Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

French Embassy in the US/Flickr
ActuSanté

Le président Emmanuel Macron appelle l'Europe et les États-Unis à fournir des vaccins aux pays pauvres


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Les vaccins sont essentiels dans la lutte contre la COVID-19. Ils ne sont efficaces que s'ils sont distribués à tous les individus de manière égale. L'Objectif mondial n°3 des Nations Unies plaide en faveur de la santé et du bien-être, un but qui ne peut être atteint si le nationalisme vaccinal persiste. Rejoignez le mouvement et passez à l'action sur cette question ici

Lors d'un discours prononcé avant le sommet virtuel du G7 qui s'est tenu vendredi, le président français Emmanuel Macron a appelé les pays riches à partager d'urgence leurs vaccins avec les pays en développement. 

Dans une interview accordée au Financial Times, M. Macron a détaillé le plan qu'il propose pour que l'Europe et les États-Unis s'engagent à fournir 4 à 5 % de leurs vaccins contre la COVID-19 aux pays pauvres.

« Nous ne parlons pas de milliards de doses immédiatement, ou de milliards et de milliards d'euros, a-t-il déclaré. Il s'agit d'allouer beaucoup plus rapidement 4 à 5 % des doses dont nous disposons... Cela ne changera pas nos campagnes de vaccination, mais chaque pays devrait mettre de côté un petit nombre des doses dont il dispose pour en transférer des dizaines de millions, mais très rapidement, afin que les populations sur le terrain puissent en bénéficier. »

Selon le Président, la chancelière allemande Angela Merkel soutient une initiative paneuropéenne de partage des vaccins. Il a ajouté qu'il espérait également obtenir le soutien des États-Unis.

Articles liés 11 février 2021 Tout ce que vous devez savoir sur le nationalisme vaccinal

« Si on laisse s’installer l’idée que des centaines de millions de vaccins sont en train d’être faits dans les pays riches et qu’on ne commence pas dans les pays pauvres, c’est insoutenable, a-t-il poursuivi. C’est une accélération des inégalités mondiales inédite, et c’est politiquement insoutenable à terme parce que c’est ce qui permet d’installer une guerre d’influence des vaccins ».

Au moment de la présentation de son plan, seuls le Canada, la France, la Norvège et l'Union européenne s'étaient engagés à faire don de leurs vaccins excédentaires aux pays en développement. Après le sommet du G7 de vendredi, le Royaume-Uni s'est également engagé à le faire.

Si ces pays se sont engagés à partager leurs doses de vaccins, la France est le seul pays à avoir fixé un calendrier pour la mise en œuvre de cette mesure. M. Macron a promis de faire don de 5 % des vaccins excédentaires de son pays dès que possible, et il exhorte les autres pays du G7 à suivre son exemple. 

Les pays du G7 ont publié un communiqué commun après le sommet, annonçant une augmentation de leur soutien à la facilité COVAX et s'engageant à verser 7,5 milliards de dollars au fonds. 

Dans le cadre de cet engagement, le président américain Joe Biden a promis une aide américaine de 4 milliards de dollars à la facilité, tandis que l'Union européenne a doublé son engagement, passant de 500 millions à 1 milliard d'euros.