Pourquoi les Global Citizens doivent s'en préoccuper
Les mutilations génitales féminines (MGF) sont une pratique mondiale courante qui touche les femmes et les filles et qui prend racine dans une profonde inégalité de genre. Cette tradition doit être complètement éradiquée afin d'atteindre l'Objectif mondial n°5 des Nations Unies pour l'égalité de genre. Rejoignez-nous et passez à l'action ici pour soutenir cet objectif et contribuer à mettre fin aux MGF.

La pratique des mutilations génitales féminines (MGF) est une forme de violence contre les femmes et les filles qui existe depuis plus de mille ans. 

Bien que ses origines ne soient pas claires, l'éradication de cette pratique permettra au monde de faire un pas de plus vers la réalisation de l'égalité de genre. Mettre fin aux MGF est un élément clé de l'Objectif mondial n°5 des Nations Unies, qui vise à atteindre l'égalité de genre d'ici 2030.

Qu'est-ce donc que les MGF ? Ce terme désigne la pratique consistant à exciser ou à retirer entièrement les organes génitaux féminins externes, ainsi que toute autre lésion ou blessure causée aux organes génitaux féminins pour des raisons non médicales. 

Depuis peu, la pratique des mutilations génitales féminines est devenue une préoccupation internationale en matière de droits humains. La plus grande campagne de sensibilisation mondiale n'a été lancée qu'en 2008 et, en 2012, l'Assemblée générale des Nations unies a officiellement désigné le 6 février comme la Journée internationale de tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines.

Cette procédure était initialement reconnue comme une circoncision féminine. Ce terme a été modifié afin d'englober toutes les formes de MGF en plus de distinguer les grandes différences entre le terme « circoncision féminine » et la pratique de la circoncision masculine. En effet, selon les experts sanitaires d'Afrique australe et orientale, la circoncision masculine est recommandée comme moyen de réduire la transmission du VIH, alors que les MGF en augmentent le risque de transmission. 

Aujourd'hui, les MGF touchent davantage les jeunes filles que les femmes plus âgées, mais 200 millions de femmes dans le monde ont vécu cette pratique nocive, et beaucoup en subissent les conséquences à long terme. 

Quels sont les 3 éléments clés à connaître à ce sujet ?

1. L'Organisation mondiale de la santé a identifié quatre types différents de MGF.


Le type 1 est l'ablation partielle ou totale du clitoris ; le type 2 est l'ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres, et parfois aussi l'ablation des grandes lèvres ; le type 3 implique le rétrécissement ou la couture de l'ouverture vaginale, y compris l'ablation des petites et des grandes lèvres, et parfois du clitoris. Le type 4 comprend toutes les autres procédures préjudiciables, et peut inclure la perforation et la cautérisation (brûlure). 

2. Il n'existe aucune religion qui encourage les MGF : il s'agit d'une pratique culturelle qui est devenue une tradition au fil du temps.

3. Elle est pratiquée dans le monde entier et interdite dans 44 pays, mais demeure un véritable problème, même dans les pays où elle est prohibée.

A traditional midwife shares with youth in Burkina Faso there are no benefits of FGM. Image: Flickr: UK Department for International DevelopmentA traditional midwife shares with youth in Burkina Faso there are no benefits of FGM.
Image: Flickr: UK Department for International Development

Combien de personnes sont concernées ? 

Selon l'Organisation mondiale de la santé, on estime que 200 millions de filles et de femmes vivant aujourd'hui ont subi des MGF, et plus de 3 millions de filles risquent de subir cette pratique chaque année. Le taux de MGF augmente également en fonction de la croissance démographique mondiale. 

Si le taux de MGF continue de croître, le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) estime que 68 millions de filles subiront cette procédure entre 2015 et 2030, passant ainsi à 4,6 millions de filles par an en 2030.  

Quelles sont les personnes affectées ? 

