Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Tijana Drndarski/Unsplash
Global Citizen LifeAlimentation et Faim

Les aliments du futur : 5 façons surprenantes de privilégier un régime à faible teneur en carbone

Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
L'Objectif mondial n°2 des Nations Unies vise à éliminer la faim et la malnutrition d'ici 2030 en transformant la chaîne alimentaire mondiale, y compris la manière dont les aliments sont produits, ainsi qu'en améliorant son efficacité et sa capacité de distribution. Le monde dispose de suffisamment de ressources pour nourrir tout le monde de manière durable, la question est juste de savoir comment. Les habitants des pays riches qui adoptent des régimes alimentaires plus durables peuvent avoir un impact considérable sur ce changement. Passez à l'action pour aider à éliminer les problèmes liés à l'alimentation et à la faim ici.

La nourriture en Europe pourrait bientôt prendre une tournure un peu plus... eh bien, surprenante. 

Les autorités de réglementation ont récemment déclaré le ver de farine jaune sans danger pour la consommation humaine, ce qui pourrait inciter un plus grand nombre de producteurs d'aliments à base d'insectes à ouvrir des usines sur le continent. C'est ce qu'a déclaré la semaine dernière au Guardian Ermolaos Ververis, un responsable scientifique de l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui réglemente les normes alimentaires dans l'Union européenne (UE) : « Cette première évaluation par l'EFSA des risques liés à un insecte en tant que nouvel aliment peut ouvrir la voie à la première approbation à l'échelle de l'UE. »

Beaucoup de gens peuvent être dégoûtés à l'idée que le ver de farine jaune, ou tout autre insecte, soit présent sur les rayons des supermarchés. C'est particulièrement vrai en Europe et aux États-Unis, où il est très rare de manger des insectes. Cependant, lorsqu'il s'agit de déterminer quels sont les aliments à faible teneur en carbone qui seront nécessaires pour nourrir la population mondiale à l'avenir, les insectes figurent en tête de liste.

« Il y a des avantages environnementaux et économiques évidents à remplacer les sources traditionnelles de protéines animales par celles qui nécessitent moins d'aliments, produisent moins de déchets et entraînent moins d'émissions de gaz à effet de serre », a déclaré Mario Mazzocchi, statisticien économique et professeur à l'université de Bologne, à propos de la décision de l'agence alimentaire concernant le ver de farine jaune.

Today we published our first full safety evaluation of #InsectFood, within the framework of our work on #NovelFood applications. What are the main challenges of assessing #insects as food and will Europeans take to insect food? Stay tuned! https://t.co/dUYMwsxDEy

— EFSA (@EFSA_EU) January 13, 2021

Si vous essayez de trouver des moyens de vivre plus durablement, il faut commencer par vous pencher sur la nourriture que vous consommez. Selon un rapport historique publié par les Nations Unies en 2019, il est primordial de repenser les méthodes agricoles et de passer à un régime alimentaire largement végétarien pour lutter contre le changement climatique.

En gardant cela à l'esprit, voici quelques aliments et stratégies clés qui pourraient jouer un rôle dans un meilleur avenir alimentaire pour l'ensemble de la planète :

1. S'acclimater aux insectes

Les insectes sont riches en protéines et consomment beaucoup moins de terre et d'eau que le bétail. Ils ont également besoin de beaucoup moins de ressources pour se développer, ce qui n'est pas surprenant étant donné leur petite taille. Ainsi, un seul kilogramme de nourriture pour animaux rapporte 12 fois plus de protéines comestibles provenant des grillons que de protéines de bœuf, selon un rapport de la BBC.

En raison de l'efficacité comparative du recours aux insectes, les défenseurs de la durabilité et les producteurs d'insectes destinés à l'alimentation réclament à cor et à cri que l'on trouve davantage de moyens de renforcer la confiance du public et d'améliorer l'attrait de la consommation d'insectes dans le monde occidental. Il convient de noter que 2 milliards de personnes dans le monde mangent déjà régulièrement des insectes dans le cadre de leur alimentation.

Articles liés 26 janvier 2021 Comment s'assurer que l'huile de palme des produits que vous achetez soit éthique et durable

Mais les insectes seront-ils un jour adoptés par des nations qui ne les consomment pas déjà ? Le « facteur de dégoût » reste l'un des plus grands obstacles à la généralisation des insectes, selon le Dr Alan-Javier Hernandez-Alvarez, un chercheur de l'université de Leeds qui a étudié le potentiel des insectes en tant que source de nourriture.

« Le comportement alimentaire est largement modelé pendant la petite enfance, et dans les pays occidentaux, manger des insectes, surtout sous des formes entières et reconnaissables, reste quelque chose que l'on voit surtout dans les émissions de télévision », a-t-il ajouté.

Cependant, la Dr Guiomar Melgar-Lalanne, une autre chercheuse en sciences alimentaires à l'Université de Veracruz au Mexique, a indiqué que les jeunes de ces pays étaient plus disposés à s'y essayer.

« La valorisation des insectes en tant que source de protéines écologiquement durables correspond aux attitudes actuelles de la jeune génération », a-t-elle déclaré.

