Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

Antarctic Peninsula, 2019.
Daniel Enchev/Flickr
Environnement

Une fuite de méthane dans les fonds marins de l'Antarctique fait craindre une catastrophe climatique


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper 
Le méthane est l'un des gaz à effet de serre les plus dangereux. Les Nations Unies appellent les pays à réduire leurs émissions afin de limiter le changement climatique. Vous pouvez nous rejoindre en agissant sur des sujets connexes ici

Selon une étude publiée dans la revue scientifique Proceedings of the Royal Society B, des scientifiques ont identifié une première fuite active de gaz méthane dans les fonds marins de l'Antarctique.

La cause de la fuite est encore inconnue, mais les chercheurs ont jusqu'à présent exclu le changement climatique comme cause potentielle, la mer de Ross, où se trouve la fuite, ayant été relativement épargnée du réchauffement thermique, comme le souligne le Guardian.

La fuite a été aggravée par l'absence relative de microbes capables de filtrer le méthane avant qu'il ne pénètre dans l'atmosphère ; ceci a donc entraîné la libération d'une quantité bien plus importante de gaz.

« Le retard [dans la consommation de méthane] est la découverte la plus importante, a déclaré au Guardian Andrew Thurber, chercheur à l'université d'État de l'Oregon, aux États-Unis. Ce n'est pas une bonne nouvelle. Il a fallu plus de cinq ans pour que ces microbes commencent à apparaître, et même alors, il y avait encore du méthane qui s'échappait rapidement des fonds marins. »

Le méthane est un gaz à effet de serre très puissant, dont le potentiel de réchauffement dans les deux premières décennies suivant sa libération est 84 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone. Le dioxyde de carbone est considéré comme le principal responsable du réchauffement climatique, car il est libéré dans l'atmosphère en bien plus grande quantité que le méthane, du fait d'activités qui consomment des combustibles fossiles.

Les réserves massives de méthane contenues sous le permafrost et sous les fonds marins pourraient toutefois, si elles étaient libérées, entraîner un réchauffement climatique catastrophique dans les années à venir. 

Les milieux marins, en particulier, contiendraient l'équivalent de 1 800 gigatonnes C de méthane (les gigatonnes C désignent les gigatonnes de carbone, une unité de mesure utilisée par les climatologues). Si la totalité de ce méthane était libérée dans l'atmosphère, le monde dévierait complètement des objectifs de l'accord de Paris sur le climat

Articles liés 22 avril 2020 Selon une étude, il n’y aura plus de banquise dans l'Arctique d’ici 2050

D'après le Guardian, les scientifiques en savent très peu sur le cycle du méthane en Antarctique. 

La fuite a été découverte par hasard par un groupe de plongeurs en 2011 et a été analysée pour la première fois en 2016 par une équipe de scientifiques. 

Ailleurs dans le monde, les fuites de méthane se produisent à une fréquence alarmante. 

Dans l'Arctique, le permafrost, un sol gelé, fond et laisse émerger les gaz à effet de serre qui y sont enfouis. Selon le New York Times, les fuites de méthane provenant d'infrastructures de combustibles fossiles abandonnées et mal gérées ont augmenté ces dernières années.

Alors que ces fuites se concentrent dans l'atmosphère, elles pourraient aboutir à des points de basculement irréversibles qui favoriseraient un réchauffement climatique foudroyant. 

Articles liés 3 avril 2019 Le Canada se réchauffe deux fois plus rapidement que le reste du monde

Les points de basculement climatiques sont des boucles de rétroaction négative fixes. Lorsque, par exemple, le réchauffement des températures provoque la fonte du permafrost, il déclenche la libération de gaz méthane qui entraîne à son tour une augmentation des températures. Cette dernière se traduit par une perte accrue de permafrost dans un cycle qui ne cesse de s'accélérer. 

« Si nous voulons éviter le pire de ces mauvais points de basculement climatiques, nous devons promouvoir certains points de basculement sociaux et économiques positifs [tels que les énergies renouvelables] vers ce qui devrait finalement être un avenir plus heureux, plus prospère et plus durable pour les générations à venir », a déclaré Tim Lenton, chercheur en climatologie à l'université d'Exeter, au Guardian.