Depuis la mort de Mahsa Jina Amini, une jeune femme kurde de 22 ans, lors de sa garde à vue à Téhéran le 13 septembre, un mouvement s'est formé, avec des femmes à sa tête.

Ces femmes ont été rejointes par des lycéennes dans les rues et les campus universitaires, des commerçants et même des travailleurs du secteur pétrolier et pétrochimique, le cœur de l'économie iranienne.

Aux quatre coins du monde, de Paris à Toronto, des femmes sont descendues dans la rue pour brûler leur hijab, danser en signe de provocation et se couper les cheveux.

En plus d'être un signe fort de protestation contre le décret de la République islamique imposant aux femmes de se couvrir les cheveux, les femmes qui se coupent les cheveux puisent dans une pratique culturelle ancienne. Comme le mentionne un ouvrage de littérature perse vieux de 1 000 ans, se couper les cheveux est un acte de deuil.

Mais si les mèches de cheveux sont tombées au sol, le sang a aussi coulé. La réaction aux protestations en Iran a été violente.

Le régime a répondu aux protestations en renforçant sa répression jusqu'à attaquer les manifestants avec des armes à feu et des drones.

Nika Sakarami est soupçonnée d'avoir été tuée par les forces de sécurité alors qu'elle participait à une manifestation à Téhéran. Elle fait partie des 201 personnes au moins qui ont été tuées, dont 28 enfants, depuis le début des troubles, selon la Société iranienne de protection des droits de l'enfant, un groupe de défense des droits humains.

Naza Alakija, fondatrice de l'ONG Sage Foundation et conseillère principale auprès de l'UNICEF, demande à la communauté internationale de ne pas laisser la répression du régime piétiner le mouvement. Au contraire, elle doit inciter encore plus de gens à être solidaires et, surtout, à agir. Libérer la moitié d'un pays peut sembler être un objectif illusoire, mais il existe de nombreuses façons d'aider les femmes en Iran

Nous nous sommes entretenus avec Naza Alakija pour savoir comment elle a vécu son enfance en Iran, ce que les manifestations signifient pour les femmes du monde entier et ce qu'il faut faire maintenant.

Vous avez vécu en Iran jusqu'à l'âge de 9 ans, puis vous avez déménagé au Royaume-Uni avec votre famille. Pouvez-vous nous parler de votre enfance dans ce pays, comment c'était d'y grandir ?

Naza Alakija : L'Iran est un pays tellement beau, et il y avait un grand esprit de communauté dans mon enfance. Je jouais dehors avec mes amis, et c'est là que ma relation avec la nature s'est construite. Nous avions l'habitude de faire des bracelets avec des fleurs et des feuilles de vigne au printemps, et je jouais au football avec les garçons.

Cependant, je me souviens aussi de l'autre facette de l'Iran. Le jour où j'ai quitté le pays, à l'âge de 9 ans, ma mère s'est battue avec la police des mœurs parce que je n'étais pas couverte. À cet âge, on est censé avoir atteint la puberté, et c'est à cet âge que l'on peut être considéré comme prête à porter des enfants - ce qui est troublant quand j'y repense maintenant, étant donné que je n'étais encore qu'une enfant. Même si j'étais très jeune, je n'ai jamais oublié cette dispute et la tension que je pouvais ressentir dans la société. 

Pendant des années, vous avez plaidé pour le changement dans le monde, en travaillant comme conseillère principale pour l'UNICEF, et même en fondant votre propre ONG, la Sage Foundation. Quelle est votre mission personnelle derrière ce travail et qu'est-ce qui vous inspire à le faire ?

Dès mon plus jeune âge, j'ai eu le privilège d'avoir accès aux services de base, tels qu'une éducation de qualité et des services de santé publique. Ma famille s'est également efforcée de me dire que je pouvais faire ce que je voulais, à condition de ne pas renoncer à l'éducation. Enfant, je ne comprenais pas l'importance de cet aspect, mais aujourd'hui je comprends ce que cela m'a permis d'accomplir. 

Tout le monde n'a pas eu les mêmes opportunités et accès que moi, et je suis à un moment de ma vie où je peux donner en retour, en particulier aux femmes et aux filles. Pour moi, c'est une obligation morale. La Fondation Sage est née de cet état d'esprit.

Quand vous voyez des enfants et leurs visages pleins d'espoir, vous réalisez : Ils sont vous, ils sont moi, ils sont nous tous. Vous voyez une version plus jeune de vous-même. Tout le monde mérite le droit à une éducation de qualité. C'est un droit humain fondamental. Lorsque nous ne donnons pas aux jeunes filles et aux femmes l'accès à l'apprentissage et aux opportunités, nous les privons intellectuellement et les empêchons de comprendre leur véritable potentiel. C'est l'une des formes les plus cruelles d'oppression et d'abus patriarcaux.

Je crois sincèrement que l'autonomisation des filles est le moyen le plus puissant de redresser des sociétés entières et de changer le cours de notre avenir. Ce qui m'inspire le plus, ce sont les exemples concrets de ce dont les filles sont capables lorsqu'elles reçoivent le soutien dont elles ont besoin.