Les jeunes filles sont le plus souvent excisées dès les premiers jours de leur vie jusqu'à l'âge de 15 ans, mais la pratique peut également avoir des effets à long terme qui affectent les femmes pour le reste de leur vie. On sait également qu'elle est pratiquée à différentes étapes de la vie d'une femme, par exemple au moment du mariage ou même après l'accouchement. 

Elle est principalement pratiquée en Afrique subsaharienne et dans les États arabes, mais les jeunes filles des communautés du monde entier risquent de subir des MGF.

Cette pratique est encore présente, légalement et illégalement, dans certains pays d'Afrique, d'Asie, du Moyen-Orient, d'Europe de l'Est et d'Amérique du Sud. 

Elle est également présente dans des pays occidentaux tels que l'Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis, le Royaume-Uni et certaines parties de l'Europe parmi les populations immigrées ou de la diaspora qui ont perpétué la tradition dans différents pays. 

Bien qu'elle ait été interdite dans de nombreux pays, certaines communautés évitent des répercussions juridiques en participant à des MGF transfrontalières. C'est ainsi que des filles vivant dans un pays où la tradition est interdite sont emmenées au-delà des frontières nationales, dans un pays où il n'est pas illégal de subir des MGF. 

Quel est l'impact sur la vie des personnes ?

Les MGF ont des répercussions physiques, psychologiques et sociales sur la vie des personnes qui les ont subies. 

Sur le plan physique, les filles qui sont soumises aux MGF souffrent de problèmes liés à leur santé et à leur sécurité. 

Les risques sanitaires liés à cette pratique sont les suivants : hémorragie, infection, risque accru de mortalité maternelle et infantile, infertilité, risque accru de contracter le VIH, difficultés menstruelles, miction douloureuse et infections urinaires.

Les MGF peuvent également provoquer des traumatismes psychologiques à court et à long terme. À court terme, elles peuvent déclencher des troubles du comportement chez les enfants, qui sont étroitement liés à une perte de confiance dans leur famille ou dans les personnes qui s'occupent d'eux. À plus long terme, les femmes peuvent souffrir d'anxiété et de dépression. 

Enfin, la tradition peut avoir des répercussions sociales sur les individus et les familles. Dans les régions où elle est considérée comme un rite de passage essentiel, le fait de ne pas subir d'excision peut entraîner l'exclusion sociale des familles et les filles sont souvent stigmatisées et discriminées. Selon le FNUAP, certaines personnes subissent des MGF en sachant qu'elles sont nuisibles simplement parce que les avantages sociaux perçus de la participation à la tradition sont considérés supérieurs à ses inconvénients.

fgm blade razor.jpgImage: @igeldard via Twitter

Pourquoi les MGF sont-elles pratiquées ? 

Les raisons pour lesquelles elles sont pratiquées diffèrent d'un pays à l'autre. Il s'agit d'une tradition qui découle d'une grave inégalité de genre et qui, même aujourd'hui, est pratiquée de manière incontestable dans les communautés où elle est courante. 

Le FNUAP a divisé les raisons pour lesquelles elles sont pratiquées en cinq catégories différentes. Ces catégories sont les suivantes : 

  • Raisons psychosexuelles - lorsqu'elles sont pratiquées pour contrôler la sexualité d'une femme ou pour garantir la virginité avant le mariage. 


  • Hygiène et esthétique - dans certaines communautés, les organes génitaux externes de la femme sont considérés comme laids ou sales. 


  • Facteurs sociaux et culturels - dans certaines communautés, les MGF sont considérées comme un rite de passage ou d'initiation à la féminité. 


  • Raisons religieuses - bien que les MGF ne soient ni approuvées ni encouragées par aucune religion, la religion est souvent utilisée pour en justifier la pratique. 


