels.

Elles sont confrontées à un risque accru d'infection car elles ont recours à des pratiques dangereuses, telles que [l'usage] de chiffons, comme le faisaient « les anciennes », a déclaré Mme Kaddoura.

À mesure que la précarité menstruelle s'aggrave, les solutions sont de plus en plus limitées, a déclaré Mme Masri, dont l'initiative a permis de distribuer environ 450 kits d'accouchement depuis le mois de mai, par le biais d'organisations caritatives locales qui fournissent des kits de soins aux femmes dans le besoin. « La plus grande partie de nos donateurs viennent de la classe moyenne et la classe moyenne est en train de s'appauvrir, a-t-elle ajouté. C'est un cercle vicieux. »

(1 dollar = 1 505,7000 livres libanaises)

(Article de Ban Barkawi @banbarkawi ; édition par Claire Cozens. Veuillez créditer la Fondation Thomson Reuters, la branche caritative de Thomson Reuters qui se penche sur la vie des personnes qui, dans le monde entier, luttent pour vivre librement ou équitablement. Consultez le site http://news.trust.org)