Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

High school students at Darling Wisdom Academy walk towards the class for a lesson after over six months of home stay due to the COVID-19 outbreak, in November 2020 in Juba, South Sudan.
© Bullen Chol/UN0373161/UNICEF
Global Citizen vous expliqueÉducation

4 choses que vous devez savoir sur l'éducation mondiale face à la COVID-19


Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
La pandémie de COVID-19 a gravement perturbé la réalisation de l'Objectif mondial n°4 des Nations Unies, qui plaide en faveur d'une éducation de qualité pour tous. Des millions d'enfants vivant dans les pays les plus pauvres n'ont pas les moyens d'aller à l'école en toute sécurité ou d'apprendre à distance. Rejoignez le mouvement et passez à l'action ici pour favoriser l'accès à l'éducation des plus vulnérables. 

L'éducation mondiale a été sérieusement perturbée par la pandémie de COVID-19 et ses répercussions socio-économiques dans le monde entier. 

La pandémie a complètement changé la façon dont l'apprentissage est perçu et vécu dans le monde entier, si bien qu'un nombre important d'enfants n'ont pas pu bénéficier d'un apprentissage et ne peuvent pas retourner à l'école. 

Les fermetures d'écoles, les difficultés d'accès à l'enseignement à distance et l'instabilité économique ont réduit à néant les progrès réalisés en matière d'éducation des enfants des pays les plus pauvres, et l'impact de la COVID-19 sur l'éducation est largement visible cette année.

COVID-19-State-Of-Education-Back-To-School-002.jpgTwo sisters walk on the way to their school in October 2020, after months of school closures in Niger. In the heart of the Sahel, millions of children returned to school after months of closure due to COVID-19.
Image: © Juan Haro/UN0397977/UNICEF

L'année dernière, la quasi-totalité des écoles du monde entier ont fermé temporairement leurs portes en raison de la pandémie. Cette situation devrait avoir un impact durable sur les enfants marginalisés des pays vulnérables, la réouverture des établissements prenant parfois plusieurs mois. 

En 2020, l'Organisation mondiale de la santé et l'Unicef ont fait part de leurs préoccupations concernant la fermeture prolongée des écoles en raison de la pandémie, déclarant que ces fermetures pourraient accroître les risques de grossesse adolescente, de malnutrition et de décrochage scolaire permanent pour les enfants des pays à faible revenu.

Selon l'Unicef, la fermeture des écoles a également entraîné une augmentation de la violence contre les enfants en Afrique orientale et australe, tandis que 10 millions d'enfants qui n'ont pas accès aux repas scolaires ont vu leur situation nutritionnelle se dégrader. 

Alors que le monde cherche à se remettre sur la voie de l'éducation, voici quatre faits clés que vous devriez connaître sur l'apprentissage et la scolarité dans le contexte de la COVID-19.

1. Des millions de filles pourraient ne pas retourner à l'école en 2021

COVID-19-State-Of-Education-Girls-Back-To-School.JPGA portrait of a teenager, who was married as a child, in her parents’ home in Uganda, December 2020. COVID-19 will disrupt efforts to end child marriage, according to UNFPA — and could result in 13 million more child marriages between 2020 and 2030.
Image: © UN0384919/UNICEF

Ce constat a déjà été fait lors de la réouverture d'écoles au Kenya : après une fermeture de 9 mois, des milliers d'enfants ont manqué leur premier jour d'école, la plupart étant des filles. 

D'après le journal kényan Daily Nation, cette situation semble être imputable aux grossesses ou aux mariages précoces qui ont eu lieu pendant la période de fermeture des écoles. 

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) estime pour sa part que 11 millions de filles ne retourneront pas à l'école cette année du seul fait de la pandémie.

Articles liés 19 août 2020 Au Kenya, un lien se dessine entre confinement et hausse des grossesses adolescentes

Les filles issues de communautés marginalisées sont plus exposées au risque de décrochage scolaire que les garçons depuis la fermeture des écoles liée à la COVID. Selon un rapport compilé par le Fonds Malala, on estime que 20 millions de filles en âge de fréquenter l'école secondaire dans les communautés les plus pauvres pourraient ne pas être scolarisées après la fin de la pandémie. 

L'éducation des filles étant un investissement important pour les pays et le monde entier, les effets de la crise seront évidents et généralisés si elles ne parviennent pas à retourner à l'école. 

L'éducation des filles est un investissement qui peut améliorer l'économie d'un pays, contribuer à l'égalité mondiale et même aider les nations à mieux se préparer aux effets du changement climatique. 

2. L'apprentissage à distance demeure, mais de nombreux enfants n'y ont pas accès


COVID-19-State-Of-Education-Remote-Learning.JPGMaria, 9, and her father follow a pre-recorded lesson on her father’s smartphone in a tent at the Kili IDP camp in rural Idlib, Syrian Arab Republic in April 2020.
Image: © Ali Haj Suleiman/UNI322057/UNICEF

Alors que le monde se tourne vers le numérique pour assurer la continuité de la scolarité pendant les périodes de confinement national, de nombreux enfants vivant dans la pauvreté sont loin de pouvoir en profiter. En raison du manque d'accès à Internet et aux ordinateurs dont souffrent les écoles et les étudiants, de nombreux enfants n'ont pas pu bénéficier d'un enseignement l'année dernière.

Par conséquent, beaucoup d'entre eux ont pris du retard par rapport à leurs camarades du monde entier, faute de pouvoir se rendre à l'école en personne. 

Une enquête menée par Save the Children l'année dernière, basée sur l'expérience de 25 000 enfants et adultes face à la pandémie, a révélé que moins de 1% des enfants des ménages les plus pauvres avaient accès à l'enseignement à distance. 