  • Facteurs socio-économiques - dans certaines communautés où les femmes dépendent financièrement des hommes, les MGF sont une condition préalable au mariage et sont pratiquées pour améliorer les chances d'héritage et de stabilité financière. C'est également une source majeure de revenus pour les praticiens. 

Quel impact ont-elles sur la lutte contre l'extrême pauvreté et ses causes systémiques ? 

Les MGF n'ont pas seulement un impact sur la santé physique et mentale et le bien-être des femmes et des filles, elles peuvent également avoir un impact sur leur éducation (l'Objectif mondial n°4 préconise une éducation de qualité), freinant ainsi les progrès de la société vers l'égalité de genre. 

Les MGF peuvent perturber la scolarité des filles, notamment en les empêchant de fréquenter l'école pendant de longues périodes avant de pouvoir guérir, ou même les pousser à abandonner complètement l'école, faute de pouvoir rattraper leur retard ou en raison de la douleur et du traumatisme qu'elles subissent. 

Cette pratique est ancrée dans une profonde inégalité de genre, et tant qu'elle existera, elle continuera à être un obstacle important à la réalisation de l'égalité de genre au niveau mondial. 

Amboseli, Kenya. December 7, 2017 © Andrea Bruce : NOOR.jpgIn the Maasai village of Lenkisem, girls between 9-16 participate in a two-day ceremony that brings girls from surrounding villages to one school. They bonded while being educated on their basic rights and why female genital mutilation (FGM) is unhealthy.
Image: Photo by Andrea Bruce/NOOR

Qui sont les principaux acteurs dans la lutte contre ce problème ? 

Des organisations telles que l'OMS, le FNUAP, l'UNICEF, l'ONU Femmes, la Banque mondiale, entre autres, travaillent activement à sensibiliser l'opinion à cette violation des droits humains dans le but d'y mettre un terme. 

Il existe également de nombreux activistes dans le monde entier qui se consacrent à la même mission que ces organisations, comme l'ambassadrice itinérante d'ONU Femmes, la Gambienne Jaha Mapenzi Dukureh, qui ne cesse de s'exprimer sur la question, et la Somalienne Ifrah Ahmed, qui a lancé une fondation en 2010 pour lutter contre cette pratique. 

L'actrice américaine Blake Lively s'est également exprimée activement contre les MGF sur sa plateforme, allant même jusqu'à s'associer à L'Oréal Paris en 2015 pour lancer une initiative qui attire l'attention sur cette question.

Quelles mesures pouvons-nous prendre contre cette situation ?

Cette pratique continue met en danger la santé et le bien-être des filles et des femmes, et constitue un obstacle important à la réalisation de l'égalité de genre. Vous pouvez passer à l'action avec nous ici pour nous aider à mettre fin à cette forme de violence et à construire un monde où l'égalité de genre est une réalité. 

Vous pouvez également passer à l'action immédiatement en vous informant sur la question et en suivant les activistes et les personnes influentes pour obtenir plus d'informations à ce sujet. Renseignez-vous sur les lois en vigueur dans votre région concernant la procédure afin de partager l'information avec d'autres. 

La sensibilisation aux MGF est l'une des premières mesures qui peuvent être prises pour les éradiquer. Il ne s'agit pas seulement d'alerter le public sur l'existence de cette pratique, mais aussi de souligner qu'elle est répandue à l'échelle internationale, dans les pays à revenu élevé comme dans ceux à faible revenu. 

Il est également important de sensibiliser les communautés aux effets néfastes et aux risques sanitaires causés par cette procédure, qui peuvent également contribuer à réduire la persistance de cette pratique. 

Au niveau gouvernemental, les actions juridiques et les changements de politique mondiale visant à mettre fin aux MGF doivent continuer afin de les éradiquer efficacement. Lorsqu'elles sont interdites, ces restrictions doivent être appliquées de manière effective.

Global Citizen Explains

Exiger l’équité

Tout ce que vous devez savoir sur les mutilations génitales féminines

Par Khanyi Mlaba