Le système alimentaire auquel nous sommes confrontés au quotidien est tentaculaire : de nombreux fruits, légumes et céréales que nous achetons sont cultivés et transformés à plusieurs milliers de kilomètres de nos supermarchés.

En outre, quelque chose de crucial se perd : notre rapport à la nature et à la faune qui sont à l’origine même de notre alimentation si complexe. Après tout, en choisissant notre tomate, dans la pile de tomates du rayon de notre supermarché, pensons-nous vraiment aux mois d’efforts qu'il a fallu pour la faire pousser ?

Aussi, cette forme de consommation détachée mine la capacité de la planète à produire de la nourriture.

En effet, le système alimentaire actuel cause environ un tiers des émissions de gaz à effet de serre, qui réchauffent la planète. Plus la planète se réchauffe, plus certaines cultures sont difficiles à planter.

L’agriculture industrielle dépend très largement de machinerie lourde, monoculture et interventions chimiques, ce qui a considérablement endommagé les sols à échelle mondiale, causé la déforestation extensive et pollué les sources d’eau. De plus, de nombreuses communautés qui cultivent les cultures pour les grandes entreprises et leurs chaînes logistiques, ont un accès limité à une nourriture saine et en quantité suffisante.

Toutefois, les mouvements de protestation en faveur de la justice alimentaire et climatique se répandent. Les petits agriculteurs, les activistes environnementaux et les organisateurs autochtones pointent du doigt les dangers du système alimentaire mondial actuel, tout en défendant un mode de production alternatif, qui privilégie la santé de la planète et des communautés locales.

Rob Greenfield, un militant pour l’environnement basé aux États-Unis, prouve qu’il est tout à fait possible de cultiver et cueillir suffisamment de denrées dans des environnements urbains, tout en encourageant nos voisins à devenir des jardiniers chevronnés. L'écrivain et écologiste Potawatomi Robin Wall Kimmerer a beaucoup écrit sur le pouvoir des économies du don pour redéfinir notre relation à la planète. L’agricultrice sud-africaine Gugulethu Mahlangu démontre qu’il est possible de cultiver suffisamment d'aliments pour nourrir tout le monde, tout en préservant la santé des sols.

Transformer le système alimentaire mondial requiert que chacun remette en question son alimentation et fasse des choix alimentaires qui favorisent la justice alimentaire et climatique.

Voici six choses que vous pouvez faire quotidiennement, pour soutenir les agriculteurs, l’environnement et le développement d’un nouveau système alimentaire. 

1. Rejoignez une Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP) ou un jardin communautaire

Avec l’expansion de l’agriculture industrielle, de nombreux petits agriculteurs ont été obligés de vendre leurs terres car ils ne pouvaient pas rivaliser avec les prix des géants du milieu. Toutefois, certains agriculteurs ont résisté et ont développé des méthodes de production alternatives pour survivre.

Les associations de maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) illustrent cette résistance. Les AMAP créent un véritable esprit de solidarité et de collaboration entre les agriculteurs et les habitants de la région. Concrètement, une personne achète une partie de la récolte d’un agriculteur pour un prix fixe, et ensuite reçoit des livraisons régulières de fruits et légumes. Ce système permet aux agriculteurs de couvrir leurs dépenses et de gagner des revenus satisfaisants d’année en année. Les AMAP ont tendance à pratiquer l’agriculture bio, donc les soutenir, c’est aussi soutenir la régénération des eaux et des terres.

Les AMAP, tout comme les jardins communautaires, sont assez répandues dans les zones urbaines. Ouverts aux habitants d’un même quartier, les jardins communautaires suivent un modèle coopératif pour planter, raviver l’écosystème local et créer un oasis vert dans des espaces autrement inondés de ciment et de béton.

2. Achetez des produits de saison

Acheter des avocats toute l’année est un confort des temps modernes rendu possible grâce à l’agriculture industrielle. Bien que ce confort soit indéniablement agréable, ce n’est pas durable. En effet, une grande partie des opérations de l’agriculture industrielle transforme des terres en monocultures pour ce faire. Pourtant, l’industrie agro-alimentaire endommage les sols et rend la cultivation de plus en plus difficile d’année en année.

Acheter des fruits, légumes et céréales de saison est une excellente façon de rejeter le modèle artificiel et de reconnaître les limites de la planète et de ses cycles. Il faudra commencer par se renseigner sur les saisons et les aliments qui sont naturellement disponibles à ces périodes-là. Puis vient la partie ludique : devant les restrictions normales et naturelles des saisons, vous devrez redoubler d’imagination pour apprendre et ajouter de nouvelles recettes à votre sélection actuelle. Ce sera aussi une façon détournée de soutenir l’agriculture régénératrice.

3. Soutenez l’agriculture régénératrice

L’agriculture régénératrice est l’antidote à l’agriculture industrielle et aux dégâts qu’elle génère. Plutôt que d’endommager les sols pour répondre à une demande du marché fabriquée, l’agriculture régénératrice a pour but de travailler en harmonie avec le sol et les saisons. Elle met en place un système de rotation et d’irrigation durable, en plus de prévoir des périodes de repos de la terre, pour laisser le sol se régénérer.

Vous pouvez soutenir ce changement en achetant directement vos produits alimentaires dans les fermes et exploitations agricoles régénératrices. Vous pouvez, par ailleurs, faire un don aux organisations qui investissent dans les agriculteurs qui font le choix de la transition. Après tout, la transition vers l'agriculture régénérative n'est pas bon marché et il faut souvent quelques années avant que les rendements ne portent leurs fruits.`

4. Plantez un petit jardin

Si vous avez une arrière-cour, un espace extérieur ou même un plan de travail dans votre cuisine, vous avez tout ce dont vous avez besoin pour planter un petit jardin. Vous pouvez commencer par un jardin d’herbes aromatiques ou d’autres graines faciles à planter, comme des poivrons. Cultiver un jardin vous aidera à mieux apprécier la façon dont les aliments sont cultivés, tout en vous approvisionnant en délicieux légumes frais. 

5. Devenez une sentinelle de l'eau

L’agriculture industrielle utilise bien trop souvent les étendues d’eau de façon abusive, qu’il s'agisse d'assèchement ou de pollution. Vous pouvez devenir un défenseur des étendues d’eau locales en rejoignant la Waterkeeper Alliance et en vous engageant dans le combat pour une gestion plus propre des réseaux d’eau. 

6. Devenez un ami des abeilles et des papillons

Les insectes pollinisent une grande partie des cultures que nous mangeons, mais ils sont menacés par l’utilisation excessive de pesticides, la perte de leur habitat et le changement climatique. Vous pouvez favoriser les populations de papillons et d'abeilles en cultivant des fleurs qu'ils aiment. Comme l'a démontré le jeune activiste Duncan Jurman, l'opération est très facile et peut être réalisée partout dans le monde.


Vous pouvez rejoindre la campagne Global Citizen Live en passant à l'action ici pour défendre la planète et vaincre la pauvreté, et faire partie d'un mouvement porté par des citoyens du monde entier qui agissent de concert avec les gouvernements, les entreprises et les philanthropes pour changer les choses.

Global citizen live




Global Citizen Life

Vaincre la pauvreté

Six façons de soutenir les systèmes alimentaires locaux

Par Joe McCarthy