2. Cuisiner avec des cactus 

Le figuier de Barbarie ne vous vient peut-être pas immédiatement à l'esprit lorsque vous vous engagez à manger des légumes verts, mais il a été décrit comme une « plante miracle » par les scientifiques. En 2017, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a demandé à ce que le cactus soit davantage considéré comme une culture essentielle, après qu'il se soit avéré indispensable à la subsistance des communautés lors d'une sécheresse à Madagascar. 

Le cactus est un élément fiable de nombreux plats dans l'un de ses pays d'origine, le Mexique, ainsi que dans d'autres parties de l'Amérique latine. Cependant, il n'est pas encore très répandu dans d'autres régions du monde où il pourrait être utile.

« La capacité des figues de barbarie à s'épanouir dans des conditions climatiques sèches et arides en font un contributeur essentiel de la sécurité alimentaire », a déclaré l'ONU. En conséquence, la plante est désormais cultivée dans une poignée de pays, dont le Brésil, l'Éthiopie, l'Afrique du Sud, la Jordanie, le Maroc et l'Inde. 

3. Faire place aux algues 

Les algues ne sont pas une nouveauté dans la cuisine. Elles sont un ingrédient de base pour de nombreuses nations insulaires et communautés côtières depuis des siècles, et on les utilise couramment au Japon pour préparer des sushis. Cependant, elles ne sont pas encore utilisées aussi largement qu'elles pourraient l'être.

En 2019, le Fonds mondial pour la nature (WWF) a dressé une liste de 50 aliments d'origine végétale bénéfiques à la planète et dont la consommation pourrait être plus répandue. Le rapport met en avant deux types d'algues à surveiller, et souligne que le goût salé des algues peut en faire un « substitut potentiel à la viande ».

Les algues ont de nombreuses propriétés utiles, de leur capacité à produire de l'oxygène à leur teneur en vitamine C et en acides gras. Elles poussent aussi rapidement et sont relativement imperceptibles en termes d'impact lorsqu'elles sont cultivées. « Parce qu'elles vivent à l'état sauvage dans l'eau, les algues peuvent être cultivées et récoltées tout au long de l'année et ne nécessitent pas de pesticides ou d'engrais », indique le rapport du WWF.

C'est pour cette raison que les côtes australiennes sont déjà davantage utilisées pour la production d'algues, selon le Sustainable Food Trust.

4. Moins de viande, plus de légumes secs

Il n'est pas surprenant que la réduction de la consommation de viande soit la clé d'un régime alimentaire plus durable, mais l'impact que peut avoir une réduction, même minime, est tout à fait remarquable. Dans des pays comme le Royaume-Uni et les États-Unis, la population devient de plus en plus végétalienne, ou simplement « flexitarienne ».

« La plupart des enquêtes montrent clairement qu'entre 30 et 50 % des gens [aux États-Unis] souhaitent réduire leur consommation de viande », a déclaré Becky Ramsing, une scientifique du Johns Hopkins Center for a Livable Future, au HuffPost en 2019.

Articles liés 24 avril 2019 5 manières dont la France lutte contre le gaspillage alimentaire

Même s'il reste encore beaucoup de travail à faire, la curiosité des consommateurs pourrait avoir un impact positif sur les émissions de carbone et les habitudes alimentaires. D'après un rapport intitulé « Less Beef, Less Carbon », produit par le Natural Resources Defense Council (NRDC) en 2017, une réduction de 19 % de la consommation de bœuf entre 2005 et 2014 a permis aux Américains de réduire les émissions de carbone dans une proportion équivalente à 39 millions de voitures.

En optant pour les haricots et les légumineuses comme sources de protéines et de glucides, l'impact sur l'environnement serait bien moindre. La consommation de bœuf dans les pays occidentaux doit diminuer de 90 % et être remplacée par cinq fois plus de haricots et de légumineuses pour que le monde puisse nourrir une population de 10 milliards d'habitants, selon un autre rapport de l'université d'Oxford. 

5. Penser au kilométrage alimentaire

Les « kilomètres alimentaires » désignent la distance parcourue par un aliment à travers le monde avant d'arriver dans votre assiette. C'est une question à laquelle il faut réfléchir si vous voulez réduire au maximum votre empreinte carbone.

Au Royaume-Uni, le transport de denrées alimentaires par camion représente 25 % des kilomètres parcourus par les poids lourds, par exemple.

Cependant, les choses ne sont pas aussi simples qu'il n'y paraît. La nécessité de se soucier des kilomètres parcourus par les aliments fait l'objet d'un débat, car les émissions de carbone dues au transport des aliments sont bien inférieures à l'impact de la production alimentaire elle-même. Il faut garder à l'esprit que c'est toujours la nourriture consommée, plutôt que sa provenance, qui a le plus d'impact.

Les kilomètres alimentaires ne sont toutefois pas tous égaux. Faire le tour du monde en avion, par exemple, génère 10 fois plus de carbone que le transport routier et 50 fois plus de carbone que le transport maritime. 

En réponse aux préoccupations concernant l'impact des émissions, certaines marques, comme le producteur de viande végétale Quorn, ont décidé d'adopter un étiquetage carbone, afin que les consommateurs puissent être mieux informés sur l'empreinte carbone de ce qu'ils achètent.

Si davantage de producteurs de denrées alimentaires adhèrent à ce système, il pourrait être plus facile de déterminer si votre repas est pauvre ou riche en carbone avant de le consommer.