Le meurtre de Mahsa Jina Amini a déclenché un mouvement qui impacte non seulement les femmes en Iran, mais aussi dans le monde entier. Pouvez-vous nous dire ce que ce mouvement pour les droits des femmes représente pour vous, et ce que vous pensez qu'il représente pour les femmes ?

NA : Honnêtement, je me sens à la fois bouleversée et surprise.

Les protestations iraniennes pour les droits des femmes ne sont pas nouvelles ; elles couvent depuis des décennies. Des protestations ont lieu régulièrement, mais nous avons maintenant atteint un tournant. Dans le monde entier, les droits des femmes sont menacés, que ce soit par l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade aux États-Unis et la perte de l'autonomie corporelle, ou par le manque d'accès à l'éducation en Afghanistan. Les femmes du monde entier ressentent maintenant de l'empathie pour les femmes iraniennes et ont écouté leurs voix et leurs histoires pour la première fois. Cela ne leur a pas seulement donné la force de se battre et de descendre dans la rue ; cela nous a donné l'espoir que les femmes (iraniennes) comptent. L'espoir est le sentiment le plus précieux et le plus important.

Ce mouvement d'indignation publique a rassemblé les femmes. C'est une tragédie qu'une femme ait dû mourir pour que cela attire l'attention, mais ce moment peut transcender l'espace et le temps, et cette unité a la capacité de nous faire avancer.

À votre avis, que doit-il se passer maintenant pour protéger et autonomiser les femmes, en Iran et dans le monde ?

NA : Ce que mes compatriotes ressentent plus que tout en ce moment, c'est un immense sentiment d'unité, de soutien et de solidarité. J'ai le sentiment que nous pouvons continuer à nous battre, que ce soit à Londres, à Paris ou dans le monde entier. Si nous continuons vraiment à soutenir les femmes iraniennes et si nous sommes solidaires, il pourra y avoir du changement. J'espère simplement que cela ne se fera pas au prix de milliers de vies, ce qui est peut-être déjà le cas. Et je ne prône pas non plus le chaos, mais je demande aux femmes, aux hommes, aux individus, de se mobiliser et de partager le message largement. 

À long terme, nous devons veiller à ce que les filles aient accès à l'éducation, et puissent aller à l'école en toute sécurité. Nous devons montrer aux sociétés, aux gouvernements, aux décideurs politiques et même aux familles le retour sur investissement que peut apporter le fait de les garder à l'école, et nous devons soutenir les femmes entrepreneurs et leaders.

Une grande partie de l'action est liée aux politiques publiques et à la garantie du respect des droits des femmes. Nous devons veiller à ce que le gouvernement iranien rende des comptes. À l'heure actuelle, il s'agit d'une dictature qui applique des lois patriarcales, et non des lois islamiques. Je ne saurais trop insister sur ce point : Ce n'est pas un problème islamique, c'est un problème patriarcal.

Vous avez beaucoup travaillé au Moyen-Orient et en Afrique. De quoi les femmes de ces régions ont-elles besoin pour devenir autonomes, à la fois pour elles-mêmes et pour renforcer leurs communautés ?

NA : À long terme, les femmes de ces régions doivent avoir accès à une éducation et à des opportunités. Si vous offrez aux gens des opportunités, un accès et des ressources, nous n'avons aucune idée du potentiel remarquable qui s'y trouve. Pourquoi continuerions-nous à priver les femmes du Moyen-Orient et d'Afrique d'une partie de leur potentiel intellectuel ? Quelqu'un souhaite-t-il vraiment avoir une société non instruite ? 

Nous devons veiller à ce que les filles puissent poursuivre leurs études. Et ensuite, nous devons les soutenir en développant des infrastructures, pour leur offrir les moyens d'accélération et les opportunités qui leur permettent de réaliser leur potentiel lorsqu'elles quittent l'école, afin de leur permettre de prendre des décisions et de devenir des leaders. 

J'ai vu des exemples remarquables à travers le monde, mais celui qui m'a le plus marqué est notre partenaire, la Fondation Legacy of War, et son projet « Land for Women » au Rwanda. Fondé par Giles Duley, ce projet donne aux coopératives de femmes la pleine propriété de la terre, ce qui leur donne du pouvoir et les fait sortir, elles et leur communauté, de la pauvreté. Ce programme quinquennal fournit aux femmes les ressources, les outils, l'éducation et les systèmes de soutien qui leur permettent de tirer le meilleur parti de leurs terres et de devenir propriétaires d'une entreprise rentable. Ces femmes autonomes font progresser leur société entière, préservent et promeuvent les méthodes d'agriculture durable dont le monde a besoin.

Avez-vous un dernier mot pour nos Global Citizens ?

NA : Tenez-vous à nos côtés ! Merci de nous entendre. Merci de nous soutenir. S'il vous plaît, ne vous arrêtez pas ! Tant de gens ont perdu leurs enfants, leurs sœurs, leurs épouses. Si nous pouvons maintenant maintenir ce soutien public dans le monde entier, alors nous espérons que quelque chose changera pour le mieux.

Global Citizen Asks

Exiger l’équité

Cette militante iranienne a un message pour nous : « Continuez à nous soutenir ».

Par Tess Lowery  et  Nora Holz