Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Chandra Kala Thapa is one of many women farmers from Ranichuri village in Nepal. Rural women form a large proportion of the agricultural labor force in Nepal and play a vital role in agriculture that sustains nearly 80 percent of the population.
Narendra Shrestha/UN Women
Alimentation et Faim

Une agence des Nations Unies a lancé un fonds de 200 millions de dollars contre la famine pendant la COVID-19


Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
La pandémie de coronavirus COVID-19 perturbe l’approvisionnement alimentaire mondial. Le Fonds international de développement agricole (FIDA) des Nations Unies a pour objectif de protéger les communautés agricoles contre ces chocs. Vous pouvez vous joindre à l’action ici.

La pandémie de coronavirus COVID-19 est la première des crises sanitaires qui pourrait causer des millions de décès dans le monde. 

Alors quand les pays prennent des mesures de confinement pour arrêter le virus, une crise alimentaire émerge et menace compromettre des années de progrès dans la lutte contre la faim. La production alimentaire, la transformation des aliments, les chaînes d’approvisionnement, les marchés et d’autres acteurs sont fortement perturbés. Cette crise touche les pays à revenu élevé, avec des millions de personnes aux États-Unis et au Royaume-Uni qui font la queue dans les banques alimentaires, et il y a eu une augmentation massive du gaspillage alimentaire

Mais les pays à faible revenu subissent des conséquences désastreuses.

« La situation se précise au jour le jour et varie selon les pays, la conjoncture, mais en général, la pandémie a un impact majeur sur les petits agriculteurs en campagne, a dit à Global Citizen Donal Brown, vice-président associé du département de gestion des programmes du Fonds international de développement agricole (FIDA). Ce sont des personnes qui n’ont pas des réserves d’argent, ce sont des questions très pratiques ».

M. Brown a dit que beaucoup d’agriculteurs des pays à faible et moyen revenus ne peuvent plus acheter des graines et les équipements nécessaires à cause des mesures de confinement. Les règles de distanciation sociale interdisent les déplacements des travailleurs journaliers sur les terres agricoles. La fermeture des marchés a empêché les familles de gagner le revenu quotidien dont elles dépendent, et les sources de revenus secondaires telles que les transferts d’argent ont diminué. En conséquence, les familles ont été contraintes de vendre des biens accumulés au fil des ans, comme des poulets et du bétail. 

« Il y a eu une véritable crise des moyens de subsistance qui se développe chez les plus pauvres, car ils n’ont aucune faculté de résistance, aucune autre possibilité en cas de crise, a déclaré M. Brown. Ce que nous ne voulons pas, c’est que les gens vendent tout et retournent là où ils étaient avant [dans l’extrême pauvreté]. La clé pour cela, c’est de tenir le coup afin de pouvoir construire à partir de ce qui existe au lieu de tout recommencer ».

Les récoltes se gâtent parce que de nombreux agriculteurs n’ont pas accès à des installations de stockage adéquates et ne peuvent pas apporter leur nourriture sur les marchés. En conséquence, la faim pourrait s’étendre dans les villes, a déclaré M. Brown.

Articles liés 28 avril 2020 Des femmes leaders du monde entier travaillent ensemble pour lutter contre la COVID-19

Même avant la pandémie, on estime que 821,6 millions de personnes dans le monde vivaient dans un état d’insécurité alimentaire constante, et 1,3 milliard de personnes supplémentaires ont connu des périodes d’insécurité alimentaire, selon les Nations Unies

Dans les mois à venir, ces chiffres pourraient augmenter, et menacer des millions de personnes dans le monde, à moins que des interventions immédiates soient mises en place. 

Le FIDA a anticipé cette crise émergente. Le 20 avril, l’organisation a créé un fonds de 200 millions de dollars pour soutenir les communautés agricoles et protéger les approvisionnements alimentaires. 

Idris et Sabrina Dhowre Elba sensibilisent les personnes à ce fonds et mobilisent les contributions financières.

Articles liés 22 avril 2020 Selon un rapport de l’ONU, le nombre de personnes souffrant de la famine pourrait doubler à cause du COVID-19

« Le FIDA doit être davantage soutenu pour qu’il puisse continuer de mener son action indispensable au fonctionnement des systèmes alimentaires dans les zones rurales, et contribuer ainsi à surmonter ensemble cette crise et prévenir la faim et les souffrances », a déclaré M. Elba. 

Avec 20 % de son financement déjà recueilli, le fonds se concentre sur le Mécanisme COVID-19 de relance en faveur des populations rurales pauvres, qui a pour objectif de mettre à disposition une sorte de filet de sécurité, souvent absent dans les zones rurales des pays à faible revenu.

Le Mécanisme fournira des équipements, des semences et une aide en espèces aux agriculteurs ruraux, aidera au stockage et au transport des récoltes, soutiendra l’élevage et la pêche, fournira des informations opportunes sur la météo et les marchés, et aidera à l’octroi de prêts. 

« Ce que nous aimerions voir, et ce sur quoi nous travaillons, c’est une sorte de filet de sécurité, a dit M. Brown. Au lieu de donner des provisions alimentaires et peut-être un bon d’achat, nous essayons un mélange qui garantit que les personnes puissent aussi avoir un peu d’argent mis de côté pour les semences et les engrais afin qu’ils puissent commencer à préparer la prochaine saison ».

Articles liés 22 avril 2020 Les dirigeants du monde entier sont exhortés à soutenir le fonds contre la COVID-19 de L’éducation ne peut attendre

Plus de 100 projets du FIDA dans 65 pays sont en train d’être réorganisés pour répondre aux problèmes liés au COVID-19.  

Au Bangladesh, le FIDA a travaillé avec une agence de microfinance pour permettre aux agriculteurs de repousser leurs prêts jusqu’à ce que la pandémie disparaisse. En Inde, le FIDA a aidé les producteurs de pastèques à sauver 600 tonnes de pastèques en assurant un transport sûr et hygiénique vers les marchés des villages. Des familles en Bosnie ont reçu des semences pour des cultures rapides, des agriculteurs au Sénégal ont reçu de l’argent liquide via leur téléphone portable, et des femmes en Tunisie ayant perdu leur emploi ont reçu des transferts d’argent liquide.

Ce type d’interventions en amont ont été cruciales pour soutenir les communautés rurales et éviter une crise alimentaire de grande ampleur, a dit M. Brown. 

Il n’y a pas que des producteurs qui ont besoin d’aide — plusieurs acteurs de la chaîne d’approvisionnement sont menacés, des entrepreneurs qui transforment les aliments aux livreurs qui acheminent les marchandises en motos.

Articles liés 1 avril 2020 Tout ce que vous devez savoir sur le Fonds de solidarité COVID-19 lancé par l’OMS

M. Brown a déclaré que le FIDA travaillera avec les gouvernements pour maintenir ces chaînes d’approvisionnement, par exemple en achetant des produits aux prix du marché pour les agriculteurs et pour les personnes qui transforment les aliments afin qu’ils puissent poursuivre leurs activités. 

Selon M. Brown, les pays peuvent sortir de la pandémie avec une plus grande sécurité alimentaire si des mesures sont prises pour soutenir les agriculteurs, les transformateurs de produits alimentaires et le système alimentaire dans son ensemble.  

« Cette crise a mis en évidence l’importance de l’ensemble du système alimentaire et de son fonctionnement, a-t-il déclaré. Nous devons considérer l’ensemble de la chaîne alimentaire comme un système, plutôt que des morceaux isolés. »