« C’est une célébration, pas une manifestation »

C’est ce que j’ai dit aux gens quand je leur ai demandé de se joindre à ma manifestation.

C’était une manifestation dans tous les sens du terme : il y avait un mégaphone, des médias et des panneaux d’affichage - beaucoup de panneaux d’affichage. Mais je savais que personne ne voudrait venir à un rassemblement ou à une manifestation, du moins je ne le pensais pas.

Il y a environ dix ans, j’ai commencé à m’intéresser à la politique, en particulier aux questions de protection des jeunes LGTBQ+. Je n’étais pas spécialement politisée, même si j’ai toujours voté et que je connaissais généralement les candidats et les enjeux. Mais je ne pense pas que je m’en préoccupais beaucoup plus que cela. Ce n’est que lorsque le gouvernement de l’Alberta a tenté de faire adopter une loi qui aurait quasiment interdit les clubs de l'Alliance Gay-Hétéro (AGH) dans la province que j’ai commencé à m’intéresser réellement à la vie politique. Le projet de loi 10 se résumait à accorder aux étudiants le droit d’avoir une AGH, mais l’école avait également le droit de dire que ce club devait avoir lieu en dehors de l’enceinte de l’école.

C’est ce sujet qui m’a poussé à commencer à utiliser mes réseaux sociaux comme un outil pour vecteur de changement politique. J’ai probablement commencé comme tout le monde, par quelque chose comme « Je déteste faire de la politique ici, mais... » ; une phrase que je n’envisagerais même pas de taper aujourd’hui. 

J’ai commencé à tweeter au sujet de ce projet de loi et de la nécessité de tout faire pour protéger les jeunes LGTBQ+ de l’Alberta, et j’ai fini par dire : « Si quelqu’un organise un rassemblement demain, j’y serai. » Et quelqu’un a répondu : « Pourquoi tu ne l’organises pas ? »

Et le reste - comme on dit - appartient à l’histoire.  Je n’avais aucune idée que l’organisation d’un rassemblement, de la défense d’une cause ou d’une « célébration » déclencherait quelque chose en moi. Quelque chose qui me pousse à toujours soutenir les opprimés, à toujours parler pour ceux qui ne le peuvent pas et cela grâce aux médias sociaux. Je savais que je pouvais le faire à ma manière.

Je suis l’une de ces personnes pour lesquelles, je pense, les médias sociaux ont été créés. Je sais généralement comment faire passer mon message en 240 caractères et j’aime la culture pop parce que, si elle est utilisée correctement, elle peut s’équilibrer parfaitement avec la politique d’une manière que les gens peuvent facilement comprendre.

Pour ce projet de loi en particulier, gagner n’était même pas envisageable. C’était un gouvernement majoritaire et cela signifiait qu’ils pouvaient essentiellement faire ce qu’ils voulaient. Donc, ils l’ont fait. Pour moi, l’organisation de la manifestation avait pour but d’attirer l’attention du plus grand nombre possible de personnes sur la question et de faire savoir aux jeunes homosexuels qui nous regardaient de chez eux que, malgré les actions du gouvernement, les Albertains allaient toujours les protéger.

Je n’avais pas d’argent ni même beaucoup d’influence, mais j’avais les emails des médias et une assez bonne connexion WiFi. La première chose que j’ai faite, c’est de créer une image qui puisse être partagée, une image qui contienne toutes les informations, mais qui soit quand même jolie. Je voulais qu’elle soit facile pour les gens à partager. Moins il y a d’étapes à franchir pour aider, mieux c’est.  La deuxième chose, c’est que je suis allé chercher sur Google « Célébrités homosexuelles canadiennes ». Une liste impressionnante de célébrités homosexuelles canadiennes est sortie et j’ai commencé à leur envoyer des messages par tous les moyens possibles.

Entre le moment où j’ai eu l’idée du rassemblement et celui où le gouvernement allait adopter le projet de loi, je disposais d’environ 12 heures pour attirer le plus d’attention possible sur la question. Nous avons couru jusqu’à un Walmart ouvert 24 heures sur 24 et avons acheté autant de panneaux d’affichage que possible. Puis j’ai fait tout un tas de pancartes, pas seulement pour moi, mais un pour tous ceux qui pourraient venir, sans même savoir si quelqu’un allait venir.

Heureusement, j’avais la dynamique de mon côté. Pendant toute la nuit, j’ai reçu de plus en plus de messages de personnes désireuses d’aider, de célébrités et de médias. Ils savaient que ce serait une histoire intéressante, alors je leur ai répondu aussi vite que possible.

Lorsque la manifestation - pardon, la célébration - a eu lieu, plus de 100 personnes étaient présentes en cette froide journée de décembre. Le rassemblement avait été programmé pendant la pause déjeuner, afin que le plus grand nombre possible de personnes puissent y assister. Nous l’avons organisé juste devant le bureau du gouvernement, et des personnes de tous les partis politiques et de tous les médias étaient présentes.  

Tout s’est passé si vite que je n’ai pas pu le croire lorsque, quelques heures plus tard, le gouvernement a annoncé qu’il avait reporté le projet de loi et qu’il étudierait les remarques formulées. Quelques mois plus tard, ils sont revenus avec un nouveau projet de loi 10, faisant de cette loi l’une des plus progressistes du pays en matière de GSA. Une victoire si importante, tout cela grâce à quelques tweets et à la détermination.

Nous avons remporté cette victoire inattendue et ce sentiment m’a donné envie de recommencer. Mais je me souviens encore de quelqu’un qui m’a dit ce jour-là : « On ne gagne pas toujours », et c’est vrai, parfois on ne gagne pas, mais on a toujours une voix, et les réseaux sociaux ont donné une voix à tant de gens.

