Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

New Zealand Prime Minister Jacinda Ardern talks to reporters at Parliament in Wellington, New Zealand in January 2020.
Nick Perry/AP
Filles et Femmes

La Nouvelle-Zélande adopte une loi pour garantir la parité salariale hommes-femmes


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Global Citizen fait campagne sur les Objectifs mondiaux des Nations Unies, dont l'objectif n° 5 relatif à l'égalité de genre. Rejoignez le mouvement et agissez sur cette question et bien d'autres encore ici.

Le parlement néo-zélandais a adopté à l'unanimité un projet de loi d'amendement sur l'égalité salariale, qui garantit une rémunération équitable entre hommes et femmes. 

La législation sur l'égalité salariale ne se limite pas à garantir que les hommes et les femmes reçoivent le même salaire pour le même travail, ce principe étant déjà inscrit dans la loi néo-zélandaise depuis 1972. Plutôt, le projet de loi d'amendement se concentre sur l'équité salariale en garantissant que les femmes dans les secteurs majoritairement féminins et historiquement sous-payés reçoivent la même rémunération que les hommes, pour un travail différent et de valeur égale.

Le nouveau projet de loi permet aux travailleuses de revendiquer plus facilement l'équité salariale. Il établit notamment des directives claires pour comparer les salaires des femmes exerçant des professions à prédominance féminine à ceux des hommes ayant « des compétences, des responsabilités et des services substantiellement similaires » dans des professions majoritairement masculines.

La première ministre Jacinda Ardern a promis de modifier la législation existante au moment de son élection en 2017.

« En 2017, nous nous sommes engagés à corriger la législation visant à remédier aux inégalités historiques de rémunération des femmes. Aujourd'hui, nous l'avons fait, a écrit Mme Ardern sur Instagram. Le projet de loi tient notre promesse de créer une Aotearoa (Nouvelle-Zélande) plus équitable en permettant aux employés de formuler plus facilement une demande d'équité salariale et en encourageant la médiation collaborative avant que les problèmes ne soient portés devant les tribunaux. À tous ceux qui nous ont permis d'en arriver là, pour toutes ces années de travail acharné, merci. »

Le président du NZCTU et membre du Pay Equity Joint Working Group, Richard Wagstaff, a qualifié l'adoption de ce projet de loi comme étant l'un des moments les plus importants pour l'égalité de genre en Nouvelle-Zélande depuis des décennies. 

« Les femmes qui travaillent font campagne depuis des décennies pour corriger le différentiel de rémunération entre hommes et femmes, a-t-il déclaré dans un communiqué de presse. L'adoption de la nouvelle loi sur l'égalité de rémunération fournit une structure et un soutien pour résoudre le problème systémique de la rémunération inférieure des femmes en raison de leur genre. » 

La députée travailliste Anahila Kanongata'a-Suisuiki a également qualifié le projet de loi de victoire pour les femmes du Pacifique en Nouvelle-Zélande. Selon Radio New Zealand, ces dernières comptent parmi les plus faibles revenus du pays.

Articles liés 24 juillet 2020 La participation des femmes canadiennes au marché du travail en chute à cause de la COVID-19

La Nouvelle-Zélande a longtemps donné la priorité à l'égalité entre les hommes et les femmes.

En 1893, c'était le premier pays au monde à accorder le droit de vote aux femmes et le deuxième à accorder un congé payé aux victimes de violence domestique. Mme Ardern fut également la première dirigeante mondiale à bénéficier d'un congé maternité après la naissance de sa fille, Neve, en 2018. 

La Nouvelle-Zélande est classée au sixième rang mondial du Global Gender Gap Index pour l'année 2020.