Articles liés 14 juillet 2020 En Inde, la COVID-19 compromet 70 ans de progrès en matière d'éducation des filles

Selon Henrieta H. Fore, directrice exécutive de l'Unicef, l'apprentissage à distance est une pratique courante, mais la plupart des pays ne sont pas en mesure de développer ce mode d'enseignement. Elle explique que l'accès à l'éducation et les progrès des enfants à l'école sont de plus en plus préoccupants.

« L'un des premiers domaines qui nous préoccupe sérieusement, c'est la quantité de connaissances que les enfants oublient lorsqu'ils ne sont pas à l'école", a déclaré Mme Fore à CNBC. Les études les plus récentes montrent qu'en deux, trois, quatre semaines seulement, les enfants commencent à régresser sur le plan scolaire et social... Beaucoup d'enfants ont quitté l'école entre trois et douze mois. »

D'après ses propos, les pays les plus pauvres ne sont pas les seuls à être confrontés à ce problème et le monde est confronté à une crise mondiale de l'éducation.« Ce sont des problèmes qui se posent dans chaque pays et dans de nombreuses communautés, a-t-elle poursuivi. Vous seriez surpris de voir à quel point il y a une division entre ces écoles et ces étudiants et les ménages qui ont une connexion, qui ont la possibilité de suivre un enseignement à distance, et ceux qui en sont privés. Ce n'est pas seulement un problème dans le monde en développement. C'est dans le monde développé. »

3. Les écoles des pays en développement peuvent manquer de fonds pour offrir un enseignement de qualité et se protéger de la COVID.


COVID-19-State-Of-Education-School-Facilities-Social-Distance.jpgVolunteers teach children outside in the school compound in the village Munda, district Baloda Bazar, Chattisgarh, India, Dec. 17, 2020.
Image: © Syed Altaf Ahmad/UN0387504/UNICEF

L'année dernière, l'UNESCO a annoncé que le déficit de financement de l'éducation mondiale avait considérablement augmenté, passant de 39 milliards de dollars par an en 2015 à 200 milliards de dollars par an aujourd'hui. L'agence a également souligné que l'aide mondiale à l'éducation devrait diminuer de 12 % d'ici 2022. 

Cette évolution affecte le financement des inscriptions scolaires et signifie également que les écoles des pays en développement ne pourront pas se permettre de fournir une éducation de qualité et inclusive aux enfants, surtout si les gouvernements locaux diminuent leur financement. 

Aujourd'hui, pour offrir une éducation de qualité et inclusive, il faut également veiller à ce que les écoles soient sans danger face à la COVID, ce qui signifie créer des infrastructures qui respectent la distanciation sociale, mettre en place des installations pour se laver les mains ou fournir des désinfectants et des masques pour ceux qui n'en ont pas les moyens.

Articles liés 19 août 2020 Cette initiative en République centrafricaine permet aux jeunes de continuer d’apprendre malgré la COVID-19

Cependant, les parents de certains pays en développement s'inquiètent du fait que les écoles n'aient pas mis en œuvre ces mesures pour protéger les enfants contre COVID-19. Au Kenya, lors de l'ouverture des écoles au début du mois de janvier, les enseignants et les parents ont fait part de leurs inquiétudes quant à la distanciation sociale dans les écoles, le gouvernement n'ayant pas investi dans les infrastructures nécessaires à cet effet. 

En réponse à cela, le secrétaire du cabinet de l'éducation du pays, George Magoha, a suggéré que l'apprentissage se fasse dans les salles de classe et sous les arbres, un commentaire pour lequel il a depuis été largement critiqué. 

En Afrique du Sud, où les élèves du secondaire doivent se relayer pour se rendre à l'école, les parents sont restés sceptiques quant à la rentrée scolaire : 409 enseignants seraient morts des suites de la COVID-19 depuis mai 2020, et les infections parmi les enseignants et les élèves continuent d'augmenter. 

4. Les enfants continueront d'abandonner l'école en raison de la pauvreté infantile.

COVID-19-State-Of-Education-Child-Labor.jpgAndres Gomez, 11, works inside an amber mine in Chiapas state, Mexico, Sept. 10, 2020. Before the COVID-19 pandemic, he attended school and would spend a couple of hours mining after class, but since the school closed he is spending entire days mining.
Image: Eduardo Verdugo/AP

Les impacts économiques de la COVID-19 ont entraîné l'abandon scolaire des enfants dans le monde entier, Save the Children estimant que 9,7 millions d'enfants pourraient quitter définitivement les bancs de l'école. 

Selon le New York Times, des millions d'enfants ont été contraints de travailler l'année dernière. Compte tenu de l'impact continu de la COVID-19 sur les économies en développement, davantage d'enfants pourraient être contraints d'abandonner l'école pour travailler. 

Articles liés 13 août 2019 10 barrières à l’éducation autour du monde

Parallèlement, les familles en viendront à dépendre des revenus fournis par ce travail, ce qui augmente le risque que les enfants ne retournent jamais à l'école. 

Quelque 75 millions d'enfants vivant dans des zones touchées par des conflits et des crises se heurtent déjà à d'immenses obstacles pour accéder à l'éducation. La pandémie de COVID-19 exacerbe aujourd'hui ces défis et met en danger l'avenir de certains des enfants les plus marginalisés de la planète.

La lutte financière provoquée par la pandémie a également augmenté le nombre de jeunes filles conduites au mariage d'enfants et aux grossesses précoces. Save the Children estime que le nombre de mariages d'enfants et de grossesses adolescentes devrait augmenter, entraînant l'abandon scolaire d'environ un million de filles.