J’ai également appris ce jour-là qu’il existe de nombreuses façons d’attirer l’attention des médias et des politiciens, et ce très souvent. Vous pouvez le faire d’une manière qui correspond à vos compétences, quelles qu’elles soient.

Quelques années plus tard, un film intitulé Love, Simon est sorti. Le fait qu’une histoire d’amour entre homosexuels soit enfin projetée dans les salles de cinéma a fait grand bruit à Hollywood. À ce moment-là, des célébrités achetaient des salles de cinéma pour faire don des billets afin que les personnes qui n’avaient pas nécessairement les moyens d’acheter un billet puissent quand même voir des films comme Love, Simon et Black Panther. Je ne suis pas une célébrité et je n’ai pas les moyens d’acheter un cinéma entier, mais je savais que si j’avais la possibilité d’aider, d’autres personnes se joindraient à moi. J’ai donc créé une page de crowdfunding pour annoncer la projection et, en l’espace d’une heure environ, nous avions plus qu’assez d’argent pour louer une salle de cinéma, l’argent supplémentaire étant reversé à des associations caritatives homosexuelles. C’était super simple : quelques clics sur le clavier, et tout à coup, le réalisateur de Love, Simon nous a envoyé un message et a fait un don important. Les médias s’y sont intéressés parce que c’était, là encore, un bon sujet et nous avons pu parler de questions importantes tout en mangeant du pop-corn et en regardant un bon film.

Calgary: If you're in a GSA, or maybe your kid is, or maybe you're a teacher or principal. Can you please do me a favour and let any and all interested about this free screening of "Love, Simon." 🏳️‍🌈😀👍 https://t.co/RIIHjLnAiBpic.twitter.com/l3CWZm95wZ

— Mike Morrison 🏳️‍🌈 🇨🇦 (@mikesbloggity) April 2, 2018

J’ai fait quelque chose de similaire lorsque j’ai voulu parler de l’importance du vote. En Alberta, lors des élections provinciales, vous pouviez voter dans n’importe quel bureau de vote pendant le vote anticipé. C’était un changement énorme et fantastique, car cela signifiait que les amis et la famille pouvaient aller voter ensemble.  Quelle excellente façon de sensibiliser votre entourage à l’importance du vote ? Mais je voulais que ce soit amusant, alors j’ai créé un produit appelé « Democracy Donuts ». Nous avons encore une fois fait appel au crowdfunding, travaillé avec Elections Alberta pour nous assurer que nous étions autorisés à réaliser nos projets, et pendant chaque jour de vote anticipé, nous étions présents dans un bureau de vote différent pour distribuer gratuitement un beignet de qualité supérieure provenant de la beignerie locale. Nous avons dit aux gens que pour avoir un donut gratuit, tout ce qu’ils avaient à faire était de voter. Une fois de plus, il ne nous a pas fallu longtemps pour collecter suffisamment d’argent pour acheter des centaines de beignets, ce qui a attiré l’attention des médias et nous a donné l’occasion de parler d’un sujet qui nous tient à cœur : le vote !  Des gens se sont rendus à certains bureaux de vote simplement pour avoir leur donut gratuit. Nous avons eu des personnes qui n’avaient jamais entendu parler de nous mais qui étaient ravies d’être récompensées pour avoir exercé leur droit de vote. Nous avons même eu des gens qui ont voté parce qu’ils voulaient un donut, et non parce qu’ils savaient qu’il y avait une élection ! Je m’en fichais, on vote, on mange. C’est succulent.

Lors de cette même élection, les questions LGTBQ+ étaient particulièrement importantes, et après avoir vu quelque chose de similaire aux États-Unis, certains artistes locaux et moi-même avons créé Drag Out the Vote. Avec ce mouvement, nous avons demandé aux drag queen de la ville de venir voter ensemble, et d’amener leurs amis avec eux. Et au cas où vous vous poseriez la question, oui, vous pouvez voter en drag queen. C’était incroyable. Pas d’argent dépensé, juste du temps et des e-mails. Et, le dernier jour du vote anticipé, une douzaine de drag queens et leurs sympathisants sont entrés dans l’hôtel de ville de Calgary et ont voté ensemble - et tous les médias les ont accompagnés. Lors de l’une des journées les plus cruciales de l’élection, l’histoire qui a fait la une de tous les bulletins de nouvelles et la couverture de tous les journaux n’était pas celle d’un politicien, mais celle des drag queens.

J’ai commencé à m’engager dans le militantisme parce que j’étais sensible ou impliqué dans quelque chose qui pour moi devait changer. Je n’étais peut-être pas la personne qui, selon moi, ferait quelque chose, mais je savais que je devais essayer, et ça a marché. Comme cette personne me l’a dit, ça ne marchera pas toujours, mais j’ai aussi réalisé que les gens veulent contribuer au changement, mais qu’ils veulent peut-être le faire d’une manière moins effrayante. C’est pourquoi je pense que le « militantisme du clavier », dont on se moque parfois, est en fait génial. Il permet aux gens de s’initier à l’activisme. Ils font savoir à leurs followers qu’ils s’intéressent aux vrais problèmes et que la communauté peut compter sur eux, et tout cela en un seul clic. Mais avec un peu de chance, ce clic devient deux clics, puis une signature, un don, une opportunité de bénévolat, une projection de film, l’écriture de panneaux d’affichage, tout ce qu’il faut pour commencer à apporter des changements.  Nous devons tous commencer quelque part, alors pourquoi pas par un clic ?

In My Own Words

Exiger l’équité

Pourquoi je me suis mobilisé lorsque les droits des LGBTQ+ étaient menacés en Alberta.

Par Mike Morrison