Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

People who want to learn about and take action on the world’s biggest challenges. Extreme poverty ends with you.

Filles et Femmes

#HijabisFightBack : à Bruxelles, des milliers de personnes manifestent contre l'interdiction du voile dans les universités belges


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Les codes vestimentaires restrictifs qui prohibent les vêtements religieux dans les lieux publics alimentent toute une série de problèmes systémiques, tels que la pauvreté, le racisme, l'inégalité des chances et la discrimination. Nous ne pouvons pas atteindre les Objectifs mondiaux des Nations Unies et mettre fin à l'extrême pauvreté sans garantir l'égalité des droits et des chances pour tous, indépendamment de sa nationalité, de son appartenance raciale, de sa religion ou de toute autre qualité. Vous pouvez nous aider à atteindre ces objectifs en agissant ici.

Des milliers de manifestants sont récemment descendus dans les rues de Bruxelles, suite à une décision constitutionnelle autorisant l'interdiction du voile dans les universités belges.

Cette décision, rendue le 4 juin, affirme que l'interdiction ne constitue pas une violation du droit à la dignité humaine ou du droit à la liberté de religion, tels que définis par la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH).

Mais plusieurs organisations et militants antiracistes et féministes, tels que Belges Comme Vous, La Cinquième Vague, Imazi.Reine, le Council of European Muslims (CEM) et le Collectif Contre l'Islamophobie en Belgique (CCIB), ont exprimé leur désaccord avec cette décision. 

Au moyen des hashtags #HijabisFightBack et #TouchePasAMesEtudes, les militants soulignent l'impact discriminatoire et sexiste de l'interdiction sur les réseaux sociaux.

« Ce sont toujours les femmes qui prennent ce genre de coups, a déclaré Fatima-Zohra Ait El Maâti, auteure féministe et directrice fondatrice d'Imazi.Reine, dans un entretien avec Vice. C’est quand même drôle qu'à 24 ans, y’a des gens qui pensent à m'émanciper, et surtout qui pensent pouvoir le faire mieux que moi. »

Dans un communiqué de presse, le CCIB a qualifié l'interdiction de « brèche sans précédent [du] corpus juridique garantissant le respect des droits fondamentaux en matière de convictions religieuses et philosophiques »

Des étudiants musulmans ont également adressé une pétition à l'université bruxelloise Francisco Ferrer afin de dénoncer cette décision.

Le voile est un sujet de controverse dans de nombreux pays européens, tels que la France, où le principe de la laïcité entre en jeu et où la vie sociale est basée sur une définition de la citoyenneté qui fait fi des particularités individuelles au nom de l'égalité de traitement.

En Belgique, cependant, l'interdiction du voile n'est pas généralisée, mais les récentes interdictions du Burkini et de la Burqa dans les pays limitrophes alimentent une rhétorique anti-musulmane et anti-immigration qui se répand dans toute l'Europe. La récente montée des partis de droite est susceptible d'aggraver ce problème.

Articles liés 17 octobre 2018 Une loi québécoise pourrait forcer les femmes voilées à quitter leur emploi

Selon les militants, ces mesures sont néfastes, entravent le principe de l'égalité des chances dans la sphère publique et pourraient exclure les femmes musulmanes de la vie sociale et du système éducatif. Les femmes qui portent le voile risqueraient notamment d'abandonner l'école ou d'éviter de s'y rendre en raison de l'interdiction.

« Certaines renonceront malheureusement à leurs rêves, a déclaré le CEM au sujet de la décision de justice belge. Et certaines seront obligées de retirer le hijab pour recevoir une éducation. »

Articles liés 17 novembre 2019 Pourquoi il est important de dire stop à l’intolérance et à la discrimination

La Cour a néanmoins décidé de maintenir sa décision et ne prévoit pas de l'annuler. 

Toutefois, douze institutions universitaires belges, telles que l'Université libre de Bruxelles (VUB) ou l'Université catholique de Louvain, ont déclaré qu'elles continueraient à s'engager à protéger la liberté religieuse. 

Ces institutions ont souligné qu'elles entendaient continuer à accueillir tous les étudiants, quels que soient leur religion, leur genre ou leur statut social.