Global Citizen est une communauté de gens qui vous ressemblent

Des personnes qui veulent en savoir plus sur les défis les plus importants de notre planète et comment y faire face. L'extrême pauvreté prendra fin grâce à vous.

Nikhita S / Unsplash
Filles et Femmes

3 obstacles auxquels font face les filles et les femmes que le monde doit changer d’ici 2030


Pourquoi les Global Citizens doivent s’en préoccuper
Il nous reste 10 ans pour atteindre l’objectif n° 5 des objectifs de développement durable concernant l’égalité des sexes. Pourtant, le monde a encore des progrès à faire concernant la place des filles et des femmes dans le monde. Vous pouvez passer à l’action à propos de ce sujet ici.

« Les femmes et les filles peuvent faire ce qu’elles veulent. Il n’y a pas de limite à ce que nous, les femmes, pouvons accomplir », a déclaré Michelle Obama dans une vidéo répondant à des questions posées sur Twitter.

Malheureusement, ce n’est pas le cas partout et si nous allons réussir à atteindre l’égalité des sexes d’ici 2030 nous avons encore une série d’obstacles à abattre.

Agissez dès maintenant : Il est temps de bâtir un monde dans lequel les femmes sont traitées comme égales.

Voici trois problématiques auxquelles sont confrontées les filles et les femmes dans le monde et comment des associations et activistes les abordent.

1. Les mariages forcés 

Aujourd’hui on estime à 12 millions le nombre de mineures qui sont mariées de force dans le monde chaque année. Ce problème concerne un grand nombre de pays, de l’Asie du Sud aux États-Unis. Selon les chiffres de l’UNICEF, plus de 31 millions des filles de moins de 18 ans qui sont mariées vivent en Asie du Sud. C’est un problème inextricablement lié à la pauvreté et à l’inégalité des genres. Au Pérou, par exemple, 45 % des femmes mariées avant l’âge de 18 ans faisaient partie des 20 % les plus pauvres.

C’est le combat de Radha Rani, jeune militante bangladaise qui a eu la force de dire « non » à un mariage forcé à l’âge de 14 ans. Depuis lors, elle a continué ses études en sciences sociales et s’implique au sein d’une organisation locale pour encourager les filles à décider d’elles-mêmes de leur avenir. Lors d’un entretien accordé au magazine Elle, elle a déclaré que « les conséquences des mariages forcés, c’est aussi la déscolarisation forcée, des grossesses précoces à risque pour la vie des jeunes filles, de l’esclavage domestique pour ces "épouses" au sein de leur belle-famille. » 

2. Les barrières à l’éducation

Selon les chiffres du Partenariat mondial pour l’éducation, en 2016, on comptait 132 millions de filles dans le monde qui n’étaient pas scolarisées. Pourtant, une année d’étude de plus peut représenter une augmentation de 10 à 20 % des revenus d’une femme. 

« L’éducation est un besoin essentiel et un droit fondamental pour tout être humain. Je veux changer la façon dont ma communauté perçoit l’éducation, et je continuerai de le faire jusqu’à mon dernier souffle », a déclaré Humaira Bachal, une militante pakistanaise pour l’éducation.

À travers sa fondation, The Dream Foundation, elle souhaite donner une éducation aux filles dans le village d’Hori aux alentours de Karachi, au Pakistan. 

Articles liés 13 août 2019 10 barrières à l’éducation autour du monde

L’éducation joue un rôle primordial pour les filles, mais de nombreux obstacles entravent encore ce droit humain fondamental. 

Outre les inégalités des genres, elles doivent faire face au manque d’infrastructures sanitaires, de matériel éducatif et parfois sont forcées par leurs enseignants d’échanger leur passage en classe supérieure contre des faveurs sexuelles.

3. Les inégalités d’accès aux soins de santé, notamment la planification familiale

Assurer l’avenir des filles et des femmes est crucial si nous voulons atteindre des niveaux d’éducation élevés, ainsi que garantir la bonne santé pour tous. Pourtant, on estime à 214 millions le nombre de femmes et de filles qui n’ont pas accès à des services de planification familiale sûrs et fiables.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, la planification familiale permet aux femmes de décider le bon moment de fonder une famille, permet d’éviter les grossesses non désirées et réduit le recours aux avortements clandestins. On estime à environ 830 le nombre de femmes qui meurent tous les jours de complications liées à la grossesse ou à l’accouchement, selon l’OMS.

Ce sont 830 femmes de trop. UNFPA Supplies, le programme des Nations Unies visant à faciliter l’accès à la planification familiale, est en première ligne pour venir en aide à ces femmes sur le terrain, qu’elles vivent en situation d’extrême précarité, dans des zones reculées ou encore en proie à des conflits.

Ce programme distribue des kits de survie et fournit un accès aux soins de santé dans les zones défavorisées, ainsi qu’à des moyens de contraception modernes. Selon les estimations de l’UNFPA, 7,1 millions de grossesses non désirées ont été évitées et 1,1 million de vies sauvées depuis son lancement en 2008.

Pour faire avancer la cause, nous avons besoin que tous, femmes et hommes, s’engagent à lutter en faveur de l’égalité pour tous.